Publié par Magali Marc le 2 février 2022

Même si (selon H16) entre 70.000 et 100.000 camionneurs se sont déplacés à Ottawa afin de revendiquer l’abandon de l’obligation vaccinale au nom de la liberté et bénéficient de l’appui de la population, Justin Trudeau et les médias canadiens les traitent avec mépris.

Dans sa chronique du 31 janvier, du Journal de Montréal, Denise Bombardier, une journaliste québécoise qui se prend pour une grande intellectuelle depuis qu’elle a publié quelques livres autobiographiques insignifiants, traitent les camionneurs protestataires d’ignares, sous-éduqués, hystériques et complotistes.



Pour elle, ce n’est pas nouveau: elle a pris la mauvaise habitude de parler du supposé analphabétisme de l’ensemble des Québécois. Peut-être trouve-t-elle que ses livres se vendent mal au Québec …

Dans sa chronique du 1er février, elle frappe encore plus fort :

« … l’organisation Unity Canada, qui en a pris l’initiative (de la manifestation des camionneurs) et qui est composée d’anti-démocrates, de complotistes et d’une droite extrémiste et religieuse, n’a rien à envier à celle des États-Unis. Des millions d’Américains n’attendent que le retour de Donald Trump au pouvoir et cela a de quoi perturber tous les citoyens. La vision politique de nombre de ceux qui ont traversé le Canada pour se rendre à Ottawa découle de ce qui se passe actuellement aux États-Unis. Les racistes y sont légion et ils adhèrent à toutes les théories hystériques de l’époque, le complotisme au premier chef. »

Évidemment, elle ne peut pas pardonner à des manifestants le fait qu’ils apprécient Donald Trump, elle qui l’a a toujours dénigré au fil de ses chroniques moralisatrices.

Elle enchaîne en mettant l’accent sur un certain nombre de manifestants profanateurs « de plusieurs monuments de la capitale » ce qui devrait d’après elle « convaincre les manifestants plus modérés de quitter ce rassemblement antivax et anti-mesures sanitaires à l’odeur politique faisandée. »

À Ottawa, Mme Bombardier ne voit que de nombreux manifestants « grossiers, vulgaires et agressifs ».

Richard Martineau, dans sa chronique du 29 janvier, aussi dans le Journal de Montréal, se croit obligé d’avertir ses lecteurs que les camionneurs sont des fanatiques de la liberté qui ne sont pas à l’abri du «virus de la rage».

Dans sa chronique du 1er février, il s’en prend aux réseaux sociaux qui d’après lui « enferment les internautes dans leurs propres certitudes, favorisant une radicalisation des points de vue » et rend les gens « allergiques à l’autorité » !

Seuls quelques conservateurs, comme le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, ou le chef du Parti Conservateur du Canada , Erin O’Toole, se sont dit solidaires des camionneurs qui manifestent, pour la plupart pacifiquement, à Ottawa.

Mais les médias canadiens, pour la plupart valets du Parti Libéral, préfèrent mettre l’accent sur certains débordements, tandis que le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a traité les camionneurs de racistes parce que certains drapeaux confédérés, nazis ou pro-Trump ont été aperçus dans la manifestation à Ottawa.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex