Publié par Magali Marc le 10 mai 2022

Donald Trump, quand il est arrivé dans le Bureau Ovale était un néophyte, détesté autant par l'Establishment Républicain que par les Démocrates. Ils ont tout fait pour saboter sa présidence avec la complicité des fonctionnaires de l'État Profond. L'exemple de Mark Esper, l'ex-Secrétaire à la Défense que Donald Trump a fini par virer montre que le prochain président républicain, quel qu'il soit, devra embaucher prudemment et virer rapidement ceux qui se révèlent incompétents, mous ou déloyaux.

Pour les lecteurs de Dreuz, j'ai traduit la chronique de Kurt Schlichter, parue sur le site de Townhall, le 9 mai.

*********************

Je bâille d'ennui devant cet autre raté anti-Trump qui fait de la lèche aux médias

S'il y a un genre qu'on a assez vu, c'est bien celui du récit auto-hagiographique d'un raté de bas étage de l'Administration Trump qui tente de tirer parti de ses échecs antécédents pour obtenir une avance de fonds et quelques succès sur MSNBC et CNN en répondant à des questions complaisantes de la part de types mieux connus pour s'être fait plaisir lors d'appels conférence sur Zoom.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Le dernier exemple en date est celui de Mark Esper, qui mériterait le titre de pire Secrétaire à la Défense de tous les temps si ce n'était de la concurrence acharnée que lui fait l'actuel Secrétaire à la Défense des États-Unis (Lloyd Austin).

Normalement, je ne donnerais pas le titre du livre ridicule de ce crétin pompeux, mais il est tout simplement trop drôle – ( «A Sacred Oath» - Un serment sacré ). Oui, il l'a vraiment nommé ainsi. C'est prétentieux, suffisant et tellement washingtonien qu'il faut avoir un cœur de pierre pour ne pas éclater de rire.

Je ne donne pas le lien vers le livre de ce Monsieur Serment , mais - à la place, je donne le lien vers mon nouveau livre* qui, à l'inverse, est basé sur la réalité et sera réellement lu au lieu de rester coincé sur une étagère à côté des réflexions poussiéreuses de quelconques sommités.

Même les plus grands défenseurs de Donald Trump doivent admettre que le bilan de ce président en matière de personnel est, disons, mitigé, allant de la détection de talents étonnamment perspicaces, comme dans le cas du conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien et de l'ambassadeur Ric Grenell (Pour être honnête : les deux sont des amis) à des faux pas étonnants comme l'embauche de Rex Tillerson, John Bolton et ce crétin de Mark Esper.

Il n'est pas surprenant, selon les journalistes qui ont demandé à leurs stagiaires de parcourir son prochain livre, que Esper dépense beaucoup de munitions pour attaquer MM. O'Brien et Grenell.

Ce sont les gars qui ont seulement contribué à ramener la paix au Moyen-Orient, à résoudre le conflit entre le Kosovo et la Serbie, et à faire en sorte que l'OTAN commence à peser de tout son poids - toutes choses qui se sont avérées très utiles ces derniers temps.

En revanche, M. Esper - dont vous ne serez pas choqués d'apprendre qu'il a travaillé pour Raytheon ( NdT: Une société américaine qui développe et fabrique des produits dans le domaine de l'aérospatiale et de la défense) - avant d'arriver au Pentagone - est une note en bas de page de l'histore dont la page Wikipédia passe beaucoup de temps à dire qu'il était très attaché à l'accueil de militaires transgenres. C'est un signe de sérieux. C'est lui qui a apporté les pronoms sexospécifiques dans l'armée américaine.

Mais cela ne l'a pas empêché de faire le tour des journalistes valets du régime Biden, qui ne sont que trop heureux de donner le micro à un renégat anti-Trump pendant quelques instants avant de le reléguer dans une obscurité bien méritée.

Voici quelques-uns de ses plus grands succès - et ce qui est hilarant, c'est qu'il en est probablement très fier.

  1. Mark Esper prétend qu'il a empêché Donald Trump de placer de nombreux militaires à la frontière pour arrêter l'immigration illégale. Pourtant, avec plusieurs millions de clandestins errant vers le nord, l'idée de mettre des militaires à la frontière pour arrêter les clandestins sonne plutôt bien en ce moment.
  2. Il prétend avoir empêché le Président Trump d'envoyer des soldats afin de réprimer les émeutes des démocrates-gauchistes en 2020. (J'ai personnellement participé à l'action de l'armée lors de l'émeute de Los Angeles et nous avons mis fin à cette absurdité en trois jours). Les émeutes de 2020 ont duré tout l'été. Bien joué Mec !
  3. Il prétend qu'il a empêché M. Trump d'aider le gouvernement mexicain à combattre les cartels de la drogue en faisant sauter leurs laboratoires.
    Pourtant, avec 100.000 morts causées par le Fentanyl chaque année aux USA, si nous devons combattre un ennemi étranger, peut-être que ce devrait être l'ennemi d'à côté qui tue littéralement 100.000 Américains par an au lieu du méchant du jour de l'Establishment de la politique étrangère au Onsenfoutistan.
  4. M. Esper affirme qu'il s'est courageusement opposé à l'idée de prendre la tête d'al-Baghdadi, de la tremper dans du sang de porc et de l'exposer publiquement pour montrer aux terroristes d'ISIS le salaire du péché, parce que, selon lui c'était "un crime de guerre".
    Pourtant un assassin de masse musulman qui n'est pas un combattant légal et n'est donc pas couvert par la Convention de Genève. Mais pourquoi gâcher avec des faits une bonne anecdote dont il pense être le héros ?
  5. Il voulait garder beaucoup de militaires en Allemagne, peut-être pour récompenser les Allemands de leur contribution remarquable à l'OTAN, au lieu de positionner nos soldats dans les pays alliés réellement menacés par la Russie. Alors que MM. O'Brien et Grenell exigeaient que les Boches paient leur juste part, M. Esper était fermement ancré dans le camp de ceux qui voulaient que l'Oncle Sam continue de payer la facture pour les mangeurs de strudel resquilleurs.

Ce type a l'instinct de George Costanza ( NdT: un personnage de la série télévisée américaine Seinfeld, décrit comme étant « le roi des idiots » ); s'il avait fait le contraire de ce que son instinct lui disait, il aurait été génial.

Au lieu de cela, il a été généralement considéré, à la fois par les autres fonctionnaires et les entrepreneurs de la défense, comme totalement incompétent.

La plupart des autres membres de l'Administration Trump se moquaient de lui et il était souvent exclu du processus de décision.

Il était un membre de L'État Profond (le marécage des fonctionnaires à Washington) totalement superficiel. Lorsqu'il participait à une discussion, c'était pour se mettre en travers du chemin.

De façon hilarante, il s'attribue le mérite d'avoir déployé des navires-hôpitaux de la Marine dans nos villes pendant la panique du coronavirus, mais mes sources me disent qu'il s'y était initialement opposé.
Il a également ralenti l'envoi de Javelins en Ukraine, utilisant des ressources militaires prévues pour servir contre les cartels, et a interféré avec les missions de sauvetage d'otages.

Il a contribué à bloquer les 350 navires de la marine américaine, ce pour quoi la Chine devrait lui donner une médaille.

Donald Trump voulait tout ces choses, mais Mark Esper s'est mis en travers du chemin.

Cela en dit long sur un Never-Trumper qui a feint d'être loyal pour obtenir un poste politique, puis l'a utilisé dans le but de faire obstruction à l'homme que les Américains avaient élu. Tant pis pour la démocratie.

Ces types sont tous les mêmes, des médiocres imposants qui manquent néanmoins d'humilité alors qu'ils ont tant de raisons d'être humbles.

J'accorderai à M. Esper un certain crédit - bien qu'il soit un gauchiste aussi inutile que n'importe quel gobelin du Lincoln Project, au moins il est autorisé dans un rayon de 400 mètres d'une école.

Malheureusement, si son mandat honteux au Pentagone est un indicateur, il utiliserait cet accès pour injecter le Théorie critique de la race, la stupidité des pronoms, et les autres shibboleths du progressisme moderne dans les salles de classe, tout comme il les a laissé infecter notre armée sous sa prétendue direction.

Nos forces armées avaient sensiblement empiré lorsqu'il a finalement quitté son poste - voilà sa contribution: une armée qui ne peut pas gagner une guerre et qui ne peut pas dire quelles toilettes on doit utiliser.

Mark Esper a déclaré au New York Times, dans un mauvais anglais destiné à plaire à ses collègues Never-Trumpers ratés, que le Président Trump était « une personne sans principes qui, étant donné son intérêt personnel, n'aurait jamais dû être en position de service public. »

Bien sûr, cela ne l'a pas poussé à démissionner comme toute personne intègre œuvrant « dans un poste de service public » (sic) l'aurait fait si elle avait découvert que son patron était en fait « une personne sans principes qui, étant donné son intérêt personnel, ne devrait pas être en position de service public. »

Non, il s'est accroché à sa sinécure jusqu'à ce qu'il soit viré - par un tweet de Donald Trump.

Parfait – c'était une fin convenablement frivole de la carrière d'un raté.

M. Esper était si mauvais que même en tant qu'ex-Sec Def, il n'a pas réussi, par la suite, à obtenir un emploi pépère. Le gars n'est même pas capable d'arnaquer correctement.

Mais il y a une plus grande leçon à tirer ici que le fait qu'une personne en particulier soit nulle : Le prochain président républicain, qu'il s'agisse de Trump 2.0, de Ron DeSantis ou de qui que ce soit, devra embaucher lentement et licencier rapidement.

Il y a des troupeaux de ces bureaucrates dignes de Vindman qui paissent à Washington, tous désireux d'obtenir des postes d'influence et de faire avancer leur propre agenda, pas celui des conservateurs. Nous devons arrêter cela. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser le programme de la prochaine administration être détourné par de mauvais choix de personnel.

Le prochain candidat du GOP devra faire connaître à l'avance ses choix de cabinet, afin que nous puissions les examiner, et le premier qui sort du rang devra recevoir, au figuré, le même traitement qu'al-Baghdadi afin d'encourager ceux qui respectent le programme conservateur.

Nous devons jeter aux poubelles les valets et ceux qui aspirent à le devenir si rapidement qu'ils n'auront même pas le temps d'accumuler assez d'histoires pour écrire un livre.

* (https://www.amazon.com/Well-Be-Back-Fall-America/dp/1684513308/ref=tmm_hrd_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1645625344&sr=8-1),

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Townhall

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz