Publié par Magali Marc le 21 juin 2022

Même si Mike Pence n’a aucune chance de devenir le candidat du GOP en 2024, les Démocrates espèrent toujours, en l’appuyant, qu’ils vont éloigner Donald Trump, Ron DeSantis et d’autres candidats solides de la candidature présidentielle. Un candidat malléable du GOP tel que Mike Pence devrait leur faciliter la tâche de remplacer Joe Biden et Kamala Harris par des candidats plus crédibles. Mais ces espoirs demeurent illusoires.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Rajan Laad, paru sur le site d’American Thinker, le 20 juin.

**************

Pourquoi certains, à gauche, qualifient-ils Mike Pence de héros ?

Tout au long de son mandat de vice-président, Mike Pence a été une cible pour les Démocrates qu’il contrariait et pour l’aile démocrate de relations publiques qui se fait passer pour les médias d’information. Depuis que les Démocrates se sont lancés dans de folles attaques contre le Président Trump, leur méchanceté à l’égard de Mike Pence est devenue moins visible. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, ils traitaient M. Pence avec mépris pour de nombreuses raisons. La principale étant qu’il est pieux et conservateur et qu’il défend les valeurs traditionnelles. Ainsi, Mike Pence a révélé qu’il ne mange pas seul avec une femme et qu’il ne participe pas à un événement où de l’alcool est servi à moins que sa femme soit présente. Un mariage est un contrat entre deux personnes. Si Mike et sa femme Karen se sont fixés quelques règles, cela ne regarde personne. Pourtant, il a été tourné en dérision. Il a été traité d’anachronique et même de misogyne par les Démocrates.



Lorsqu’une mouche s’est posée sur son front pendant le débat vice-présidentiel de 2020, l’insecte a reçu toute l’attention des médias, tandis que son habileté à argumenter contre une Kamala Harris incohérente, a été ignorée. Lorsque que les membres du casting de la célèbre comédie musicale «Hamilton» se sont moqués de lui, alors qu’il était présent, les Démocrates ont applaudi.

Ils ont été consternés de le voir se tenir aux côtés du Président Trump lors d’événements publics.

Ils ont été révulsés par le fait qu’il menait des prières à la Maison Blanche aux côtés de Donald Trump.
Ils l’ont traité de dangereux, de haineux, de bigot et d’une variété d’autres épithètes péjoratives. Cependant, cette haine semble s’atténuer. Certains Démocrates qualifient même Mike Pence de héros. Voici un extrait clé d’une tribune publiée dans le Washington Post, intitulée « Mike Pence, stand-up guy » [NdT: Mike Pence, un homme courageux] :

« M. Pence a certainement fait preuve d’un grand courage lorsqu’il a insisté pour rester au Capitole ou à proximité ce jour-là, surtout si l’on considère que certains membres de l’assemblée des émeutiers et des manifestants avaient envie de le tuer. Pour se préparer, la foule avait construit une potence en bois avec un nœud coulant destiné au cou de M. Pence. Une vidéo diffusée lors de l’audience a montré des partisans de Donald Trump scandant « Pendez Mike Pence ! Pendez Mike Pence ! »

Voici un extrait clé d’un article d’opinion du New York Times intitulé « Nous devrions remercier Mike Pence pour son courage le 6 janvier » :

« M. Pence a refusé de quitter le Capitole et est resté pour faire son devoir constitutionnel. Parlons du courage et de ce qu’il signifiait ce jour-là, et remercions Mike Pence pour ce qu’il a fait. »

L’analyste juridique de CNN Jeffrey Toobin, qui a été suspendu pour s’être masturbé (accidentellement) devant ses collègues lors d’une séance sur Zoom, est de retour et a comparé Mike Pence à Harrison Ford. M. Toobin faisait référence au rôle de président américain joué par M. Ford dans le film Air Force One, dans lequel il affronte seul des terroristes ou à son rôle de directeur adjoint de la CIA lors duquel il affronte la corruption et l’abus de pouvoir à Washington dans le film Clear and Present Danger.C’était une façon pour M. Toobin de qualifier Mike Pence d’homme courageux, dur et moral.

Le magazine The Atlantic a déclaré que le Congrès devrait honorer Mike Pence en nommant un bâtiment en son honneur.

Le magazine Esquire a approuvé cette idée. Même CNN s’est rallié à contrecœur, en disant que M. Pence « a fait son devoir envers le pays ». La Représentante supposément « Républicaine » Liz Cheney a, elle aussi. qualifié Mike Pence de héros, évidemment, tout comme le Démocrate Jamie Raskin. Alors que se passe-t-il en fait? Nous savons que les Démocrates n’approuvent que deux types de Républicains.

1) La première variété est un Républicain mort. Pour les républicains défunts tels que George H.W. Bush et John McCain, ils prodiguent de nombreuses flatteries. Mais tous ces hommages ne sont qu’une excuse pour conclure que « cette époque est révolue » et que le GOP a maintenant été détourné par Donald Trump et son aile MAGA extrémiste. Par contre, si l’on revoit la couverture médiatique de G.W. Bush et du Sénateur John McCain pendant les élections présidentielles, contre Bill Clinton et Barack Obama, respectivement, elle était excessivement partisane et négative. (Évidemment, la méchanceté était loin d’être comparable à la façon dont ils ont traité Donald Trump).

2) La deuxième catégorie de Républicains que les Démocrates apprécient est celle de ceux qui attaquent publiquement Donald Trump. Mitt Romney, Liz Cheney, Adam Kinzinger, George Will, Bill Kristol, Colin Powell, etc. reçoivent de l’attention et les éloges parce qu’ils sont des NeverTrumpers. Toutefois, dans l’univers démocrate, ils sont toujours des citoyens de seconde zone. Ils peuvent être invités occasionnellement à des galas et des soirées, mais ils obtiennent toujours la table dans le coin que personne d’autre ne veut.

Le dernier arrivé dans ce club de citoyens de seconde zone semble être Mike Pence. En effet, il a déclaré que : « Le Président Trump a tort » et s’est mis à faire de l’esbroufe en disant : « La présidence appartient au peuple américain. Il n’y a pas d’idée plus anti-américaine que l’idée qu’une seule personne puisse choisir le président américain. En vertu de la Constitution, je n’avais pas le droit de changer le résultat de notre élection. »

Cette vague de ferveur pour Mike Pence existe-t-elle uniquement parce qu’il s’est opposé à Donald Trump ?

Pas exactement. Le Washington Post (WaPo) a révélé d’autres motivations dans son éditorial :

« M. Pence mérite un large appui de manière à tenir Donald Trump à l’écart du ticket républicain de 2024. C’est presque suffisant pour que les Américains s’inscrivent et votent à la primaire républicaine de 2024. Ce qui suivra ne pourra pas être pire qu’une autre présidence de M.Trump. »

Les Démocrates savent que le manque catastrophique de leadership de Joe Biden a paralysé l’Amérique.

L’inflation est au plus haut depuis 40 ans. Le prix de l’essence explose et la chaîne d’approvisionnement est en crise. La frontière est ouverte, ce qui provoque un afflux de migrants illégaux et l’augmentation de trafic d’êtres humains et de contrebande de drogues illicites. La politique étrangère de Biden est un fiasco total avec le chaos en Afghanistan et en Ukraine. Les Démocrates savent que, quoi qu’ils fassent, une défaite cuisante lors des élections de mi-mandat en novembre est certaine. Ils savent aussi que Donald Trump récupérera la présidence en 2024, peut-être par un raz-de-marée tel que la fraude électorale ne servira à rien.

Si Donald Trump ne se représente pas, le candidat désigné sera probablement Ron DeSantis. Les deux hommes n’ont pas peur de s’attaquer aux Démocrates et sont intransigeants dans la mise en œuvre de leur programme. Les Démocrates pensent probablement que si, par miracle, ils parviennent à éloigner Donald Trump, Ron DeSantis et d’autres candidats solides et à avoir un candidat du GOP tel que Mike Pence, qui est aussi doux que la glace à la vanille, ils ont une chance de gagner. Peut-être remplaceront-ils Joe Biden et Kamala Harris par des candidats relativement plus jeunes et plus brillants pour augmenter leurs chances.

Les espoirs de ces Démocrates resteront toujours des rêves.

Mike Pence n’a aucune chance de devenir le candidat du GOP en 2024. Il n’a jamais eu beaucoup de chance auparavant, et ses actions du 6 janvier 2021 ont réduit la probabilité que son adresse personnelle soit un jour le 1600 Pennsylvania Avenue [ la Maison Blanche ].

Les Démocrates le savent aussi, mais ils utilisent tout ce qu’ils peuvent afin de bloquer la candidature de Donald Trump. Ils pensent que les flèches les plus acérées et les plus meurtrières de leur carquois sont les audiences de la Commission fantoche du 6 janvier et les autres enquêtes bidon.

Appuyer Mike Pence, c’est comme tirer une flèche qui n’ira peut-être pas très loin et qui ne sera peut-être pas assez acérée, mais qui sait ? « on peut toujours essayer ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex