Publié par Guy Millière le 16 mars 2022

Les guerres sont toujours effroyables. Elles sont aussi des moments où des clarifications s’opèrent.

On voit plus clairement qui sont les amis et qui sont les ennemis, qui sont les gens lâches et les gens courageux, qui défend la vérité et qui recourt au mensonge, qui se laisse séduire par la propagande et qui sait regarder les faits en face. C’est ce qui se produit depuis l’agression de la Russie contre l’Ukraine. Et si certains commentaires à mes récents articles sur le sujet sont pertinents, d’autres sont imprégnés de cuistrerie et des stéréotypes rances d’une droite française qui me répugne car elle est ignorante, gobe la propagande russe comme autrefois certains gobaient la propagande soviétique, suinte l’absence d’éthique et de sensibilité face au malheur humain, et charrie l’opportunisme sans principes qui fait ressembler la politique étrangère française depuis des décennies au parcours titubant d’un criminel en état d’ébriété, ce tout en prétendant donner des leçons au monde entier.



Dans le contexte français aujourd’hui, Éric Zemmour a sans doute coulé sa campagne présidentielle par ses propos sur Poutine, sur la Russie et sur les réfugiés ukrainiens et toutes ses tentatives de rattrapages n’y feront rien. D’ailleurs, ses tentatives de rattrapage sont très limitées. Ses propos au commencement du débat qui l’a opposé voici quelques jours à Valérie Pécresse ont été, à mes yeux, lamentables. Il n’a pas dit un seul mot pour défendre la population ukrainienne plongée dans la destruction, le meurtre de masse et les ravages : pas un seul mot, non ! Il n’a pas dit un seul mot non plus pour condamner l’agression russe et l’ignoble criminel Vladimir Poutine. Non, il a rappelé que de Gaulle était allé voir Staline en 1944 pour contrer Churchill et Roosevelt ! Il a rappelé que de Gaulle défendait l’idée d’une Europe allant de l’Atlantique à l’Oural, cela au temps de l’Union Soviétique ! Il a souligné que Vladimir Poutine s’était rendu aux obsèques de Jacques Chirac. Il a ajouté d’autres considérations du même genre. Avec ce genre de propos, il a perdu ce qui pouvait encore me conduire à lui apporter un soutien. Il est gaulliste au point de soutenir le pire du gaullisme. Il reste très anti-américain, et cela va de pair avec son faible attachement à la liberté. Il est aveugle, comme l’essentiel des géo politologues de pacotille en France, à ce qui sépare fondamentalement la liberté et l’oppression, et la démocratie de l’autoritarisme et du totalitarisme. Il tient un discours lucide sur l’islam et sur le fait que la France peut mourir, et va mourir sans doute. Mais cela ne me suffit pas. Chacun est libre de son vote, et je comprends que des Français puissent voter pour Éric Zemmour, car il est le seul à parler de l’islamisation de la France sans circonlocutions et le seul à dire que la France peut mourir (et risque de mourir), mais j’accorde une importance à la politique internationale, et aux valeurs éthiques et, c’est une décision personnelle, je ne voterai pour personne lors de l’élection présidentielle française. J’ajouterai que mon vote, de toute façon, compte peu, et que, je suis navré d’avoir à le dire, mais je ne pense pas qu’Éric Zemmour sera au deuxième tour de l’élection présidentielle. J’aimerais penser le contraire, mais je ne me berce pas d’illusions, ou très rarement.

Dans le contexte français aujourd’hui, encore, les géo politologues de pacotille reprennent à leur compte les arguments de Poutine et justifient l’idée communiste brejnévienne de souveraineté limitée pour les pays d’Europe centrale ayant des frontières communes avec la Russie, et nient le droit d’être libres a des peuples entiers, et le droit souverain de gouvernements de choisir leurs alliances : et ils se disent souvent “souverainistes” ! Quelle plaisanterie ! Ils disent de surcroit que l’OTAN “menacerait” la Russie si des pays supplémentaires ayant des frontières communes avec elle entraient dans l’OTAN (et ils disent que la Russie a raison de se sentir menacée), et bien sûr, ils font des comparaisons avec la crise des missiles de 1962, en oubliant d’infimes détails, qui montrent qu’ils sont aveugles ou qu’ils sont au service d’idées peu présentables: en 1962, l’Union Soviétique était une puissance totalitaire prédatrice qui menaçait, au-delà des Etats Unis, la liberté sur toute la planète et constituait effectivement une menace.

En 2022, l’OTAN incarne pour des petits pays menacés et voulant être libre une protection contre un pays autoritaire menaçant et ayant l’intention de les soumettre.

Les mêmes géo politologues de pacotille accompagnent leurs propos d’affirmations montrant une ignorance crasse concernant les Etats-Unis, qu’ils détestent visiblement de manière viscérale, ce qui est logique au vu de l’ensemble de leurs positions. Et je dois dire que je n’ai pas entendu un seul géo politologue français qui ait tenu un discours qui ne puisse conduire à le qualifier de géo politologue de pacotille. Ils ne voient pas, je le redis, la différence entre la politique étrangère d’Obama et celle de Trump, ce qui montre l’étendue de leur ignorance.  Certains disent que la Russie n’a pas le sentiment d’avoir perdu la guerre froide (dans les faits, la Russie a perdu la guerre froide), que Poutine était plein de “bonne volonté” en 2001-2002 vis-à-vis du monde occidental (ceux qui ont cru cela est ceux qui ont cru que Youri Andropov était un sympathique amateur de jazz). Ils disent aussi qu’un “coup d’Etat” a été organisé par les Etats-Unis en 2014 aux fins de porter au pouvoir des nazis antisémites (essentiellement des Juifs, mais n’est-ce pas, les Juifs sont bien connus pour être très antisémites, tout comme les cercles sont bien connus pour être carrés, et il est bien connu aussi que les peuples antisémites votent avec enthousiasme pour avoir des dirigeants juifs), et ils réécrivent docilement l’histoire en recopiant ce que leur dit le Kremlin.

J’ai écrit un article expliquant ce que les peuples libres sur la planète entière doivent aux Etats-Unis et pourquoi les Etats-Unis sont la seule force de défense de la liberté sur terre depuis le début du vingtième siècle. Nombre de ceux qui l’ont commenté se sont abstenus de le lire : il n’est pire aveugle que celui qui pratique l’aveuglement volontaire. Nombre de ceux qui l’ont commenté ont eux-mêmes repris la propagande russe (mais il est vrai qu’elle est omniprésente en France). Certains ont tenté de m’apporter des “preuves” que les méchants et maléfiques américains ont fait beaucoup de mal sur terre.  Je leur ai répondu en leur conseillant de s’instruire et en leur donnant une leçon d’histoire. On peut apprendre à tout âge, et cela évite de dire des bêtises. Bien que j’aie explique ce qu’est le bataillon Azov, certains commentateurs qui commentent mais ne lisent pas ce que j’écris m’ont redit que le bataillon Azov était nazi. Ils n’ont pas besoin d’apprendre ; ils savent tout sans rien connaitre.

Je ne vais pas me répéter, le texte que j’ai publié il y a trois jours est disponible pour ceux qui veulent le lire. Les Etats-Unis ont eu de mauvais présidents (Carter, Obama et l’abominable Biden). Ils ont eu des présidents courageux (George Walker Bush) et de très grands présidents (Reagan, Trump). Les mauvais présidents peuvent faire le mal. Ils n’incarnent aucunement les valeurs américaines, et au contraire les trahissent.

Je le dis et j’insiste : les Etats-Unis ont été et sont la plus grande force de défense de la démocratie, de la liberté et des droits de l’être humain de l’histoire.

L’Union Soviétique, elle, a été la plus grande force totalitaire de l’histoire humaine, et ce pendant sept décennies.

L’Union Soviétique a infligé des abominations au peuple russe et à de nombreux autres peuples dont le peuple ukrainien. Elle a non seulement soumis les peuples d’Europe centrale au joug totalitaire. Elle a permis aux communistes chinois d’arriver au pouvoir, et ils sont toujours au pouvoir. Elle a permis que la dictature nord-coréenne naisse et survive et a déclenché la guerre de Corée, la guerre d’Indochine, puis la guerre du Vietnam. Elle s’est infiltrée dans le monde arabo-musulman et y a installé des dictatures criminelles : celle de Hafez al Assad en Syrie, celle de Saddam Hussein en Irak, et de nombreuses autres. Elle a inventé la “cause palestinienne” et le terrorisme “palestinien”, et fait naitre le terrorisme islamique. Elle a joué un rôle essentiel dans les menaces qui pèsent sur Israël jusqu’en cet instant. Elle porte une responsabilité elle-même essentielle dans les cent millions de morts du communisme. Elle a créé des dictatures atroces qui existent toujours : outre la Corée du Nord, on peut citer Cuba qui, avant l’Union Soviétique était un pays prospère. Il est infiniment regrettable que Franklin Roosevelt lui ait donné des armes à partir de juin 1941 pour répondre à l’attaque de l’Allemagne nazie qui avait été son alliée, puis qu’Harry Truman et Dwight Eisenhower aient refusé la suggestion du général Patton de pousser l’action de libération de l’Europe jusqu’à Moscou en 1945, car cela aurait évité l’asservissement de l’Europe centrale jusqu’en 1989, mais heureusement, Reagan a fait tomber l’empire soviétique.  L’Union soviétique a non seulement été la plus grande force totalitaire de l’histoire humaine, mais elle a été le régime le plus monstrueux et le plus vénéneux de l’histoire humaine. Adolf Hitler est le monstre le plus absolu de l’histoire, car il a fait perpétrer la Shoah, et enclenché la Seconde Guerre Mondiale, mais, oui, il faut le rappeler, en 1940 Staline était son allié, et avait fait perpétrer en Ukraine une famine génocidaire, Holodomor, et en matière de monstruosité, Staline vient presque au niveau d’Hitler, tout comme Mao, disciple de Staline.

Je le redis : les discours excusant Poutine sont infiniment davantage que répugnants. Poutine a été formé par le KGB. Il a vécu l’effondrement de l’Union Soviétique, que Reagan a appelé légitimement l’empire du mal, comme une humiliation impliquant revanche. Il a, certes, arrêté la décomposition de la Russie, qui s’accentuait sous le règne de l’alcoolique Boris Eltsine, et a opéré un redressement, mais il a immédiatement montré qu’il était un assassin de masse en Tchétchénie (plus de 300.000 morts), et n’a cessé d’être dans une position d’hostilité au monde libre. C’est un admirateur de Staline, et un disciple d’Alexandre Douguine, le théoricien de l’eurasisme, une doctrine légitimant les régimes autoritaires, hostile à la démocratie et à la liberté qui dit que qui tient le bloc eurasien tient le monde et qui considère comme son ennemi principal la puissance “atlantique”, les Etats-Unis, qui incarnent aux yeux de Douguine trois horreurs : la démocratie, le capitalisme et la liberté. Poutine est un dictateur sanguinaire, un criminel de guerre et un assassin sadique. C’est un allié de la Chine communiste et de l’Iran des mollahs, dont les intentions génocidaires concernant Israël sont très explicites. Il pourrait, si les actions qu’il mène en Ukraine s’accentuent et elles sont en train de s’accentuer (des villes ukrainiennes entières sont en train d’être rasées de la surface de la terre, avec des milliers d’habitants ensevelis sous les décombres), passer dans la catégorie de criminel contre l’humanité et rejoindre ainsi Joseph Staline.

Je le redis : l’Ukraine a le droit de demander à entrer dans l’OTAN et dans l’Union Européenne (il ne s’agit pas d’une volonté d’adhérer au fonctionnement de l’Union Européenne, mais d’une volonté de rattachement à l’Occident). Par lâcheté, les membres européens de l’OTAN et quelques chiffes molles américaines ont refusé l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN, qui aurait dû avoir lieu dès 1994, et, par lâcheté encore, les pays de l’Union Européenne ont fait comprendre aux Ukrainiens que la porte resterait fermée. Le gouvernement ukrainien a eu toute légitimité à considérer à partir de 2014 les oblasts de Donetsk et Louhansk comme des zones sécessionnistes, et le sécessionnisme en Ukraine a été fomenté par la Russie, pour nuire à la volonté du peuple et du gouvernement ukrainiens de se lâcheté rapprocher du monde libre. La guerre dans l’Est de l’Ukraine depuis 2014 est de l’entière responsabilité de la Russie. Le non-respect des accords de Minsk est tout autant de la responsabilité de la Russie que de la responsabilité de l’Ukraine : cela a même davantage été de la responsabilité de la Russie. Les populations des oblasts de Donetsk et Louhansk ont été pendant huit ans les otages de milices russes armées par Poutine et ont été prises entre le marteau russe et l’enclume ukrainienne. Que les membres européens de l’OTAN et quelques chiffes molles américaines n’aient pas accepté l’Ukraine parmi eux est une honte. Que l’Europe fournisse des armes à l’Ukraine est un strict minimum, et c’est absolument insuffisant. Que les pays d’Europe sanctionnent la Russie est aussi un strict minimum, et est aussi absolument insuffisant.

Je le redis : qu’on insulte et diffame Volodymyr Zelensky relève de l’ignominie. Volodymyr Zelensky est le digne et courageux Président d’un pays sauvagement agressé par une puissance autoritaire sans respect pour le droit et la vie humaine. Sa dignité et son courage sont conformes à la dignité et au courage du peuple ukrainien.

Je le redis : Michael Reagan, le fils de Ronald Reagan l’a défini comme le Ronald Reagan ukrainien dans un article récent et a contribué à ce que lui soit décerné le prix Ronald Reagan 2022, prix décerné par un jury conservateur américain chaque année à un homme ou une femme incarnant la défense des valeurs de liberté. Au Royaume Uni, les conservateurs britanniques eux-mêmes le comparent à Winston Churchill. Ceux qui en France insultent et diffament Voodymyr Zelensky se roulent dans le caniveau et montrent ce qu’ils sont, des créatures de caniveau.  Au moment où ce texte paraitra, Volodymyr Zelensky s’adressera au Congrès des Etats-Unis, a la demande des conservateurs, et il recevra une ovation debout, et méritée.

Je le redis. Rien ne se serait produit, non, si l’élection de novembre 2020 n’avait été volée au grand Donald Trump, et aux électeurs américains, et s’il n’y avait pas à la Maison Blanche aujourd’hui la pire administration de l’histoire des Etats-Unis, une administration qui fait honte aux Etats-Unis. Pendant sa présidence, Donald Trump a fait avancer la liberté partout sur terre, endigué la Chine, asphyxié l’Iran, posé des limites strictes à Poutine.

Une fois de plus, on voit ce qui se passe quand les Etats-Unis ont un mauvais Président. Quand la plus grande force de défense de la démocratie, de la liberté et des droits de l’être humain de l’histoire tombe aux mains de crapules gauchistes et de crétins, cela conduit à des désastres.

Personne en France et en Europe n’évoque la responsabilité accablante de l’administration Biden, et cela fait que personne en France n’a les moyens de comprendre quoi que ce soit.

Les dirigeants politiques et la plupart des journalistes français ont adoré Obama, qui a amené à la France les pires attentats islamiques que les Français n’ont jamais subi et l’arrivée de dizaines de milliers d’immigrants clandestins. Ils ont détesté Donald Trump, qui leur a apporté la stabilité et l’absence d’attentats. Ils ont adoré l’arrivée au pouvoir de Biden qui leur a apporté la débâcle afghane, la déstabilisation de l’Europe provoquée par Poutine, des prix du gaz et du pétrole en hausse vertigineuse, et sans doute bientôt une crise économique grave. Les dirigeants politiques et la plupart des journalistes français sont incontestablement des gens très lucides.

On peut craindre si l’Ukraine tombe que ce ne soit que le deuxième (après l’Afghanistan) d’une série de cataclysmes planétaires, et je crains que l’Ukraine tombe.

Volodymyr Zelensky risque d’être placé face à un choix effroyable : soit céder aux exigences de Poutine, soit voir son pays détruit et sa population massacrée. Poutine est prêt à tout détruire : bâtiments, monuments, êtres humains, routes, ponts.  Comme je l‘ai noté il y a quelques jours dans un article publié en langue anglaise par le Gatestone Institute, Xi Jinping et Ali Khamei regardent avec attention ce qui se passe.

La guerre de Poutine contre l’Ukraine replace les choses de manière claire. Une dictature atroce appartenant à un axe autoritaire-totalitaire veut écraser un pays et un peuple aspirant à être libres. Ce devrait être simple à comprendre ! Les amis de la liberté sont du côté du peuple ukrainien et de l’Ukraine. Les ennemis de la liberté sont du coté de Vladimir Poutine, qui est aussi le coté de Xi Jinping et d’Ali Khamenei.  Il n’y a rien à négocier avec des êtres de ce genre.

Nous sommes dans un moment de honte pour le monde occidental. Les Etats-Unis et les pays d’Europe occidentale réunis représentent environ cinquante pour cent du PIB Mondial, la Russie représente trois pour cent du PIB mondial, l’armée américaine représente environ la moitié des forces armées sur la surface de la terre, et Poutine semble maître du jeu !  Quelle honte, oui !

La dissuasion a disparu. Les dirigeants européens ont choisi depuis longtemps l’apaisement et ne dissuaderaient pas un ennemi en carton-pâte. L’administration Biden a renoncé totalement à la dissuasion.

Natan Sharansky, un ancien dissident au temps de l’Union Soviétique qui a été envoyé au goulag et qui est maintenant en Israël. Un homme dont j’ai traduit et diffusé les textes en France, a dit que le temps qu’il avait passe au goulag lui avait appris une chose essentielle : celui qui a le pouvoir n’est pas le plus fort, il n’est pas celui qui a le couteau le plus tranchant, non, il est celui qui a un couteau et n’a aucun scrupule pour s’en servir et tuer. Si nul ne l’arrête, il tue et si on le laisse tuer, il continue à tuer. Vladimir Poutine tue et continue à tuer, il doit être mis hors d’état de nuire. J’espère qu’il le sera.

Le moment actuel est d’autant plus dangereux que Poutine a très mal évalué la situation, et ne s’attendait ni à l’admirable élan patriotique qui imprègne le peuple ukrainien, ni à l’héroïsme qui fait de Volodymyr Zelensky l’un des grands hommes d’Etat de ce temps : la lenteur des opérations imposée à l’armée russe a occasionné pour elle de sérieux problèmes de logistique, l’armée ukrainienne lui a infligé de très lourdes pertes. Un mécontentement monte en Russie que censure et répression parviennent à peine à contenir. La réputation de Poutine chez nombre de Russes et chez la vaste majorité des Occidentaux est désormais celle d’un monstre abject. Il est prêt à se faire plus monstrueux encore. Les soldats russes étant réticents face à l’idée de pratiquer un assassinat de masse, il a fait venir des Musulmans tchétchènes qui ont déjà massacre d’autres Tchétchènes, et il recrute des Syriens musulmans en pensant que massacrer du Chrétien est une activité à laquelle ils se livreront avec joie.

Jusqu’à quand des pays qui se disent civilisés vont-ils accepter d’assister en spectateurs à cette monstruosité ? Ceux qui parlent de Troisième guerre mondiale cherchent un motif pour ne rien faire. Même en cet instant, il est possible de dissuader, si on le veut. Si Trump prenait les commandes, le massacre s’arrêterait immédiatement. Comparer Biden à une vomissure serait une insulte à la vomissure.  

Ceux qui ont admiré Hitler et Staline vont bientôt pouvoir ajouter un portrait dans leur galerie de gens à admirer.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

PS : J’ai utilisé l’expression “extrême droite” ces derniers jours. Cette expression a une validité. Elle désigne les nostalgiques du national-socialisme et du fascisme, et ceux qui ont des penchants autoritaires ou totalitaires. La gauche l’utilise de manière abusive, comme un moyen d’anathème contre ses adversaires, et je combats cette utilisation abusive. Il existe néanmoins des nostalgiques du national-socialisme et du fascisme et des gens qui ont des penchants autoritaires ou totalitaires, et il faut trouver les mots pour les qualifier. L’utilisation abusive du langage par la gauche est un réel problème. Éric Zemmour a de l’admiration pour des dirigeants autoritaires, cela me conduit à une position que certains me reprochent, mais je le répète : je comprends que des Français puissent voter pour lui, et je le comprendrais davantage encore sans doute si je vivais encore en France. Je ne le définis pas pour autant comme un homme d’extrême droite. J’ai défendu Riposte Laïque quand Riposte Laïque a été attaqué. Les positions présentes de Riposte Laïque sur la Russie et l’Ukraine sont à mes yeux répugnantes et indéfendables. Riposte Laïque est clairement devenu un site sous influence russe, soutenant un dictateur criminel.  Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un site d’extrême droite. Je dirai que c’est un site de propagande russe soutenant un dictateur criminel, contre une démocratie. J’ajouterai que cela ne peut que nuire gravement aux positions défendues par Riposte Laïque depuis des années.  France Soir semble prendre la même direction que Riposte Laïque, et va nuire à sa réputation. Dans la guerre de la propagande, la dictature russe sait comment marquer des points.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

201
0
Merci de nous apporter votre commentairex