Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 juin 2022
Si le monde libre ne calme pas Poutine, un rideau sombre s’abattra sur le monde

Un lecteur me questionne, dans un commentaire, et le sujet m’a paru assez central pour vous le faire partager.

Il me demande : « pourquoi encourager ce conflit, en livrant des armes, au lieu de promouvoir une négociation. Personne ne détruira la Russie. Touts ces responsables européens ne font que du vent, mais ce vent coute des milliers de morts. »

Voici ma réponse :

Il ne s’agit pas de détruire la Russie, mais de calmer ses ardeurs expansionnistes. Mon analyse est que ce conflit peut être regardé de deux façons différentes. De près ou avec du recul. Et je ne pense pas que le regarder dans un bocal, isolé du reste des tensions du monde, sans le replacer dans le contexte global, soit la bonne approche, parce que ce serait ignorer la réalité des hommes.

1 Il existe un camp du mal, composé en gros de la Chine, la Corée du Nord, Cuba, l’Iran, le Venezuela et la Russie, dont les dirigeants, des dictateurs, rêvent d’étendre leur pouvoir et d’imposer leur totalitarisme au reste du monde. Pour faire court, ce camp du mal a une chose en commun : les gens qui y vivent sont malheureux (les Russes se situent au 80e rang mondial des peuples les plus heureux – à ce niveau on peut dire malheureux (1)).

Ils sont opprimés, avec des salaires médiocres, juste assez pour vivre chichement (les Français qui vivent du RSA sont des nantis à côté d’eux), et ne possèdent pas ou très peu de droit de parler librement (notre confrère Riposte laïque, qui s’est expatrié en Russie, vit sous le chantage permanent de leur webmaster russe, qui menace de fermer leur site s’ils publient la moindre information qui ne lui plait pas, et cette menace n’est rien à côté de celle que subissent les journalistes locaux : eux risquent leur vie). Les citoyens du camp du mal vivent dans la peur de la répression, l’insécurité permanente, la fragilité de leur droit de propriété – s’ils en ont – qui peut leur être confisqué à tout moment, et le danger permanence d’être jetés en prison s’ils « dérapent », contestent ou critiquent le régime, voire d’être torturés et exécutés. Ca mes amis, c’est un monde infiniment moins drôle que celui du « dictateur » Macron au pire moment de la dictature sanitaire.

2 Et il existe un monde libre, avec à sa tête les Etats-Unis. Ce monde inclut, malgré toutes ses imperfections, son wokisme, ses LGBT et le mariage homosexuel, l’islamo-gauchisme et son immigration musulmane presque illimitée : l’Europe, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. Le Canada en fait aussi partie, ainsi qu’une poignée de petits pays dont Israël. Dans ce monde libre, la qualité de la vie n’a rien à voir avec la misère des pays précédemment cités. Dans ce monde libre, rien n’est parfait, puisque certains sont socialistes, mais tout est bien mieux que la vie qu’ils mènent en Russie ou en Iran. Rien à voir avec le mode de vie dont vous bénéficiez en France, même dans la France de 2022, même avec les marxistes, même avec la peur et la violence ambiante, même avec la dictature écologique, même avec les Mohamed et les Ismael, soyez-en certain. Et eux-aussi, sont envahis de Mohamed et d’Ismael.

La réaction du monde libre face à l’agression de la Russie a donné des indications aux dictateurs, qui observent. Ne regarder le conflit ukrainien que dans sa dimension locale empêche de voir cette donnée essentielle. L’Europe a surpris les dirigeants autoritaires et les dictateurs par sa mobilisation autour de l’Ukraine. Je parle de l’Europe témoin d’un demi-million de personnes tuées sous nos yeux ces dernières années sur le terrain syrien à 4 heures de Paris et 1 heure des bases militaires alliées sans qu’elle ne bouge un cil.

La léthargie de l’Europe et des Etats-Unis de Biden aurait encouragé la prochaine étape d’agression. Fol qui croit que les dictateurs se seraient arrêté là, en Ukraine conquise. La Chine était prête à envahir Taïwan. Elle vient d’y mettre un frein. Elle grignote chaque jour des terres à la frontière indienne. Poutine est suspecté de loucher ensuite sur les États baltes : l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie pour prendre le contrôle de la Baltique.

Sans l’attitude de l’Europe et des Etats-Unis, c’est un ordre mondial nouveau, et terrifiant parce qu’il se formerait sous la coupe de dirigeants totalitaires, qui se dessinerait. Un monde qui vous ferait regretter « le bon temps » de la France d’aujourd’hui, ses islamistes et ses burqas à chaque coin de rue.

Lorsque Trump était président, aucun de ces régimes ne l’a provoqué : ils savaient comment il réagirait après avoir observé comment il a écrasé l’Etat islamique, bombardé la Syrie lorsqu’elle a utilisé l’arme chimique, et imposé des droits de douane réciproques à la Chine, une première.

Si Donald Trump est élu président en 2024 pour un second mandat, vous verrez Poutine, s’il est toujours au pouvoir, ou son successeur, ainsi que les dictateurs chinois et nord-coréen, rentrer dans leur coquille et faire profil bas. Et vous ne devriez pas rêver d’une meilleure issue, car il n’y en a pas. Bien-sûr, certains rêvent que Poutine envahisse l’Europe et importe ses « valeurs ». Parmi elles, beaucoup songent au loyer moyen en Russie, 330 € pour un 2 pièces. Ils oublient juste un petit détail : le revenu mensuel moyen en Russie, c’est 277 €.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. https://worldhappiness.report/ed/2022/happiness-benevolence-and-trust-during-covid-19-and-beyond/#ranking-of-happiness-2019-2021

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

48
0
Merci de nous apporter votre commentairex