Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 juin 2022
50 morts lors de la messe au Nigeria – les tueurs ne sont pas blancs, les morts ne sont pas musulmans : donc silence média

Des hommes armés ont massacré les fidèles, dont des femmes et des enfants, lors de la messe catholique dimanche dans le sud-ouest du Nigeria.

Ce n’est pas le drame de Christchurch, où le tueur a été décrit dans les médias comme un suprémaciste blanc, et où les victimes étaient musulmanes, lequel a été récupéré comme une occasion formidable pour faire avancer la cause des médias, qui se sont donné pour mission non plus d’informer, mais de lutter contre l’extrême droite. 50 morts catholiques, noirs tués par des noirs, très probablement musulmans, ça ne sert aucune cause politique, donc silence média.

Un médecin d’un hôpital local a déclaré à Reuters qu’au moins 50 morts avaient été transportés dans deux hôpitaux.

La police de l’État d’Ondo enquête sur l’attaque de l’église catholique Saint-François d’Owo mais n’a pas identifié les tireurs, a déclaré le porte-parole Funmilayo Ibukun Odunlami. Adeyemi Olayemi, membre de l’Assemblée de l’Ondo, a déclaré à CNN qu’au moins 28 personnes avaient été tuées. Le président Muhammadu Buhari a condamné l’attaque « odieuse ».

Dans des tweets, le gouverneur Arakunrin Oluwarotimi Akeredolu a déclaré qu’il s’était rendu sur les lieux et auprès des paroissiens blessés à l’hôpital et a qualifié cette « attaque vile et satanique … d’attaque calculée contre le peuple pacifique du royaume d’Owo qui a bénéficié d’une paix relative au fil des ans. »

Owo est situé dans l’État d’Ondo, dans le sud-ouest du Nigeria, une région du pays qui ne connaît généralement pas de conflits violents liés à la religion. Les autorités n’ont donné aucune information sur les auteurs et les raisons de l’atrocité de dimanche.

Le Nigeria connaît de graves problèmes de violence et de criminalité dans plusieurs régions, notamment les insurrections islamistes dans le nord-est, les enlèvements massifs contre rançon dans le nord-ouest et la contrebande de pétrole brut dans l’extrême sud. Le massacre d’Owo n’entre dans aucune de ces catégories.

Le sud-ouest abrite le groupe ethnique Yoruba, qui se divise à peu près également entre musulmans et chrétiens. Les deux communautés cohabitent généralement de manière pacifique.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex