Publié par Dreuz Info le 14 juin 2022

« On a tous dans l’cœur une petite fille oubliée / Une jupe plissée queue d’cheval à la sortie du lycée » chantait Laurent Woulzy en 1977.

Souvent en tartan, parfois grise ou bleu marine, – avec les iconiques cabines téléphoniques à croisillons rouges qui perdurent sans téléphone à l’intérieur, les autobus à l’impériale ou les black cabs londoniens qui font demi-tour en pleine voie pour s’arrêter à vos pieds ou vous déposer devant votre porte – ces jupes des petites anglaises vous rappellent que vous êtes en terre british – quoi que puisse en penser Sadiq Khan le maire de gauche wokiste de Londres ; en Angleterre, terre conservatrice où fleurissent certes les excentriques, mais où Big Ben semble aussi intangible que les Seven Sisters, ces falaises crayeuses de la côte sud de la Grande-Bretagne ou la chasse au renard.



Or Jack Montgomery de Breitbard London-Europe nous apprend que la Tiverton High School dans le Devon, en Angleterre, interdit les jupes et passe à une politique uniforme « en pantalon seulement » pour être « plus neutre sur le plan du genre ».
« Nous suivons d’autres écoles secondaires dans la mise en œuvre d’une politique non sexiste plus uniforme», peut-on lire dans une lettre aux parents de l’école citée par DevonLive[1]. Uniforme étant pris ici au pied de la lettre.

« Tendance » des filles à abuser en portant des jupes approuvées mais trop courtes

« Les parents seront heureux d’apprendre que la majorité de l’uniforme demeurera tel quel, à l’exception du fait qu’à partir de septembre, on s’attendra à ce que tous les élèves portent un pantalon », ont-ils ajouté, bien que l’affirmation selon laquelle les parents « seront heureux » semble mal placé, à en juger par les réactions, précise Jack Mongomery.

La directrice Sammy Crook insiste sur le fait que l’interdiction des jupes « équilibre les exigences qui nous sont imposées en matière de coûts parentaux, d’inclusivité et de santé des étudiants ». … bien qu’en quoi le fait de permettre aux filles de porter des jupes pourrait être moins inclusif ou nuire à la santé des élèves comparativement au fait de forcer tout le monde à porter un pantalon soit inexpliqué.

Crook a fait référence à « la « tendance » des filles de l’école à abuser de la politique actuelle en portant des jupes approuvées mais trop courtes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’école » qui aurait contribué à l’interdiction, mais la lettre de l’école aux parents commence en citant un désir de passer à « un uniforme sans distinction de genre » plutôt qu’un prétendu problème pratique d’élèves portant des jupes trop suggestives.

Jusqu’au jour où un prof pétera les plombs

Gender studies, wokisme et islamo-gauchisme forment une même boulette nauséabonde qui partout enfume nos démocraties libérales occidentales, jusqu’au jour où un prof pétera les plombs, comme Sonia Bergerac professeur de lettres dans un collège de Seine-Saint Denis. Elle vit difficilement la relation avec ses élèves au quotidien. Un jour elle découvre un pistolet dans le sac de Mouss pendant un cours de théâtre. Elle s’en empare, un coup de feu part et blesse l’élève à la jambe. Arme à la main, elle prend alors une partie de sa classe en otage. Pour toutes revendications, madame Bergerac, invite les filles à venir en jupe pendant une journée pour lutter contre l’idée préconçue que les filles en jupe sont des prostituées.

Le professeur de lettres expose à ses élèves ses vues et en convint plusieurs qui eux-mêmes souffrent du machisme des cités islamisées et de la délinquance. Mais alors que la négociation allait réussir, un jeune nommé Mehmet s’empare de l’arme et en tue un autre, Sébastien, qui le menaçait de représailles.

Lors de la libération de la classe, un policier déguisé en journaliste caméraman tue délibérément Sonia – Isabelle Adjani. À son enterrement, ses anciennes « otages » portent toutes une jupe. La Journée de la jupe, film franco-belge réalisé par Jean-Paul Lilienfeld est sorti en 2009.

Facile de se battre pour le droit de porter la jupe pour les garçons en Indre et Loire

On vient d’apprendre par Valeurs Actuelles qu’en Indre-et-Loire, une école a été dégradée par des féministes après que des garçons se sont vu interdire le port de la jupe. « Je m’habille comme je veux !!! Pas de sexisme dans nos écoles », « Arrêtez de sexualiser les enfants : » était inscrit sur la façade de l’établissement Sainte Jeanne d’Arc où deux garçons de quatre et six ans ont été réprimandés pour tenue non adéquate. Les parents ont décidé de placer leurs deux enfants dans une école publique qui s’est engagée à les accepter en jupe.

Un certain Eric Marquis a twitté : « C’est plus facile de se battre pour le droit de porter la jupe pour les garçons en Indre et Loire que pour les filles dans certains quartiers. »

Nous nageons en pleine intersectionnalité.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry Martin pour Dreuz

[1] Tiverton High School bans skirts over ‘gender neutral’ rules – Devon Live

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex