Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 juin 2022
« T’es Woke, tu gicles » : SpaceX licencie les employés qui critiquent les « valeurs » et le « comportement » d’Elon Musk

Dur dur de se battre seul contre le totalitarisme progressiste. Donald Trump en a fait les frais. C’est au tour de Musk. Tout serait plus simple pour eux s’ils vivaient en Russie : leurs opposants disparaîtraient « suicidés » ou dans des « accidents de voiture », et aucun journaliste n’oserait en parler.



A peu près au même moment où des employés de SpaceX ont fait circuler une lettre ouverte critiquant le PDG Elon Musk pour son « comportement dans la sphère publique », la fille transgenre d’Elon Musk a déposé une demande de changement de nom parce que, dit-elle : « je ne vis plus avec mon père biologique et ne souhaite plus être liée à lui ».

Les employés ont découvert cependant ce que d’autres avant eux ont réalisé : ils ne font la loi que devant les faibles et les peureux. Face à une personne courageuse, ils subissent le contrecoup de leurs agressions.

Ainsi, les employés qui ont cru être en droit de dire à leur patron comment il doit penser, vivre et se conduire viennent de se retrouver au chômage, rapporte le New York Times.

« Le comportement d’Elon dans la sphère publique est une source fréquente de distraction et d’embarras pour nous, en particulier ces dernières semaines », affirme la lettre, obtenue par The Verge. « En tant que PDG et porte-parole le plus en vue, Elon est considéré comme le visage de SpaceX – chaque tweet envoyé par Elon est une déclaration publique de facto de l’entreprise. »

  • La lettre a été publiée quelques semaines après qu’une hôtesse de l’air a accusé Musk de s’être exposé à elle il y a plusieurs années, de l’avoir touchée et de lui avoir proposé d’acheter un cheval en échange d’un massage érotique.

Gwynne Shotwell, ingénieure, femme d’affaires et présidente de SpaceX, a rejeté les allégations :

« Personnellement, je pense que ces allégations sont fausses, non pas parce que je travaille pour Elon, mais parce que je travaille étroitement avec lui depuis 20 ans et que je n’ai jamais vu ni entendu quoi que ce soit qui ressemble à ces allégations », a déclaré M. Shotwell.

  • La lettre a également été envoyée alors que M. Musk a fait la une des journaux pour avoir annoncé qu’il avait voté pour Mayra Flores – une candidate Républicaine mexicaine au Congrès, qui a remporté une circonscription historiquement Démocrate dans le sud du Texas, ce qui a fait un électrochoc dans le parti, qui voit progressivement les Hispaniques les abandonner pour rejoindre le GOP.
  • Cerise sur le gâteau, qui a donné aux employés l’illusion qu’ils étaient en droit de critiquer les opinions de leur patron, la lettre a été envoyée après que Musk a annoncé qu’il voterait désormais Républicain « parce que le parti Démocrate est devenu le parti de la haine ».

    Interrogé sur Twitter pour savoir qui il pensait soutenir lors de l’élection présidentielle de 2024, Musk a indiqué « DeSantis ».
  • Musk critique régulièrement les entreprises technologiques qui penchent très à gauche, pratiquent la Cancel culture, et sont devenues Woke.

La pilule Twitter ne passe pas

Twitter est non seulement le pré carré de la censure de gauche, c’est aussi une preuve visible, si Musk parvient à racheter l’entreprise, de l’hypocrisie des gauchistes : ils verrouillent la liberté d’expression en affirmant la défendre comme ils combattent le discours de haine en diffusant la haine, et dénoncent les Fake News en étant leur principal pourvoyeur. Elon Musk veut rendre la liberté de parole aux utilisateurs conservateurs du réseau social vital pour le monde politique, et cette idée traumatise les militants de la Cancel culture et les dictateurs anonymes.

Lorsque les actions de Netflix se sont effondrées au début de l’année, Musk a rejeté la faute sur le « virus de l’esprit Woke » et a affirmé qu’il représentait « la plus grande menace » pour la civilisation.

Les employés ont également déclaré :

« il est essentiel de faire comprendre à nos équipes et à notre bassin de talents potentiels que ses messages [Elon Musk] ne reflètent pas notre travail, notre mission ou nos valeurs », et ils ont demandé à SpaceX à « se séparer rapidement et explicitement de la marque personnelle d’Elon. »

La lettre a été envoyée mercredi. Ses auteurs ont été licenciés jeudi après-midi.

« Nous avons trop de travail critique à accomplir et n’avons pas besoin de ce genre d’activisme excessif, » a écrit Shotwell.

Xavier Musk demande à changer de nom pour faire reconnaître son « identité de genre »

Le fils transgenre d’Elon Musk a demandé à changer légalement de nom, car il ne veut plus être associé à son père.

Selon Reuters, Xavier Musk a déclaré qu’il ne souhaitait plus être « liée à mon père biologique de quelque manière que ce soit ».

Selon les documents juridiques déposés par le jeune Musk auprès d’un tribunal de Californie en avril, l’autre raison invoquée pour le changement de nom était « l’identité de genre », rapporte TMZ. L’adolescent, qui a eu 18 ans récemment – l’âge de consentement légal dans l’État – veut être légalement reconnu comme une femme et par son nouveau nom, selon le média.

Dans un tweet de décembre 2020, Elon Musk avait partagé une image de dessin animé d’un soldat se frottant du sang sur le visage à côté des mots « quand tu mets he/him dans ta bio. » Le soldat est représenté portant un chapeau qui dit « J’aime opprimer ».

En commentaire, Musk a tweeté, et cela ne lui est pas pardonné :

« Je soutiens absolument les trans, mais tous ces pronoms sont un cauchemar esthétique ».

Musk a eu beau souligner que sa société Tesla était arrivée en tête d’une liste annuelle des meilleurs endroits où travailler pour les personnes LGBTQ, cela n’y fit rien, car les extrémistes de gauche sont totalitaires dans l’âme, ils ne tolèrent aucune désobéissance, et n’autorisent personne à leur résister. Musk est donc la cible des tyrans LGBTQBC.

La mère de Xavier Musk est l’auteur canadien Justine Wilson, qui a été mariée au milliardaire de 2000 à 2008.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex