Publié par Magali Marc le 10 juin 2022

Les Démocrates vont être battus à plate couture lors des Midterms de novembre à cause, notamment, de l’implosion de la présidence de Joe Biden. La diffusion de la fausse audience de la Commission du 6 janvier devant la Chambre des Représentants, jeudi soir, était destinée à distraire les Américains de leurs échecs, alors qu’ils n’ont fait qu’empirer les choses de la crise frontalière, au prix du gallon d’essence, en passant par les pénuries de produits alimentaires et jusqu’aux vagues de criminalité qui déferlent dans les grandes zones urbaines. Il est douteux que cela leur réussisse. De plus, la récente tentative d’assassinat. à son domicile, du Juge de la Cour suprême, Brett Kavanaugh, ne les aidera pas non plus.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Tim Jones, paru sur le site d’American Thinker, le 9 juin.

*************************

La seconde guerre civile est déjà en cours

Il y a une deuxième guerre civile en cours, mais sans les coups de feu.

Elle oppose deux factions de politiciens élus à Washington, engagées dans un combat à mort sans précédent.

Cette guerre a commencé il y a environ 12 ans, sous la première Administration du président Barack Obama, et se déroule sur différents champs de bataille et de différentes manières.



Ce qui suit est un récit de ces batailles et de l’armement du gouvernement fédéral contre ses propres citoyens, ou au moins la moitié d’entre eux.

L’audience fictive du 6 janvier qui a été télévisée jeudi soir (le 9 juin) constitue une autre bataille dans la guerre avec laquelle les Démocrates font tout ce qu’ils peuvent non seulement pour délégitimer Donald Trump, le Parti républicain et ses partisans, mais aussi pour les incriminer.

L’ « insurrection » du 6 janvier

La prétendue «insurrection» du 6 janvier 2021 fait partie de cette guerre civile.

Des partisans de droite protestait contre ce qu’ils considéraient, à juste titre, comme étant un simulacre d’élection. La situation a dégénéré et la foule a franchi une limite en entrant en masse dans le Capitole, mais il ne s’agissait absolument pas d’une insurrection ou d’une tentative d’annuler l’élection.

D’ailleurs en quoi cela était-il différent des émeutes de BLM et des pillages de masse, avec peu ou pas d’arrestations à travers le pays qui avaient eu lieu l’année précédente ?

Et pourquoi n’y a-t-il pas eu d’arrestations après les émeutes de 2020, comme ce fut le cas pour les participants à la manifestation du 6 janvier 2021, dont beaucoup sont toujours en prison, en violation flagrante de leurs droits civils et de la Constitution ?

La manifestation du 6 janvier et les émeutes en relation avec l’arrestation et la mort de George Floyd n’étaient que des batailles supplémentaires dans la guerre civile qui se déroule actuellement, où un camp tente de renverser l’ordre existant, et l’autre camp tente de le préserver tel qu’il a été structuré lors de la fondation du pays.

La lutte des parents contre l’enseignement de la Théorie critique de la race

Une autre bataille assez importante s’est déroulée lorsqu’un mémo rédigé et publié par le Ministère de la Justice a qualifié de « terroristes internes » des parents indisciplinés lors de réunions de conseils scolaires en Virginie.

Ces parents ne faisaient qu’exprimer leurs droits constitutionnels en demandant que la Théorie critique de la race cesse d’être enseignée à leurs jeunes enfants. Mais la gauche et le procureur Merrick Garland les ont considérés comme une menace envers l’un de leurs plus importants blocs d’électeurs à la base de leur pouvoir, soit les syndicats d’enseignants, sans parler du fait qu’ils veulent protéger l’endoctrinement continu des écoliers avec la fausse histoire selon laquelle les États-Unis sont nés du racisme et de l’idéologie raciste…

La prétendue collusion avec la Russie, les tentatives d’Impeachment et la fraude électorale

Le canular de la «collusion [de Donald Trump] avec la Russie» a été une bataille majeure de cette seconde guerre civile.

Ensuite, il y a eu deux faux impeachments et une élection massivement truquée, où les lois électorales dans certains États charnières ont été manipulées afin de garantir une victoire des Démocrates.

Retour au 6 janvier 2021

Maintenant, une autre bataille est commencée avec la fausse audience de la Commission du 6 janvier diffusée le 9 juin à l’échelle nationale et à une heure de grande écoute, afin donner aux Démocrates l’occasion de promouvoir leur rhétorique anti-Trump. Cet événement a été qualifié par le journaliste et collaborateur de Fox News, Joe Concha, de « publicité politique instrumentalisée ».

Le fait est, cependant, que les Démocrates sont vraiment en train de perdre en ce moment cette seconde guerre civile à cause de l’échec et de l’implosion de la présidence de Joe Biden, et ils le savent.

La diffusion de la fausse audience de la Commission du 6 janvier devant la Chambre des Représentants est une arme de distraction massive destinée à faire oublier aux Américains l’échec de tout le Parti Démocrate, du plus haut au plus bas de l’échelle, qui n’a rien fait pour aider réellement la classe moyenne. Ils ne font qu’empirer les choses pour tout le monde.

Il suffit de regarder le prix du gallon d’essence et les vagues de criminalité qui déferlent dans les grandes zones urbaines.

Maintenant, afin de détourner l’attention de leurs échecs, les membres de la Commission du 6 janvier comme Jamie Raskin, font monter les enchères en disant que le Collège Électoral doit être aboli à cause de l’«émeute» du 6 janvier 2021. Le coup d’envoi de cette bataille particulière a été l’arrestation de Peter Navarro, un ancien conseiller de Trump, pour avoir refusé l’assignation du Congrès à témoigner devant la Commission. Il a été rapporté que non seulement ils l’ont menotté lorsqu’ils l’ont arrêté au Reagan National Airport, mais ils lui ont également mis des chaînes aux jambes.

On peut dire qu’il y a là une façon de faire qui a commencé pendant le premier mandat présidentiel de Barack Obama, lorsque l’IRS (le Fisc américain) a été instrumentalisé pour éliminer les groupes d’action politique conservateurs en leur refusant le statut d’exemption fiscale.

Maintenant, l’armement de la machine bureaucratique du gouvernement fédéral contre Donald Trump et les Américains ordinaires est presque complet.

Le tribunal fantoche qui s’est tenu jeudi soir était destiné à montrer au public américain que les Démocrates sont passés au niveau supérieur en cherchant à criminaliser la dissidence et l’opposition politiques.

Voici une liste des autres batailles qui se déroulent dans cette deuxième guerre civile en cours : la fuite d’une copie provisoire de la décision de la Cour suprême annulant Roe v. Wade [ qui a donné lieu à des manifestations (illégales devant les domiciles des juges et à la tentative d’assassinat du Juge Kavanaugh ] ; l’abrogation du Deuxième Amendement [le droit de porter des armes]; l’ajout de nouveaux juges [gauchistes] à la Cour suprême; l’abolition du Collège Électoral; et, enfin, la censure et la guerre contre la liberté d’expression.

Il n’y aura pas de signature d’un accord de reddition comme ce fut le cas à l’ Appomattox Court House entre Ulysses S. Grant et Robert E. Lee.

Il semble plutôt que la prochaine grande bataille de la deuxième guerre civile pourrait bien passer des bureaux bureaucratiques, des salles d’audience et des tribunaux aux vrais champs de bataille, un peu comme à Gettysburg ou lors de la bataille d’Antietam.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex