Publié par Magali Marc le 24 juin 2022
Pour en finir avec ceux qui persistent à nier la fraude électorale de l’élection de 2020

Certaines personnes continuent de prétendre que la fraude électorale de la présidentielle de 2020 est le fruit de l’imagination de Donald Trump et de ses naïfs partisans. Pour en finir avec ceux qui prétendent (même quand ils sont de bonne foi) qu’il n’y a aucune preuve de fraude électorale en ce qui concerne l’élection présidentielle de 2020 et que Donald Trump devrait arrêter d’en parler, il y a le documentaire 2000 Mules de Dinesh D’Souza qui montre de façon implacable qu’il y a bel et bien eu une fraude électorale voulue et organisée par les Démocrates et leurs alliés dans les États-charnières.

Pour mémoire, voici un extrait du Rapport Navarro*:

« – Les gouverneurs républicains de l’Arizona et de la Géorgie, ainsi que les majorités républicaines des deux chambres de l’assemblée législative de cinq des six États-charnières – l’Arizona, la Géorgie, le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin – ont eu à la fois le pouvoir et l’opportunité d’enquêter sur les six dimensions des irrégularités électorales présentées dans ce Rapport. Pourtant, sous l’effet d’une pression politique intense, ces politiciens ont failli à leurs devoirs et responsabilités constitutionnels – et ont ainsi trahi leurs États et la nation, ainsi que leur parti.
Les tribunaux d’État et les tribunaux fédéraux, y compris la Cour suprême, ont manqué à leur devoir envers le peuple américain en refusant de juger de manière appropriée les irrégularités électorales qui leur ont été soumises. Leurs échecs constituent un grand risque pour la République américaine.»

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Charlie Johnston, paru sur le site d’American Thinker, le 20 juin, ainsi qu’un extrait (ci-dessus) du Rapport Navarro.

********************************

Les 2000 Mules de Dinesh D’Souza ont laissé des traces

De nombreux commentateurs conservateurs ont noté que le documentaire de Dinesh D’Souza, 2000 Mules, offre des preuves irréfutables de fraude électorale à grande échelle. Mais il apporte plus que cela.

Il fournit des preuves irréfutables qu’une conspiration massive, coordonnée de manière centralisée, visait à commettre des fraudes électorales.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



En examinant plusieurs États ayant des lois électorales différentes tout en se concentrant sur une seule forme de fraude, le documentaire de M. D’Souza a constaté que la méthode de fraude était exécutée de manière identique dans chacun de ces États. C’est une preuve prima facie d’une organisation et d’une gestion centralisées. À partir du moment où le dépouillement a été arrêté en pleine nuit dans cinq États-charnières dirigés par les Démocrates le soir de l’élection, les Démocrates et les médias ont traité quiconque remettait en question l’intégrité des élections en 2020 comme un chef de la mafia traite quiconque menace de témoigner contre lui : taisez-vous, ou nous vous ferons taire.Les Démocrates et les médias salissent constamment toute personne qui remet en question les résultats des élections en la qualifiant de «théoricien du complot». Ils déclarent systématiquement que toute preuve qui émerge a été « réfutée ».

Pour mémoire, « réfuté » ne signifie pas « qui ne convient pas au narratif gauchiste ». Cela signifie qu’une enquêtée approfondie a permis de prouver la fausseté des allégations.

Presque aucune des preuves n’a été réfutée ; très peu ont été officiellement examinées. Les gauchistes traitent les preuves réelles comme un vampire traite un crucifix. Il n’y a pas de discours rationnel, juste des sifflements et des grognements.

Bien avant sa prise de fonction, Donald Trump a été confronté à une tentative de coup d’État administratif. Il y a d’abord eu le canular de la collusion avec la Russie, monté par Hillary Clinton et le Comité national démocrate, avec l’aide du FBI et des agences de renseignement.

Les employés fédéraux qui étaient, théoriquement, subordonnés au Président Trump, se sont joyeusement employés à saper son administration.

Deux mises en accusation (impeachment) sans fondement ont été montées contre lui par des Démocrates qui ne connaissent rien d’autre que la partisanerie criarde.

Le lent coup d’État a finalement réussi le soir du 3 novembre 2020, lorsque ces cinq États ont cessé de compter les bulletins de vote pour donner aux Démocrates le temps de « fortifier » l’élection.

Le dernier véritable obstacle à l’intégrité des élections est apparu le 11 décembre 2020, lorsque la Cour suprême a jugé que le Texas et 18 autres États n’avaient pas qualité de porter plainte contre des fraudes massives.

Comment des États qui organisent des élections honnêtes peuvent être considérés comme n’ayant pas qualité de se plaindre des États qui ne le font pas dans une élection qui les affecte tous dépasse mon entendement.

Cela ressemblait à une capitulation institutionnelle sans condition à la fraude massive. Vive les barbares !

Les médias partisans ont commencé à se vanter que de nombreux tribunaux avaient « enquêté » sur les allégations de fraude et les avaient jugées sans fondement.

Au contraire, presque tous les tribunaux ont refusé d’examiner les preuves, rejetant presque toutes les plaintes pour des raisons de procédure et non de fond. Refuser d’examiner des preuves ne revient pas à mener une enquête !

Un filou peut tartiner de la boue sur un rocher pour en changer la forme, mais le temps et la marée enlèveront la boue, ne laissant que le rocher de la vérité – et alors la fraude sera exposée.

Le documentaire de Dinesh D’Souza n’a examiné que la partie de la fraude qui impliquait le bourrage des urnes avec des bulletins de vote.

Le documentaire n’aborde pas la question des machines et des systèmes de vote compromis ou les modifications administratives inconstitutionnelles de la loi électorale.

Si la seule tranche que 2000 Mules a si efficacement analysée est atteinte du cancer de la fraude, c’est de l’ignorance délibérée de croire que tout le reste du processus était sans tâche.

Si l’élection de 2020 avait été fondamentalement honnête, les Démocrates et les médias auraient été les premiers défenseurs bruyants d’une enquête approfondie et bipartisane de l’élection pour mettre fin aux doutes généralisés et contrecarrer les accusations des conservateurs.

(Par « bipartisane », je ne veux pas dire comme la Commission [bidon] du 6 Janvier pour laquelle les Démocrates ont unilatéralement nommé tous les membres, y compris deux ou trois Républicains [anti-Trump] pour la forme).

Au lieu de cela, la gauche grogne et proteste contre chaque élément de preuve apporté, aussi convaincant soit-il.

Un homme coupable essaie de supprimer chaque élément de preuve lors de son procès, sans jamais savoir lequel scellera sa condamnation, tandis qu’un homme innocent essaie d’obtenir chaque élément de preuve qu’il peut, sans jamais savoir lequel le disculpera.

Pour évaluer la crédibilité des uns et des autres sur ce point, regardez qui essaie de supprimer des preuves et qui essaie d’obtenir des preuves dans le dossier public.

À ce stade, il est difficile d’attribuer l’intransigeance des Démocrates et des médias à de l’innocence indignée.

S’ils ne sont pas simplement stupides, ils sont devenus des co-conspirateurs dans la seule insurrection réelle que l’Amérique ait connue ces six dernières années.

Comprenez bien, ce coup d’État ne vise pas principalement Donald Trump et les Républicains conservateurs. Il s’agit d’un coup d’État contre l’idée même d’autonomie gouvernementale.

Malheureusement, de nombreux Républicains peuvent être en désaccord avec certains éléments des méthodes des Démocrates, mais sont d’accord avec eux pour qu’une classe d’élite avide gouverne les citoyens-serfs qui, selon eux, constituent le peuple américain.

Les diffamations incessantes, les hurlements constants et la rage criarde des gauchistes ne sont pas dûs au fait qu’ils sont offensés par les contestations de la droite.

C’est plutôt parce que la boue de la tromperie massive a été lavée et que la fraude flagrante montée par la gauche afin de voler une élection présidentielle a été révélée.

C’est cela la véritable insurrection. La confession, le repentir et la perte de toutes les fonctions d’honneur ou de confiance publique par les conspirateurs pourraient commencer à rétablir l’honneur et la liberté de l’Amérique.

Cela, bien sûr, n’arrivera jamais.

Le pouvoir est le seul dieu de la gauche, et la poursuite de celui-ci par tous les moyens est sa seule liturgie.

Les Républicains vont gagner par des marges sans précédent en novembre.

S’ils demandent à la gauche de rendre des comptes pour ses déprédations contre le système juridique américain et son attaque systémique contre la Déclaration des droits, nous pourrons commencer à nous extirper de ce trou de despotisme.

Si, au contraire, les Républicains choisissent de laisser tout cela dans le passé, comme ils l’ont fait avec les conspirateurs de la collusion russe, il y a peu d’espoir que l’Amérique puisse survivre longtemps comme une république que ses fondateurs reconnaîtraient.

Le renouveau viendra. Les Américains ne se soumettront pas éternellement à la domination d’une classe de personnes – et certainement pas à cette classe de despotes dégénérés.

Quelle que soit la manière dont cela se produira, le documentaire de M. D’Souza sera perçu comme ayant été le moment décisif où la marée a emporté suffisamment de boue pour que, malgré ses cris et ses hurlements, la gauche ne puisse plus cacher l’horrible vérité de ce qu’elle a fait.

La fraude électorale massive en 2020 était une conspiration, ce n’est plus une simple théorie. C’est un fait.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources : Americanthinker

– *Le Rapport Navarro évalue le caractère équitable et l’intégrité de l’élection présidentielle de 2020 en examinant six dimensions des irrégularités électorales présumées dans six États-charnières: l’Arizona, la Géorgie, le Michigan, la Pennsylvanie, le Nevada et le Wisconsin : https://bannonswarroom.com/wp-content/uploads/2020/12/The-Immaculate-Deception-12.15.20-1.pdf

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex