Publié par Mauricette le 23 mars 2022

Source : Ouest-France

1 500 tonnes de blé ont été déversées sur la voie ferrée par des activistes du collectif Bretagne contre les fermes usines, à Saint-Gérand (Morbihan), près de Pontivy, samedi 19 mars 2022. Depuis, les critiques pleuvent… dont celle du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie.



Samedi 19 mars 2022, une cinquantaine d’activistes du collectif Bretagne contre les fermes usines ont bloqué un train de céréales contenant 1 500 tonnes de blé, à Saint-Gérand (Morbihan), près de Pontivy.

Dénonçant « l’agro-industrie qui va droit dans le mur », ils ont aussi ouvert les vannes des wagons d’un train de céréales qui arrivait, avant de prendre la fuite. L’action a indigné anonymes, élus et représentants du monde agricole sur Twitter ou par communiqué de presse.

Le ministre de l’Agriculture

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a tweeté ces quelques mots : « Simplement inadmissible ! Mais aussi totalement irresponsable : détruire des productions de céréales alors que beaucoup de pays en manquent en ce moment… C’est affligeant. La justice doit passer. »

C’est également sur ce réseau social qu’a réagi Eric Thirouin, président AGPB Céréaliers de France : « Écœurement : 1 an de travail des agriculteurs réduit à néant. Cette pseudo-rébellion totalement hors-sol se rend-elle seulement compte que l’agriculture lui permet de vivre préservée des famines qui menacent le monde actuellement ? Les responsables doivent rendre des comptes ! »

Des syndicats

Christiane Lambert, Présidente de FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) et de COPA-COGECA a elle aussi pris la parole : « Honteux ! Alors que la guerre en Ukraine démontre les tensions sur les livraisons de blé et que l’ONU redoute un ouragan de famines, des activistes aux ventres pleins détruisent votre alimentation en toute impunité et à visage découvert ! ​Justice rapide et ferme pr ces délinquants. »

Le Conseil agricole régional de Bretagne FRSEA s’indigne également via un communiqué « de l’indécence et de l’inconséquence de militants déconnectés des réalités, agissant contre l’intérêt général. Fermeté des pouvoirs publics face à des personnes qui détruisent notre capacité à nourrir ! »

Des réactions locales

Soizic Perrault, conseillère départementale du canton de Pontivy – Baud a posté sur Twitter : « Pour chacun sait, que c’est avec les théories de décroissance alimentée par ces idéologues (qui n’ont jamais planté une patate) qu’on se nourrira ! Nos agriculteurs, nos industries agroalimentaires sont une chance pour nos territoires et souveraineté alimentaire, plus que jamais d’actualité. Total soutien. »

Dans un communiqué publié ce dimanche, Gilles Pennelle, président du groupe Rassemblement national au Conseil régional de Bretagne condamne « avec la plus grande fermeté cette attaque scandaleuse. Ces militants « écologistes » seront-ils poursuivis et condamnés pour avoir attaqué un train et détruit 1 500 tonnes de blé ? Les élus Europe Écologie Les Verts cautionnent-ils ces violences ? »

Nicole Le Peih, députée de la 3e circonscription du Morbihan a condamné à son tour cette attaque : « Scandaleux et inadmissible : je n’ai pas d’autres mots face aux actions de vandalisme menées samedi […] Et ce, alors même que la guerre en Ukraine a engendré une hausse affolante des cours des matières premières. Notre monde fait face à des crises sociales, sanitaires, économiques, climatiques et géopolitiques. Le temps est à l’union, et non à la destruction. Les actions extrémistes de ces militants, déguisés en « lanceurs d’alerte », doivent cesser. Il est plus que temps que les associations qui utilisent des moyens illégaux contre des activités légales soient fermement condamnées. Aucune impunité, ce n’est pas un acte politique, c’est un délit ! »

Le préfet du Morbihan, Joël Mathurin, condamne, dans un communiqué de presse, « avec la plus grande fermeté cet acte. L’attaque de ce train a généré la perte d’un tonnage important de blé et un lourd préjudice financier. Plusieurs plaintes ont été déposées, il appartiendra aux autorités judiciaires d’apporter les réponses. »

Politiques et journalistes

Le président de la région des Hauts de France, Xavier Bertrand a lui aussi réagit sur Twitter : « Alors que nos agriculteurs souffrent, des pseudos écologistes ont attaqué un train et déversé 1 500 tonnes de céréales sur les voies de chemin de fer. La justice devra être ferme pour mettre un coup d’arrêt à cet agribashing qui monte dans notre pays ! »

La journaliste Emmanuelle Ducros qui officie pour L’Opinion a beaucoup commenté cette action, notamment via ce tweet : « Ça suffit !!! Quand les pouvoirs publics vont-ils réagir ? Le sabotage d’un train de céréales quand la pénurie menace le monde est une honte. Ces militants ne respectent rien. Ni le travail des autres ni le produit de la terre. »

La confédération paysanne affirme sur Twitter « ne peut cautionner cette action et réaffirme son soutien et sa solidarité avec les éleveur·se·s touchés par les difficultés d’approvisionnements et de prix des céréales ». Son ancien porte-parole Laurent Pinatel s’est exprimé sur ce même réseau social : « ​On touche le fond… Les amalgames, le mélange des incompétences et des ignorances, la stigmatisation… L’agriculture a besoin d’un véritable changement de cap, mais dans le dialogue et la concertation par sous la pression de zozos urbains illuminés ! »

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex