Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 juin 2022
Biden révèle par mégarde qu’il est dirigé pas-à-pas : « asseyez vous à votre place », « posez une question », « quittez la salle »

Triste naufrage ; pauvre homme forcé à se présenter à la présidentielle alors qu’il ne voulait pas et été déjà diminué ; embarras et crise de nerfs à la Maison-Blanche, qui ne sait pas comment faire le spin-docteur de la situation : Biden a accidentellement révélé la fiche qui lui dicte pas à pas quoi faire en public.



Les instructions préparées pour Biden – intitulées « Séquence des événements » – lui disent d' »entrer dans la salle Roosevelt et de dire bonjour aux participants ». Je ne plaisante pas. Ensuite, le document indique : « VOUS vous asseyez à VOTRE place » (« VOUS » et « VOTRE » sont même écrits en majuscule afin qu’il comprenne le sens de cette phrase complexe).

  • La note indique qu’après l’arrivée des journalistes, « VOUS faites de brefs commentaires (2 minutes) ».
  • Lorsque les journalistes partent, « VOUS posez une question à Liz Shuler, présidente de l’AFL-CIO », puis
  • « VOUS remerciez les participants » et
  • « VOUS partez ».

L’utilisation par Biden des notes lors d’événements a déjà été embarrassante, comme en juillet dernier, lorsqu’un assistant a griffonné : « Monsieur, il y a quelque chose sur votre menton », et que Biden a tenu cette note à l’envers, et elle fut visible des journalistes et des photographes, ou lorsqu’il a déclaré en mars que le président russe Vladimir Poutine « soit démis de ses fonctions » en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le lendemain, le chef de cabinet de la Maison Blanche, Ron Klain, a retweeté un message du correspondant de CNN à la Maison-Blanche, John Harwood, qui a déclaré que la remarque de M. Biden témoignait d’un « manque important de discipline ». Comme Poutine sait que Biden sucre les fraises, il n’a pas été plus que ça déstabilisé.

Conclusion

Vous vous souvenez, quand les journalistes réclamaient, acharnés, que le président Trump passe un test cognitif ? Et pour Joe Biden, jamais un mot, et pourtant, il y a largement de quoi se poser la question de savoir si cet homme, au-delà des multiples erreurs qu’il a commises en si peu de temps, a toujours toute sa tête. Dans un siècle, j’en suis certain, les historiens évoqueront la période actuelle comme le summum de la corruption du journalisme, lesquels ont corrompu la démocratie.

Ceux qui ont baptisé Biden « cornet de glace » passent à côté du problème, qui est infiniment plus grave.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex