Publié par Eduardo Mackenzie le 12 juin 2022

Sebastian Camilo Guanumen Parra, un assistant du candidat marxiste Gustavo Petro, est celui qui a proposé de lancer une sordide campagne d’insultes et de fakes news contre Federico ‘Fico’ Gutierrez, le candidat libérale et le plus fort rival de Petro, à l’époque, et contre deux autres candidats à la Présidence de la République, avant le premier tour de l’élection présidentielle du 29 mai dernier.

Guanumen, 28 ans, est un communiste formé à l’agit-prop dans une université russe. Il affirme avoir étudié les « sciences politiques » (sic) à Moscou à l’Université de l’Amitié des peuples de Russie, anciennement Université Patrice Lumumba. L’URSS a créé cette université  en 1960 pour étendre son influence à travers l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine, en formant, en langue russe, des agitateurs d’une dizaine de professions qui reviennent dans leur pays pour pénétrer les cercles du pouvoir ou former des groupes subversifs. C’est là que Jaime Bateman Cayón, le fondateur de la sanguinaire guérilla M-19, a également été formé en 1962-63. Bateman avait été envoyé à Moscou par la Jeunesse Communiste et par Gilberto Vieira, chef du Parti communiste colombien. Bateman y a étudié les ʺsciences sociales », selon son biographe Darío Villamizar. Sur les bancs de cette université, on retrouve à cette période, aussi, un autre futur chef du M-19, Ivan Marino Ospina.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Guanumen dit qu’après son retour en Colombie il a fait une spécialisation en gestion publique à l’ESAP et qu’il a même obtenu un « master » en éducation, économie et développement au prestigieux University College London.

Guanumen a peu appris l’économie à Londres, s’il est vrai qu’il y est allé. Il est connu plutôt pour sa proximité avec des groupes d’extrême gauche. Aux élections législatives colombiennes du 13 mars dernier, il a conseillé Mafe Carrascal qui  faisait campagne pour être élue à la Chambre des représentants, ainsi que d’autres candidats du « Pacte historique », une coalition de partis marxistes dirigée par Gustavo Petro.

Hugo German Guanumen Pacheco, c’est le père de Sebastian. Il a travaillé  dans la Empresa de Acueducto y Alcantarillado de Bogotá à l’époque où Petro était le désastreux maire de Bogotá.  Selon El Tiempo, Hugo Guanumen, en 2019,  a échoué dans sa tentative de devenir maire de Sogamoso pour le parti castro-chaviste « Colombia Humana ». Et pour cause : c’est lui qui a « donné l’avis favorable sur l’état des camions poubelles totalement délabrés achetés par Petro aux Etats-Unis,  scandale qui a déclenché un tollé contre Petro », rappelle un correspondant de la BBC. Malgré cela, Hugo Guanumen continue d’empocher de l’argent de Bogota. Grâce à Claudia Lopez, l’actuelle maire de Bogota, cet homme a un contrat en cours de 64 millions de pesos. Son fils n’est pas en reste : il a eu deux  contrats juteux avec le Conseil de Bogotá, entre 2020 et 2021.

On ne sait pas combien Gustavo Petro paie maintenant Sebastian Guanumen. En tout cas, ce dernier  doit redorer l’image du candidat du ʺPacte historiqueʺ au vu du taux de rejet très élevé que Petro provoque dans la population colombienne. Sebastian a avoué à la presse que son  objectif est d’essayer de montrer Gustavo Petro comme un « être tendre qui parle avec les électeurs », comme un homme politique « proche du peuple ». Il y a quelques semaines, Guanumen a inventé une tactique consistant à envoyer des phrases d’amour à des abonnés Instagram. Il a recommandé à Petro, lorsque celui-ci reçoit un message sur ce réseau social, de répondre par un « merci » suivi de la phrase « Je t’aime beaucoup ».

La technique Guanumen ne vole pas  très haut. Il l’a lui-même résumée en trois phrases lors de la rencontre secrète de plusieurs responsables du mouvement de Petro –mais révélée avant-hier par la revue Semana avec sept vidéos à l’appui–: « Il faut répandre certaines rumeurs », « il faut vendre ‘Fico ‘ comme une marionnette », « nous devons commencer à lui fabriquer des scandales ». « Instiller certaines rumeurs » et « fabriquer des scandales » à quelqu’un, c’est produire de fausses nouvelles, les diffuser anonymement et massivement à travers les réseaux, ou en utilisant des journalistes peu avertis, et les rassembler plus tard par d’autres moyens comme s’il s’agissait de faits avérés. Guanumen utilise également l’astuce stalinienne consistant à diffuser des photos trafiquées pour humilier ses victimes. « Collons-lui un visage de dépravé » recommande Guanumen aux propagandistes du « Pacte historique » chargés de tuer moralement le candidat Federico Gutierrez.

Telle est la méthode  de l’opération, impitoyable et illégale, contre trois candidats, notamment contre le très populaire Federico Gutierrez, ancien maire de Medellín. A cause de la crédulité des campagnes qui sont ainsi attaquées, ce dispositif a été facilement mis en place et a produit les effets escomptés par Petro : Fico a été éliminé du second tour.

C’est ce que Guanumen appelle « générer du contenu » pour « attaquer » les dirigeants politiques démocrates et gonfler comme un ballon la candidature dévaluée du castro-chaviste Petro. Ce sont sept vidéos qui ont été révélées par Semana, dans lesquelles Guanumen et d’autres activistes du « Pacte historique » apparaissent, tels que Roy Barreras et Clara Lopez. Dans l’une de ces vidéos, Gustavo Petro lui-même fait une apparition.

N’oublions pas que quelqu’un a placé un dispositif d’écoute illégale au siège de la campagne de Fico à Medellín. Quel rôle dans cet acte délictueux a joué Sebastian Guanumen qui cherchait à l’époque des éléments pour fabriquer des rumeurs contre Fico?

Les quatre questions qu’on peut se poser à présent sont les suivantes :

  • 1.- Quelles autres conneries les gens de Petro sont-ils en train d’inventer et de mettre en œuvre contre le candidat présidentiel montant  Rodolfo Hernández ?
  • 2.- Que font les autorités judiciaires colombiennes pour éviter que ces basses manœuvres de sale guerre politique soient éradiquées ?
  • 3.- Faudra-t-il faire un dessin aux procureurs sur les violations du code pénal commis par les individus apparaissant dans les vidéos ?
  • 4.- Faudra-t-il dire aux procureurs que les électeurs attendent toujours le résultat de l’enquête en cours sur l’espionnage que quelqu’un a mené contre Fico à son siège de Medellin ?

© Eduardo Mackenzie (@eduardomackenz1) pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous