Publié par Magali Marc le 29 mars 2022

Joe Biden prétend qu’il va remanier l’Accord sur le nucléaire iranien négocié par Obama en 2015. En 2018, le Président Trump avait annoncé sa décision de se retirer de cet Accord et de rétablir les « sanctions au plus haut niveau » envers l’Iran, menaçant ce pays de « conséquences très graves » s’il décidait de relancer son programme nucléaire. Si le nouvel Accord de Joe Biden est accepté par le Congrès, l’Iran obtiendra des milliards de dollars, exportera son pétrole et poursuivra sa quête de domination régionale et l’extermination d’Israël.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Barry Shaw *, paru sur le site d’American Thinker, le 28 mars.

***************************

Le Congrès américain doit voter pour mettre fin à l’Accord sur le nucléaire avec l’Iran MAINTENANT !

La levée des sanctions contre un Iran impénitent et ses organisations et individus fauteurs de troubles ne l’empêchera pas de tenter de mettre en œuvre ses ambitions messianiques de destruction d’Israël.

Dans ce contrat médiocre, sans conditions rigoureuses, voire paralysantes, mal négocié par Robert Malley **, rien n’empêche la marche de l’Iran vers l’arme ultime, ni le renforcement de ses forces armées et de ses milices mandataires disséminées au Moyen-Orient et visant actuellement Israël, l’Arabie saoudite et les États du Golfe.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



L’Iran sera libre, non seulement de se précipiter pour devenir un État du seuil nucléaire, mais aussi d’être richement récompensé par une autre mesure financière conciliante américain stupide qui lui donnera la possibilité de poursuivre son programme d’armes balistiques (c’est-à-dire le véhicule qui transportera sa bombe apocalyptique vers Israël), ainsi que le renouvellement d’un budget énorme afin de réarmer le Corps des Gardiens de la révolution islamique et ses mandataires malveillants qui possèdent actuellement plus de 200 000 roquettes de précision, missiles et drones suicide dirigés vers Israël.

Au moins trois responsables gouvernementaux ont quitté l’équipe de négociation de M. Malley. L’un d’entre eux aurait déclaré : « Ce qui se passe à Vienne est un désastre total ! »

Ce sont les détails qui posent problème. Voici quelques-uns des éléments choquants.

  1. Robert Malley veut lever les sanctions contre les deux Iraniens responsables de l’attentat à la bombe de 1994 au Centre communautaire juif de Buenos Aires en Argentine, qui a tué 85 Juifs. Ces responsables occupent toujours une place importante parmi les dirigeants iraniens qui complotent pour anéantir Israël.
  2. Si ce n’est pas le meurtre de Juifs qui vous fait réagir, M. Malley veut aussi lever les sanctions à l’encontre du Général de brigade Hossein Dehghan, du Corps des gardiens de la révolution islamique, responsable de l’attentat à la bombe perpétré en 1983 par le Hezbollah dans la caserne des Marines américains à Beyrouth, qui a tué 241 militaires américains.
  3. Les sanctions seraient également levées pour la production pétrolière de l’Iran, un cadeau qui récompensera l’Iran avec des milliards de dollars. De l’argent qui lui permettra de poursuivre son développement clandestin d’uranium enrichi et ses ambitions militaires manifestes dans la région.
  4. Selon un rapport de l’ancien dénonciateur du Département d’État, Gabriel Noronha, M. Malley est prêt à payer à l’Iran une rançon de 7 milliards de dollars pour la libération d’un maximum de douze otages détenus dans les prisons iraniennes. Cet argent sera débloqué des comptes iraniens gelés dans des banques sud-coréennes dans le cadre d’un échange d’otages qui permettra de libérer quatre Américains contre jusqu’à vingt-quatre espions iraniens actuellement détenus aux États-Unis.

La raison pour laquelle l’Administration Biden tient absolument à conclure cet accord est banale en comparaison avec la nécessité de protéger Israël contre l’anéantissement nucléaire. Elle a tout à voir avec la nécessité de marquer un «succès» en politique étrangère alors que l’Amérique se dirige vers les élections de mi-mandat. Autrement dit, l’Administration Biden est prête à sacrifier la sécurité d’Israël pour des raisons cyniques de politique intérieure.

Si une preuve était nécessaire, Joe Biden a demandé à l’Iran de signer l’Accord afin de pouvoir acheter du pétrole iranien au lieu du pétrole de la Russie, de l’Arabie saoudite ou des États du Golfe.

Faut-il s’étonner que les Saoudiens et les Emirats ne répondent pas à ses appels téléphoniques ?

Nous lançons un appel au Congrès pour qu’il s’oppose à cet accord dangereux, mais M. Malley a conçu un processus destiné à contourner le Congrès en levant les sanctions sur les questions non nucléaires qui permettront à l’Iran de toucher les sommes d’argent déposées dans les banques sud-coréennes.

Comme l’a écrit le dénonciateur Gabriel Noranha, même si Robert Malley soumet ultérieurement cet Accord au Congrès, le mal sera déjà fait pour l’essentiel. L’Iran contrôlera des milliards de dollars, exportera du pétrole pour obtenir des revenus supplémentaires afin de poursuivre sa quête de domination régionale et, à terme, mondiale, et les États-Unis n’auront plus l’influence qu’ils ont actuellement.

Il s’agit d’une faute diplomatique qui accroît la menace existentielle pour Israël.

L’Administration Biden prétend qu’elle recadre le mauvais Accord JCPOA de 2015. C’est faux. Celui-ci n’a rien à voir avec le JCPOA. Il est beaucoup plus dangereux.

Le temps passe et le Congrès américain DOIT absolument voter pour mettre fin à cet accord.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

* Barry Shaw est directeur de la diplomatie publique internationale à l’Institut israélien d’études stratégiques.

** Robert Malley est un avocat, politologue et spécialiste de la résolution des conflits. Il était le principal négociateur de l’Accord de 2015 connu sous le nom d’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien (JCPOA). En janvier 2021, le président Biden l’a nommé «émissaire spécial» afin de re-négocier l’Accord.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex