Publié par Jean-Patrick Grumberg le 17 mai 2022

Le statut de neutralité légendaire de la Suisse est sur le point d’être mis à l’épreuve : le ministère de la Défense s’est rapproché des puissances militaires occidentales en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Paelvi Pulli, responsable de la politique de Sécurité au ministère suisse de la Défense, participe à une interview avec Reuters à Berne, en Suisse, le 4 mai 2022. Photo prise le 4 mai 2022. REUTERS/Arnd Wiegmann


Le ministère suisse de la Défense élabore actuellement un rapport sur les options de sécurité qui comprennent des exercices militaires conjoints avec les pays de l’OTAN et le stockage des munitions, a déclaré à Reuters Paelvi Pulli, responsable de la politique de sécurité au ministère suisse de la Défense.

« En fin de compte, il pourrait y avoir des changements dans la façon dont la neutralité est interprétée », a déclaré M. Pulli dans une interview la semaine dernière.

Lors d’un voyage à Washington cette semaine, la ministre de la Défense Viola Amherd a déclaré que la Suisse devrait collaborer plus étroitement avec l’alliance militaire dirigée par les États-Unis, sans toutefois y adhérer, ont rapporté les médias suisses.

« La neutralité, qui a permis à la Suisse d’éviter les deux guerres mondiales au cours du XXe siècle, n’est pas un objectif en soi, mais vise à accroître la sécurité de la Suisse », a déclaré M. Pulli.

« Parmi les autres options figurent des réunions régulières et de haut niveau entre les commandants et les responsables politiques suisses et de l’OTAN », a-t-elle ajouté.

Se rapprocher autant de l’alliance marquerait une rupture avec la tradition soigneusement entretenue de ne pas prendre parti qui, selon ses partisans, a permis à la Suisse de prospérer pacifiquement et de conserver un rôle spécial d’intermédiaire, notamment pendant le bras de fer entre l’Occident et l’Union soviétique.

L’idée d’une adhésion à part entière à l’OTAN a été discutée, mais M. Pulli a déclaré que le rapport ne recommanderait probablement pas à la Suisse de franchir le pas et d’adhérer à l’OTAN. Le rapport devrait être terminé d’ici la fin du mois de septembre, date à laquelle il sera soumis au cabinet suisse pour examen. Il sera soumis au Parlement pour discussion, et servira de base à d’éventuelles décisions sur l’orientation future de la politique de sécurité suisse. Le rapport lui-même ne sera pas soumis à un vote.

Le ministère de la Défense contribuera également à une étude plus large préparée par le ministère des Affaires étrangères. Ce projet examinera l’adoption de sanctions, les armes, les exportations de munitions et les relations avec l’OTAN dans une perspective de neutralité, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Neutre depuis 1815

Pour rappel, la Suisse n’a pas participé à une guerre internationale depuis 1815, date à laquelle elle a adopté la neutralité lors du Congrès de Vienne qui a mis fin aux guerres révolutionnaires françaises.

La Convention de La Haye de 1907 stipule que la Suisse ne participera pas aux conflits armés internationaux, ne favorisera pas les parties belligérantes par des troupes ou des armements et ne mettra pas son territoire à la disposition des parties belligérantes.

La neutralité, inscrite dans la Constitution, reconnaît à la Suisse le droit à l’autodéfense et lui laisse une marge de manœuvre pour interpréter les aspects politiques du concept qui ne sont pas couverts par la définition juridique.

Elle a été mise à jour pour la dernière fois au début des années 1990, après l’effondrement de l’Union soviétique, pour permettre une politique étrangère fondée sur la coopération avec d’autres pays dans des domaines tels que l’aide humanitaire et les secours en cas de catastrophe.

Le conflit ukrainien a relancé le débat, désormais centré sur les décisions du gouvernement d’imposer des sanctions à la Russie mais de ne pas autoriser la réexportation de munitions de fabrication suisse vers l’Ukraine.

OTAN en emporte le vent

L’armée suisse est favorable à une plus grande coopération avec l’OTAN comme moyen de renforcer la défense nationale, mais surtout, l’opinion publique a radicalement changé depuis l’invasion de l’Ukraine.

« Il y a beaucoup de malaise, en Suisse, à l’idée que la Suisse ne puisse pas contribuer davantage pour aider l’Ukraine », a déclaré M. Pulli.

La fourniture de munitions par la Suisse à d’autres pays, pour remplacer celles envoyées en Ukraine, est une autre mesure potentielle, a déclaré M. Pulli, ce qui constitue un changement par rapport à la politique du gouvernement jusqu’à présent, bien que la fourniture directe à l’Ukraine soit probablement un pas de trop – sur ce point, on notera la finesse diplomatique.

Le président Ignazio Cassis a pour sa part exclu toute livraison d’armes à des pays tiers pour soutenir l’Ukraine, mais il a également déclaré que la neutralité n’était pas un « dogme » et que l’absence de sanctions « aurait fait le jeu de l’agresseur ».

La Suisse a déjà certains liens avec l’OTAN. L’année dernière, elle a décidé d’acheter des chasseurs F-35A de Lockheed Martin (LMT.N), qui sont déjà utilisés par certains membres de l’OTAN.

La Suisse « ne peut adhérer à aucune alliance en raison de sa neutralité. Mais nous pouvons travailler ensemble et les systèmes que nous achetons constituent une bonne base pour cela », a déclaré le ministre de la Défense à SRF.

Réaction russe

Vladimir Khokhlov, porte-parole de l’ambassade de Russie à Berne, a déclaré que de tels choix constitueraient un changement radical de politique pour la Suisse. Moscou « ne pourrait pas ignorer » une éventuelle renonciation à la neutralité, qui aurait des conséquences, a déclaré M. Khokhlov. Il n’a pas fourni de détails supplémentaires et a bien fait : les Suisses prennent assez mal les menaces, et même l’UDC, très jaloux de maintenir la courageuse neutralité du pays, pourrait y prendre ombrage.

Renversement radical de l’opinion

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie est perçue comme une attaque contre nos valeurs démocratiques occidentales »

  • Selon un récent sondage, plus de la moitié des personnes interrogées – 56 % – sont favorables à un renforcement des liens avec l’OTAN. C’est un bouleversement par rapport aux 37 % en moyenne enregistrés ces dernières années.
  • Le soutien à l’adhésion à l’OTAN reste minoritaire, mais il a lui aussi augmenté de manière significative.

    Le sondage réalisé en avril – deux mois après l’invasion – par Sotomo montre que 33 % des Suisses sont favorables à l’adhésion à l’alliance, contre 21 % exprimées dans une étude précédente de l’université ETH de Zurich.

« Il est clair que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a changé beaucoup d’esprits. Elle est perçue comme une attaque contre nos valeurs démocratiques occidentales », a déclaré Michael Hermann de Sotomo.

  • Thierry Burkart, leader du Parti libéral-démocrate de droite, qui fait partie de la coalition gouvernementale, décrit le changement dans la façon dont les citoyens ressentent la neutralité comme un « changement sismique ».

« Avant l’Ukraine, certaines personnes pensaient qu’il n’y aurait jamais une autre guerre conventionnelle en Europe », a-t-il dit, « ajoutant que certains avaient même préconisé de dissoudre l’armée. Le conflit ukrainien montre que nous ne pouvons pas être complaisants ».

  • Burkart a déclaré qu’il était favorable à une augmentation des dépenses militaires et à une relation plus étroite avec l’OTAN, mais pas à une adhésion complète.
  • A l’inverse, Peter Keller, secrétaire général de l’Union démocratique du centre (UDC), a déclaré à Reuters qu’une relation plus étroite avec l’OTAN était selon lui incompatible avec la neutralité. L’UDC fait également partie de la coalition gouvernementale et est le plus grand parti de la chambre basse du parlement suisse.

« Il n’y a aucune raison de changer cette maxime de politique étrangère qui a fait ses preuves. Elle a apporté la paix et la prospérité à la population », a déclaré M. Keller.

Le ministère de la Défense n’est pas d’accord avec cette analyse. Lors de sa visite à Washington, Mme Amherd a déclaré que le cadre de la loi sur la neutralité « nous permet de collaborer plus étroitement avec l’OTAN et aussi avec nos partenaires européens », rapporte le journal Tagesanzeiger.

Même la Suisse !

Le va-t’en-guerre Vladimir Poutine a mis la planète en danger, par son agression militaire injustifiée, qui est ressentie comme une attaque contre les valeurs occidentales. Personne n’avait besoin de détruire le statu quo, et il le paiera sans doute au prix fort.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

33
0
Merci de nous apporter votre commentairex