Publié par Pierre Rehov le 17 mai 2022

Avant-hier, les soi-disant « Palestiniens », ainsi que des millions de leurs partisans dans le monde, ont commémoré le jour de la Nakba, qu’ils appellent leur désastre.

Et soyons clairs sur ce qu’est exactement la Nakba et ce qu’elle n’est pas.

  • Il ne s’agit pas de la perte de terres arabes, comment cela pourrait-il être le cas, alors qu’Israël ne représente que 0,6 % de l’ensemble du monde arabe ?
  • Il ne s’agit pas de la perte de vies arabes, comment cela pourrait-il être possible alors que plus d’Arabes sont morts en un an de guerre civile en Syrie que pendant presque cent ans de tout le conflit israélo-arabe.
  • Il ne s’agit pas de la perte de l’autodétermination arabe, comment cela pourrait-il être possible alors qu’il existe actuellement 22 États arabes, chacun ayant le droit de déterminer son propre avenir ?

Il s’agit d’une seule chose : leur incapacité à détruire l’État juif d’Israël.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Certains disent que nous devrions reconnaître leur douleur dans le but de mieux les comprendre et de faire preuve d’empathie pour leur version des faits.

Attendez ! ? Quoi !!?

Pourquoi devrais-je, ne serait-ce qu’une seconde, reconnaître leur « désastre » – un moment où ils se réunissent, crient et se lamentent sur le fait qu’ils n’ont pas pu commettre un génocide contre l’État juif pour ajouter un autre chapitre « glorieux » de l’histoire arabe.

Je ne reconnaîtrai pas une seconde leur « douleur » pour la perte d’un pays qu’ils n’ont jamais eu.

Je ne ferai pas preuve d’empathie envers un peuple dont les dirigeants ordonnent à leurs citoyens de vous poignarder et de vous arracher le cœur. Je ne ferai pas preuve de sympathie envers un système qui endoctrine les enfants à la haine dès qu’ils ouvrent les yeux. Je ne ferai preuve d’aucune compréhension envers une société qui honore ceux qui commettent des meurtres de masse en les récompensant avec de l’argent et des peintures murales.

Au moment même où j’écris ces lignes, leurs dirigeants corrompus accusent Israël de la mort du journaliste d’Al-Jazeera, alors même qu’ils refusent de coopérer avec Israël dans le cadre de l’enquête, sachant pertinemment que le monde entier accusera Israël de cette mort malgré l’absence totale de preuves. Ils accusent également Israël d’avoir attaqué le cortège funéraire, alors que c’est une bande de leurs voyous arabes qui a détourné le cercueil, qu’Israël essayait de récupérer.

Ces accusations contre Israël sont des mensonges, mais puisque les calomnies ont si bien fonctionné contre le peuple juif dans le passé, pourquoi s’arrêter maintenant ?

Et pourtant, bien qu’Israël leur fournisse de l’énergie, de l’eau et de l’aide, ils continuent à consacrer chaque instant de chaque jour à leur guerre d’anéantissement contre les Juifs, en complotant et en élaborant de nouveaux moyens et méthodes pour poursuivre leur terreur. S’ils faisaient preuve du même enthousiasme pour construire des lieux d’éducation et d’espoir, plutôt que des tunnels de haine et de désespoir, ils seraient peut-être dans une meilleure situation.

Donc, pour moi, peu importe que le monde soit « bouleversé ». Peu importe le nombre d’histoires « tristes » diffusées par des médias malhonnêtes comme la BBC. Peu importe le nombre de titres fantaisistes que le New York Times invente. Et cela n’a certainement pas d’importance de savoir combien de groupes se lèvent et critiquent et menacent Israël – des groupes comme certains organismes religieux qui soutiennent le BDS, ou des partisans de la terreur dans les universités qui se font passer pour des associations d’étudiants, ou des groupes soi-disant juifs haineux comme J-Street et d’autres (qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’est être juif).

Aucune de ces choses n’a d’importance. Tous leurs cris, toutes leurs menaces et toutes leurs protestations ne me font pas changer d’avis, tout comme nos cris, nos supplications et nos protestations n’ont pas fait changer les leurs au cours de l’histoire.

Donc non, en ce jour, je ne reconnaîtrai pas du tout leur « désastre », parce que leur « désastre » signifie qu’ils ont été empêchés de commettre un génocide, et cela signifie que ma patrie juive vit et que l’avenir juif est plus brillant qu’il ne l’a jamais été auparavant.

Les Juifs doivent être fiers d’Israël et si nous ne devons jamais nous réjouir de la douleur des autres, nous ne devons en aucun cas nous sentir coupables d’avoir survécu, car si les Arabes n’avaient pas eu leur « Nakba », cela aurait signifié la fin de la vie juive en Terre d’Israël.

Nous ne devons jamais nous excuser pour cela.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous