Publié par Magali Marc le 13 juin 2022
Le New York Times a-t-il réalisé que Biden a perdu les pédales et ruiné le parti Démocrate ?

Le NYT a fait partie des médias qui ont promu Joe Biden lors de l’élection présidentielle en 2020 et ont applaudi sa « victoire ». Alors il est plutôt curieux que près d’un an et demi plus tard, suite aux nombreux fiascos de Joe, le Times commence à faire apparaître des fissures dans son enthousiasme. Il a récemment publié un article dans lequel  une cinquantaine de responsables démocrates se disent frustrés par les difficultés que connaît Joe à faire avancer son programme et qui doutent de sa capacité à sauver le parti de la défaite inévitable qui les attend aux élections de mi-mandat.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Rajan Laad,  paru sur le site d’American Thinker, le 12 juin.



*************************

Le New York Times s’en prend à Joe Biden

Il est évident que les grands médias font office d’aile de propagande pour l’Establishment démocrate de Washington. En fait, les médias d’information ne devraient pas être considérés comme une entité distincte, mais plutôt comme un département au sein du Parti Démocrate.

Lire un article d’opinion dans le New York Times ou le Washington Post, ou regarder une émission sur MSNBC ne donne pas un aperçu de ce que les rédacteurs ou les présentateurs pensent, mais plutôt de ce que l’Establishment démocrate pense ou veut que ses électeurs croient.

Le NYT a fait partie de ceux qui ont activement promu Joe Biden lors de l’élection présidentielle en 2020 et ont applaudi sa « victoire » en affirmant que les adultes étaient de retour aux commandes.

Près d’un an et demi plus tard, suite aux myriades de désastres que Biden a créés, le journal reste toujours son cheerleader, mais des fissures proéminentes commencent à apparaître.

Le Times a récemment interviewé 50 responsables démocrates, des chefs de comté aux membres du Congrès, et des électeurs de Joe Biden pour 2020, qui sont frustrés par la « lutte de M. Biden pour faire avancer l’essentiel de son programme » et qui doutent de « la capacité de Joe Biden à sauver le parti d’une défaite annoncée aux élections de mi-mandat ».

Ces Démocrates sont également alarmés par la montée en puissance des Républicains et sont extraordinairement pessimistes quant à la voie à suivre dans l’immédiat. Ils sont également très déçus par les échecs répétés de Joe Biden à faire avancer le programme de l’extrême-gauche.

Le NYT admet que les Démocrates ont du mal à expliquer l’inflation qui n’a jamais été aussi élevée depuis 40 ans, la flambée des prix de l’essence, la persistance de la pandémie, les fusillades de masse et une Cour suprême prête à mettre fin au droit fédéral à l’avortement.

Le NYT ne mentionne pas la frontière ouverte qui provoque un afflux de migrants, le trafic d’êtres humains et la contrebande de drogues illicites. Il ne mentionne pas non plus la crise de la chaîne d’approvisionnement, la pénurie de lait maternisé ou les diverses crises à l’étranger.

Selon lui, les Démocrates sont fatigués des gaffes de Joe Biden sur la scène mondiale, qui doivent être sans cesse corrigées par son équipe de la Maison Blanche. Ils notent également que Joe a donné moins d’interviews que n’importe lequel de ses prédécesseurs récents.

Le journal estime qu’il est nécessaire de regarder plus loin que Joe Biden.

– « La présidence est un travail monstrueusement éprouvant et la dure réalité est que le président serait plus proche de 90 que de 80 ans à la fin d’un second mandat, et ce serait un problème majeur », a concédé David Axelrod, le stratège électoral en chef de Barack Obama.

Le vétéran démocrate Howard Dean pense que Biden n’a pas réalisé suffisamment ce qu’il a promis:

– « Nous devons avoir des exemples concrets de la manière dont nous gérons les choses ; cela ne peut pas être que du vent et du kumbaya ».

Le journal spécule sur les options dont disposeraient les Démocrates si Joe Biden se retirait.

La candidature de Kamala Harris, qui a elle-même connu une série d’échecs politiques, est considérée 

comme une option révolue par les initiés démocrates.

Les Sénateurs Amy Klobuchar (Minnesota), Bernie Sanders (Vermont), Elizabeth Warren (Massachusetts) et Cory Booker (New Jersey), le secrétaire aux transports Pete Buttigieg et Beto O’Rourke sont mentionnés, mais manifestement sans grand enthousiasme. Étonnamment, Hillary Clinton n’est pas mentionnée du tout.

On apprend que les Démocrates sont conscients que les élections de mi-mandat pourraient faire basculer l’équilibre du pouvoir au Congrès en faveur des Républicains, ce qui entraverait le programme de M. Biden pour la seconde moitié de son mandat. Apparemment, ils se plaignent de l’écart d’enthousiasme dans le public entre eux et les Républicains et du fait qu’ils n’ont pas fait avancer leur programme d’extrême-gauche.

L’incapacité de Joe Biden à convaincre les sénateurs démocrates centristes de se ranger à ses côtés suscite également de la frustration.

Les jeunes électeurs démocrates déplorent « une grande perte nationale d’espoir » et espèrent qu’une personne plus jeune se présentera sur le «ticket» démocrate en 2024.

Ils révèlent un sondage d’Associated Press montrant que Joe n’est approuvé qu’à 73 % par les électeurs démocrates. La plupart des présidents en exercice, y compris le Président Trump, ont eu une approbation de 90+ dans leur propre parti.

L’article indique que même certains des premiers partisans de la campagne 2020 de Biden se demandent maintenant s’il peut mener le parti à travers un autre cycle électoral difficile contre Donald Trump.

Certains Démocrates craignent que leurs échecs incessants n’incitent les électeurs à rester chez eux pendant les mid-terms.

L’article se termine par la déclaration d’un responsable démocrate : « Les démocrates ont besoin d’un leadership frais et audacieux pour la course présidentielle de 2024. Cela ne peut pas être Joe Biden ».

Récemment, le NYT a publié un article d’opinion concernant crise de l’inflation de Joe Biden et quelques autres articles où son portrait n’était pas élogieux. Ces articles ne révèlent rien que les observateurs impartiaux ne savaient déjà. Le seul groupe qui pourrait être surpris est la base de lecteurs du NYT qui préfère probablement les carillons des chambres d’écho aux faits gênants.

La question demeure : pourquoi le NYT s’en prend-il à Joe Biden alors que les élections de mi-mandat n’ont lieu que dans quatre mois ?

Pourquoi ne pas attendre la défaite et s’en prendre à lui pour lui faire porter le chapeau ? Nous devons comprendre que ce journal ne lèverait jamais le petit doigt sans l’approbation des dirigeants démocrates.Peut-être reconnaissent-ils les pertes considérables auxquelles les Démocrates devront faire face en 2022 et se préparent-ils à l’avance pour 2024.

Peut-être s’agit-il d’une stratégie pour les élections de mi-mandat : faire porter la responsabilité de tous les échecs à Joe Biden. Ce qui implique que les sénateurs, les députés et Nancy Pelosi qui se présentent aux élections de mi-mandat sont irréprochables et méritent donc qu’on vote pour eux.

Au-delà de cela, il s’agit probablement pour le NYT de conserver une certaine crédibilité.

Le NYT aurait volontiers dissimulé les échecs de Joe s’ils n’avaient pas été aussi colossaux et évidents. Si Joe Biden obtenait une note de 5/10 sur la plupart des questions, ils auraient pu allègrement le déguiser en 8/10 en sélectionnant soigneusement les faits. 

Mais Joe n’obtient qu’une note allant de 1/10 à 3/10 sur de nombreux fronts, ce qui est évident pour tous et impossible à déguiser. Alors, ils n’ont pas d’autre choix que d’être factuels.

Les Démocrates réalisent probablement que Joe Biden a atteint un point de non-retour et utilisent le NYT comme un canal pour l’inciter à faire ses bagages.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source: https://www.americanthinker.com/blog/2022/06/the_new_york_times_turns_on_biden.html

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex