Publié par Jean-Patrick Grumberg le 12 juin 2022
Les Accords de Minsk, quels accords de Minsk ?

Préambule : Je ne suis ni partisan de l’Ukraine, ni partisan de la Russie, je vous rapporte les faits qui survivent au test de la propagande*. Je sais bien que les faits que certains d’entre vous n’ont pas envie de lire vous dérangent. Je ne peux pas renoncer à les publier pour faire plaisir. Le métier de journaliste ne consiste pas à faire plaisir. En revanche, je n’ai aucune raison d’avoir de l’animosité contre ceux qui soutiennent l’invasion, et je n’en ai pas. Je pense qu’ils se trompent, qu’ils reprennent des informations erronées parce qu’elles leur plaisent, mais cela ne me dérange pas plus que ça. Ce n’est pas comme pour Israël ou les Etats-Unis, deux pays qui m’importent, et pour lesquels, si j’accepte sans difficulté qu’on ne les aime pas, je bagarre sans répit pour que cela ne se fasse pas sur la base de mensonges et fausses informations propagées par des médias qui les vomissent.

Je dois vous reparler des Accords de Minsk. Beaucoup justifient l’invasion de l’Ukraine par le non-respect des accords de Minsk. Ils font erreur et je vous explique pourquoi.



Il y a eu deux Accords de Minsk. Minsk 1 et Minsk 2. J’ai publié un rapport complet pour expliquer ces deux Accords. Le premier a été violé à la fois par l’Ukraine et la Russie, et il serait malhonnête d’accuser l’Ukraine, et pas la Russie, pour justifier l’invasion de la Russie.

L’échec de Minsk 1 a conduit le président Hollande et Angela Merkel à rédiger le second Accord. Un accord rédigé par des incapables, corrompus et stupides. J’explique pourquoi dans mon rapport.

Quant au second Accord, Minsk 2, et bien la Russie n’est pas dans cet accord ! Intellectuellement, il n’est donc pas possible de justifier l’invasion de l’Ukraine comme la réponse de la Russie au fait qu’elle a violé ces accords – puisque la Russie ne les pas signés ! Elle y a participé, tout comme la France et l’Allemagne. La Russie ne peut pas dire aux Ukrainiens : « vous n’avez pas respecté cet accord que vous avez signé avec x et y, alors je vous déclare la guerre » ! La Russie n’est pas garant du respect des accords. Elle l’a d’ailleurs clairement rappelé, quand on lui a reproché de continuer à armer les rebelles après la signature de Minsk 2 qui avait négocié leur désarmement : la Russie a dit qu’elle n’était pas signataire des Accords, et qu’on ne pouvait donc pas lui dire qu’elle s’était engagée à désarmer les séparatistes.

Oui, Minsk est un faux argument tenu par les poutinistes.

Pourquoi ? Parce qu’ils ont décidé que la Russie était en droit d’envahir l’Ukraine du fait qu’ils ont une tendresse pour Poutine, et ensuite, ils ont cherché de quoi justifier cette invasion, parce que s’ils ne situaient pas du côté de la morale, ils en éprouveraient un sentiment de culpabilité.

Alors tout y passe :

Si les soutiens de l’invasion évoquent les Accords de Minsk, vous aurez remarqué qu’aucun d’entre eux n’évoque ceux de Budapest. Pourquoi ? Parce qu’ils dérangent. Que disent ces Accords de 1991 ? Que l’Ukraine, qui vient de déclarer son indépendance, et se retrouve avec des installations nucléaires sur son sol héritées de l’ère communiste, s’engage à se débarrasser de cette puissance nucléaire, en échange de quoi la Russie et les Etats-Unis s’engagent à ne jamais envahir l’Ukraine.

L’Ukraine s’est débarrassée de sa puissance nucléaire. La Russie a violé l’accord et a envahi l’Ukraine.

Pourquoi les pro-Russes n’en parlent-ils pas ? Parce que cela contredit ce qu’ils ont décidé de croire. Parce qu’ils ne lisent que ce qu’ils ont envie de lire, c’est-à-dire des informations pro-russes, et que les médias pro-russes ne parlent pas du mémorandum de Budapest.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

* Test de la propagande : faire preuve de bon sens, et rejeter les informations pro-russes des médias et militants russes et pro-russes ; rejeter les informations pro-Ukraine des médias ukrainiens ; se méfier comme de la peste des informations pro-Ukraine de la grande presse et des militants pro-ukrainiens ; prêter attention aux informations négatives sur l’Ukraine et aux informations actuellement favorables à la Russie diffusées par la grande presse.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

20
0
Merci de nous apporter votre commentairex