Publié par Guy Millière le 15 avril 2022

Je dois revenir sur le sujet, car la désinformation russe circule abondamment, et elle ressemble fort à la désinformation soviétique, ce qui est logique puisque les désinformateurs russes sont souvent les mêmes que les désinformateurs soviétiques. Ils ont simplement trente ans de plus. La seule différence, je l’ai dit, et je dois le redire, est que la désinformation soviétique était colportée essentiellement par des communistes et par leurs compagnons de route. La désinformation russe est très largement colportée en France par une “droite” anti-américaine, anticapitaliste et fascinée par les régimes autoritaires.

On a trouvé dans les propos de cette “droite” des justifications de l’agression de la dictature russe contre la démocratie ukrainienne qui étaient la simple copie des arguments fabriqués par le FSB tels qu’on les trouve sur le site du Kremlin (les Etats-Unis sont coupables, l’OTAN agresse la Russie par sa simple existence et par son avancée en Europe centrale, il est légitime que la Russie veuille sur son pourtour des Etats neutres et en situation de souveraineté limitée, etc.). J’ai répondu à ces arguments en m’adressant à ceux qui sont capable de pensée logique, et sans m’adresser à ceux qui ont des réflexes pavloviens et qui commencent à baver de rage quand ils entendent parler des Etats-Unis : ceux-là sont incapables de pensée logique, et il est inutile de leur expliquer quoi que ce soit, je m’en suis vite aperçu.



Quand les justifications de l’agression n’ont plus été suffisantes, et quand l’armée russe a rencontré des difficultés dues à ses déficiences (matériel défectueux, incapacités logistiques), quand le peuple ukrainien s’est comporté avec un courage et une dignité qui n’ont pas d’équivalents au sein de l’Europe occidentale décadente, une diffamation haineuse, venue elle-même d’éléments concoctés par le FSB a commencé à se déverser sur le peuple ukrainien, et puisque l’armée ukrainienne a remarquablement défendu son pays, les pseudo “analyses” du FSB sur le fait que ce serait une “armée nazie”, et qu’en particulier le bataillon Azov était un “bataillon nazi” (j’ai expliqué en détail pourquoi c’est faux) ont déferlé. Le nationalisme ukrainien a été trainé dans la fange. L’Ukraine a été présentée comme un pays essentiellement antisémite (j’ai expliqué en détail, là encore, pourquoi c’est faux). La situation dans le Donbass, née d’une action de déstabilisation et de sécession armée fomentée par la Russie, a été présentée dans les termes exacts qui servent aux services du FSB pour la présenter, et ces termes sont une falsification de la réalité ( la réalité est que des forces spéciales russes sont entrées dans le Donbass, en territoire ukrainien, et des milices armées formées par la Russie ont pris le pouvoir par la force dans des enclaves et y ont créé des “républiques” autoproclamées). Le Président ukrainien (président juif d’un pays très antisémite, bien sûr…) s’étant conduit et se conduisant en héros et en homme d’Etat, il a fallu l’insulter, et les propagandistes du FSB ont donné tous les éléments requis : vidéos tirées de son passé d’humoriste, bien sûr totalement détournées de leur sens, accusations de corruption, description visant à le faire passer pour un pantin, etc.

Certains de ceux qui s’en sont pris à Volodymyr Zelensky l’ont fait parce qu’ils sont résolument du côté du FSB et de la dictature, d’autres ont été mus par une haine anti-juive à peine dissimulée, d’autres encore ont été simplement des idiots utiles, mais n’en ont pas moins été répugnants. Quelques-uns ont tenu des raisonnements qui permettent de comprendre pourquoi il y a eu sous Pétain des pétainistes fervents et des membres de la Gestapo française. Le point commun à tous ces gens est qu’ils ont évité de parler des crimes abominables commis par l’armée russe : pour eux, la mort par torture et assassinat d’êtres humains est, à l’évidence, un infime détail de l’histoire si ces êtres humains sont ukrainiens. Certains commentateurs sont même allés rejoindre les soldats russes lancés à l’assaut de la ville de Marioupol et se sont pâmés d’admiration devant les milices islamiques tchétchènes envoyées massacrer du Chrétien (un reportage du site Livre noir est disponible sur YouTube). Des horreurs telles celles commises à Bucha n’ayant pu être dissimulées, et montrant jusqu’à l’obscénité le comportement immonde et barbare qui est souvent celui de l’armée russe, et qui était celui de l’armée soviétique avant elle, le FSB a travaillé pour que la désinformation règne et des élucubrations ignobles ont commencé à circuler.

Il s’agit de crimes de guerre avérés et établis, et des chefs d’Etat et de gouvernement qui disposent des meilleures sources de renseignement le disent. Les données factuelles sont accablantes. Les noms des victimes sont en train d’être répertoriés par l’Ukraine et par des organisations internationales. Des témoignages par centaines ont été recueillis. Tout cela se trouve nié. Nier des crimes de masse relève de ce qu’on appelle le négationnisme.

Le négationnisme a été pratiqué très largement par des crapules immondes lorsqu’il s’est agi de la Shoah, et cela a fait la sinistre célébrité de Louis Darquier de Pellepoix et de Robert Faurisson. Le négationnisme revient. Et si l’on me dit que quelques milliers d’Ukrainiens ne peuvent être comparés aux victimes de la Shoah, je dis que c’est absolument exact, oui, mais que la négation fonctionne exactement sur le même mode, et ce que je dis est partagé par de grands intellectuels conservateurs juifs américains : Mark Levin et Stephen Miller, que nul ne soupçonnera, je pense, de relativiser la Shoah ou d’être antisémites, l’ont fait dimanche soir sur Fox News. Le négationnisme concernant les crimes commis en Ukraine prend une dimension complotiste flagrante qui fait qu’il est non seulement ignoble, mais grotesque. Quasiment tous les chefs d’Etat et de gouvernements occidentaux, a-t-on dit ici ou là, seraient complices du gouvernement ukrainien, qui est censé avoir tout monté (avec des centaines de comédiens) pour accuser les soldats russes, et ce serait donc un complot planétaire contre le si sympathique Vladimir Poutine !

Des articles perfides peuvent paraitre dans les meilleures publications, et ce jusqu’aux Etats-Unis : un certain Leo Goldstein a publié voici peu sur le site americanthinker un article censé être scrupuleux mais qui, comme tous les article de ce genre, mêle affirmations exactes et affirmations fausses, et dans lequel l’auteur finit par montrer pourquoi il veut absolument exonérer les troupes russes, quitte à mentir pour cela. Il dit qu’accuser les troupes russes pourrait “accentuer la haine entre Russes et Ukrainiens” et semble imaginer que les Ukrainiens peuvent en ce moment déborder d’amour pour ceux qui détruisent et tuent en Ukraine. Il parle aussi du fait qu’il ne s’agit pas de “crimes rituels” (ridicule : qui a parlé de crimes rituels ?). Il ajoute que dire qu’il y a eu des crimes atroces commis à Bucha pourrait orienter “notre” politique (la politique américaine) dans la “mauvaise direction”, et il est évident que la mauvaise direction dont il parle est l’hostilité à la Russie, si gentille avec l’Ukraine, et la fourniture à l’Ukraine des moyens de vaincre l’ennemi. Les positions de ce sinistre individu et les affirmations fausses qu’il colporte se retrouvent chez les conservateurs américains du courant paléoconservateur, et ces positions sont proches de celles du Rassemblement National en France. Elles sont fort heureusement très minoritaires au sein du courant conservateur américain, mais elles existent, hélas.  On les trouve chez Tucker Carlson, Lara Logan, Steve Turley (qui va jusqu’à se réjouir que Poutine, “défenseur de la civilisation”, écrase l’Ukraine “globaliste”, et cet individu prétend toujours être un soutien de Trump !) et, bien sûr, chez les complotistes d’Infowars, à commencer par Alex Jones.

Je ne chercherai pas à réfuter ce que disent ceux qui pratiquent le négationnisme. C’est inutile. Les délires sont irréfutables parce qu’ils sont extérieurs au domaine de la rationalité et relèvent souvent du domaine de l’obsession compulsive. Les négationnistes trouveront toujours l’image d’un petit doigt qui bouge, même s’il ne bouge pas, une insuffisance de sang très rouge, le moyen de dire que les morts ne sont pas morts, et que les milliers d’habitants d’un village en ruines sont tous des figurants. Leurs prédécesseurs il y a vingt ans disaient qu’aucun avion ne s’était écrasé sur le Pentagone, et Louis Darquier de Pellepoix affirmait avoir les preuves qu’à Auschwitz on n’avait gazé que les poux.  

Je dirai seulement une fois de plus que la réalité est simple, très simple quand on accepte de la regarder en face : Vladimir Poutine est un dictateur. Il a agressé l’Ukraine parce qu’elle voulait se rapprocher du monde occidental et parce que c’est une démocratie, et le dictateur Vladimir Poutine ne veut pas d’un pays de plus se rapprochant du monde occidental et d’une démocratie de plus dans la périphérie proche de la Russie. Il n’aurait pas agressé l’Ukraine sous Trump, un président fort. Il l’a fait sous Biden, un président faible et complice. Il s’attendait à une opération brève, culminant dans la prise de Kiev au bout de quelques jours. Il a totalement échoué. Il a perdu maintenant près de vingt mille hommes et si on ajoute les blessés cela signifie que plus du tiers des forces russes engagées sont hors de combat. La Russie a perdu en un mois le tiers de ses chars et de ses véhicules de combat. Les forces russes en se retirant de la périphérie de Kiev ont commis des crimes abjects, comme les armées en déroute en commettent, et comme c’est l’armée d’une dictature qui a de sinistres traditions criminelles, ce qui s’est passé est effroyablement logique.

Poutine n’ayant pas gagné et n’ayant pas pris Kiev se rabat sur le Donbass, et il est prêt à tuer un maximum d’innocents et à procéder à un maximum de destructions, car cela fait partie intégrante de sa stratégie. Il entend maintenant prendre le Donbass dans son intégralité, et ramener le reste de l’Ukraine à l’âge de pierre, s’il le peut.

L’administration Biden avait donné son feu vert à Poutine (je l’ai expliqué), et s’attendait elle-même à une victoire rapide de la Russie. Les choses ne s’étant pas passées comme prévu, l’administration Biden doit soutenir les Ukrainiens et Zelensky, mais l’a fait jusqu’à présent fait sans donner à l’Ukraine les moyens de gagner, alors que la victoire de l’Ukraine est possible. Les dirigeantes d’Europe centrales savent ce que signifierait une victoire de Poutine et la refusent de toutes leurs forces, ce qui les conduit à aider l’Ukraine autant qu’ils le peuvent.

Le combat décisif se livre aux Etats-Unis où les républicains en leur grande majorité, et la population américaine en sa grande majorité elle aussi, sont favorables à un soutien massif à l’Ukraine, et ils pensent que l’administration Biden ne peut pas laisser l’Ukraine être écrasée à six mois des élections de mi-mandat sans que les démocrates connaissent une déroute électorale plus cuisante encore que celle qui s’annonce: ils considèrent donc que l’administration Biden peut céder et en venir à faire le nécessaire. Le discours de l’administration Biden affirme maintenant une volonté de voir l’Ukraine gagner. Joe Biden parle de crime contre l’humanité commis par Poutine et de génocide contre le peuple ukrainien. Il reste à l’administration Biden à agir. Elle est réticente car la Russie est son partenaire dans l’accord avec l’Iran négocié en ce moment, et une victoire de l’Ukraine compromettrait la signature de l’accord (inutile de dire que si Poutine était vaincu et que l’accord avec l’Iran était compromis ce serait une double bonne nouvelle.

Si l’administration Biden laisse Poutine écraser l’Ukraine, ce sera une défaite massive pour l’OTAN et pour toute la défense du monde occidental, mais aussi pour toutes les valeurs sur lesquelles la civilisation occidentale repose, et ce sera une victoire pour l’axe autoritaire-totalitaire Russie-Chine-Iran.

Nous sommes à un point de bascule (tipping point) qui dépasse l’Ukraine et qui concerne le futur du monde : civilisation ou barbarie, et Poutine est du côté de la barbarie, comme ses alliés, Xi Jinping et Ali Khamenei.

Que cela soit si peu dit et compris en France est absolument consternant. Que tant de gens en France soient du côté d’un dictateur criminel, et contre une démocratie agressée est nauséabond.

Que tant de gens colportent la propagande d’une dictature criminelle est moralement répugnant.

Que tant de gens en France et ailleurs pratiquent le négationnisme est moralement plus répugnant encore, et très lâche : je préférerais avoir affaire à des gens disant qu’ils sont fiers de soutenir des criminels, des violeurs et des assassins : au moins ils assumeraient leurs positions sans biaiser.

Que certains s’obnubilent sur Bucha et crachent sur les morts et sur les survivants, les témoins, les membres des familles des gens torturés dans des caves, des femmes violées, puis éventrées, arrosées d’essence et brûlées, des enfants brûlés vifs et des passants qui ont reçu une balle dans la tête comme s’ils étaient des cibles en carton, fait infiniment davantage que me consterner et me met en colère.

Et l’envoi d’un missile sur la gare de Kramatorsk, la mort et la mutilation de dizaines de femmes et d’enfants qui a résulté, font que le négationnisme se poursuit….  Le missile, ai-je lu, serait un missile envoyé par l’armée ukrainienne, qui aurait sacrifié la vie d’Ukrainiens pour nuire à l’image de l’impeccable armée russe…  

A Marioupol, effacée de la carte du monde par un acharnement monstrueux et où les morts se comptent par milliers, la Russie se débarrasse des cadavres grâce à des fours crématoires installés sur des camions. Les hélicoptères ukrainiens envoyés à des fins d’évacuation humanitaire sont abattus par les forces russes. Les pseudo couloirs humanitaires censés avoir été ouverts par la Russie ont conduit vers des véhicules qui ont servi à déporter des Ukrainiens vers des camps situés en territoire russe. Les milices islamiques tchétchènes continuent à massacrer du Chrétien.  Des armes chimiques sont utilisées par la Russie : des échantillons que les forces ukrainiennes ont pu recueillir ont été envoyés pour analyse dans des laboratoires britanniques et américains. Poutine a nommé le général Alexandre Dvornikov pour s’occuper de la suite des opérations dans le Donbass. Dvornikov s’est chargé de la destruction de Grozny il y a vingt ans et de celle d’Alep en 2016. C’est un spécialiste de l’utilisation d’armes chimiques, de la création de centres de torture et de l’extermination de civils. Les négationnistes ont du travail devant eux. Je ne doute pas qu’ils sont déjà au travail. Le FSB a déjà commencé à leur donner des arguments que vous retrouverez bientôt dans leur bouche sale ou sous leur plume, aussi sale que leur bouche.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

PS. Juste un point supplémentaire. Des gens sont présentés comme des “sources fiables” en France et ne sont pas du tout des sources fiables, bien au contraire, et il est inutile de me renvoyer vers leurs propos. Je ne confonds par l’information et la désinformation. J’ai consacré ma vie à combattre la désinformation, et j’ai eu de longues conversations avec des dissidents des temps soviétiques, à commencer par Vladimir Boukovsky. 

Xavier Moreau est un Français travaillant en Russie et y gagnant sa vie comme propagandiste. Il doit être vu comme ce qu’il est, un propagandiste au service du régime Poutine : la Russie est un pays sous régime autoritaire, et tenir un discours qui s’oppose au discours de Poutine vaut incarcération immédiate ou, pour le moins, expulsion.

Anne-Laure Bonnel se rend très aisément en Russie, mais ne peut franchir la frontière de l’Ukraine depuis longtemps car les autorités ukrainiennes savent qu’elle est au service du régime Poutine : elle est elle-même une propagandiste au service du régime Poutine.

Jacques Baud est non seulement un propagandiste au service du régime Poutine, mais il a un passé de propagandiste au service du criminel régime Assad en Syrie.

J’ai, dans des articles précédents, montré très précisément pourquoi ces gens sont des imposteurs. Que des imposteurs aient micro ouvert dans les grands médias, sans qu’il soit possible de montrer dans les mêmes médias que ce sont des imposteurs, est une honte.  

Dans une émission récente, Anne-Laure Bonnel disait qu’il fallait “la paix”, s’indignait que les Européens arment l’Ukraine et accusait les Etats-Unis et l’OTAN de bellicisme et de vouloir pousser les Européens à acheter du gaz américain plutôt que du gaz russe, et elle se demandait pourquoi les Européens suivaient les Américains. A ce degré de débilité et de malhonnêteté, il est difficile de faire pire : a) la paix existait avant que la Russie lance une guerre d’agression, et si la Russie se retirait en territoire russe, il y aura la paix. Il y a un agresseur et un agressé. L’agressé se défend. Du point de vue russe, il ne devrait pas se defender et se laisser détruire et massacrer sans rien dire, je sais, b) les Européens arment l’Ukraine parce qu’elle est le pays agressé et que les Ukrainiens ont le droit de se défendre. Il faudrait les abandonner et dire à Poutine : “prenez l’Ukraine et si cela ne vous suffit pas, prenez aussi les pays baltes et la Pologne”, sans doute. Les Européens s’inquiètent de l’appétit d’un dictateur pour le crime, le meurtre et la prédation. Du point de vue russe, les Européens devraient laisser faire et baisser la tête, je sais. c) les Etats-Unis aident les Ukrainiens à se défendre parce qu’ils sont attaqués. Ne pas le faire à un nom : non-assistance à peuple en danger. Les Etats-Unis voulaient que l’Ukraine entre dans l’OTAN pour que l’Ukraine soit protégée, des Européens ont bloqué la décision, Merkel tout particulièrement. L’OTAN est une structure défensive et tous les pays d’Europe centrale libérés du joug totalitaire soviétique ont choisi librement d’entrer dans l’OTAN pour être protégés des risques de prédation russe. L’Ukraine a été privé de cette chance. Ni les Etats-Unis ni l’OTAN n’ont agressé la Russie. La Russie a agressé l’Ukraine parce que Poutine est un prédateur criminel, et parce que l’Ukraine n’est pas dans l’OTAN d) acheter du gaz russe place l’Europe en position de dépendance par rapport à une dictature prédatrice, acheter à un pays démocratique est procéder à une transaction commerciale, est-ce difficile à comprendre ? Pour une adepte de la dictature prédatrice, à l’évidence, oui. En outre les Etats-Unis n’ont présentement rien à vendre dans ce domaine car l’administration Biden a arrêté la production de nombreux sites. e) les Européens ont peur de l’appétit prédateur de la Russie et sont horrifiés par les crimes commis par l’armée russe. Cela semble difficile à comprendre pour une adepte de la dictature prédatrice. Il y avait des journalistes comme Anne-Laure Bonnel en France entre 1940 et 1945, on les appelait collabos. Certains d’entre eux ont été fusillés à la libération. Anne-Laure Bonnell a, bien sûr, nié les atrocités commises à Bucha et dans d’autres villes ukrainiennes. C’est son rôle….

Je ne parle plus de sites tels que Riposte Laique, passé de la lutte pour la laïcité et contre l’islamisation de la France (lutte que je pouvais soutenir) à des positions pro-Poutine qui peuvent avoir des accents exterminationnistes dignes du temps de Joseph Goebbels. Un titre récent : “Donbass : Il est temps d’écraser les punaises brunes”. La réduction de ceux qu’on veut éliminer au statut d’insectes, depuis le temps du national-socialisme, cela ne se faisait plus. Mais dès lors que des fours crématoires sont de sortie à Marioupol, il n’y a apparemment plus de limites chez certains. J’ajoute, pour les naïfs, que la désinformation russe n’a pas de limites : un faux russe attribuant le bombardement de la gare de Kramatorsk à l’armée ukrainienne a été mis en circulation et présenté comme un reportage de la BBC ! La BBC a protesté, et dit que c’était un faux, mais le faux circule toujours, et il a été publié sur Riposte Laïque. D’autres faux du même type sont en circulation : une vidéo réalisée par une milice russe de Louhansk prétend montrer des soldats ukrainiens disant avoir reçu l’ordre de tuer des civils ukrainiens pour que les soldats russes soient accusés. C’était censé s’être passé à Roubijne (Рубіжне). Le site suisse les observateurs a diffusé la vidéo et retranscrit son contenu sans rien vérifier. Ne pas vérifier les sources et la fiabilité de ce qu’on diffuse dans des temps de désinformation est une faute grave. Le KGB avait une unité дезинформация. Elle existe toujours au sein du FSB.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

218
0
Merci de nous apporter votre commentairex