Publié par Drieu Godefridi le 17 juin 2022

Depuis la parution de mon analyse ‘prospective’ de la trajectoire politique wallonne ‘Du fédéralisme au communisme’, on ne cesse de m’interroger : s’agit-il d’un pronostic ? L’arrivée du communisme en Wallonie est-elle pensable ? N’y a-t-il pas là une sorte d’exagération, de la licence pamphlétaire, comme on parle de licence littéraire ?

Ces questions, bien légitimes, me font sourire. La Gauche wallonne occupe l’intégralité du spectre politique parlementaire — à l’exception d’un parti, le MR, qui représente 20% des électeurs. Tous les autres partis représentés au Parlement wallon se réclament de gauche. Quand ils refusent ces ‘distinctions surannées entre la gauche et la droite’ — ce qui est le cas du plus petit d’entre eux — c’est en précisant aussitôt qu’ils ne sont ‘évidemment pas de droite’.



La Gauche wallonne est cornaquée par trois formations — le PS, ECOLO et le PTB — en situation de majorité parlementaire, qui professent leur intention de gouverner ensemble. Nul besoin de prospecter les données : lire les journaux et savoir compter suffit !

Cédons quelques instants la parole aux futurs conducators de la Wallonie rouge.

Le président du Parti socialiste (PS) exige ‘l’interdiction du commerce électronique’ (sic), promet de soustraire la Wallonie à ‘l’économie marchande’ au profit de ‘l’économie non marchande’ ­— mais qui donc payera les non marchands ? — et dit sa volonté farouche de gouverner à la gauche de la gauche.

Vient ensuite le parti ECOLO, objectivement le plus extrémiste d’Europe — son programme correspond à l’univers mental à la fois puéril, délirant et haineux de Sandrine Rousseau. Un exemple entre mille : la vice-présidente écologiste Maouane relayait l’an dernier un chant appelant au meurtre des ‘fils de Sion’. Tranquillement. Naturellement. On ne va pas s’énerver pour si ‘peu’.

S’impose enfin l’étoile rouge montante de la Gauche wallonne, le PTB, parti marxiste de stricte observance, qui se gargarise de l’expérience marxiste ‘dans son intégralité’, Lénine, Mao, Staline. Le PTB n’est pas un parti gauchiste, sur le mode de Syriza en Grèce, mais marxiste, et le diagnostic n’est pas de l’auteur de ces lignes : il est du PTB lui-même, qui le proclame comme on défile sur la Place rouge.

De façon caractéristique, les médias wallons ne tolèrent le populisme le plus graveleux que lorsqu’il est issu de l’extrême gauche, et se refusent à prendre au sérieux le marxisme du PTB. Cette montée en puissance du PTB, constante et linéaire depuis dix ans, vous a par conséquent un air bon enfant, quasiment sympathique. Mignon, croquignolet. Oh, si typiquement wallon !

Tout aussi pittoresque, la dette wallonne, qui se monte actuellement à 200% de ses recettes ; 300% si l’on prend en compte la dette de la ‘Fédération Wallonie-Bruxelles’ dont elle est la garante de fait.

300% ! Mais ce n’est pas grave. Car, cela fait belle lurette que ces chiffres ont cessé de préoccuper l’électeur wallon, qui préfère ne pas savoir et se figure qu’un autre finira par payer pour lui :  la Flandre, l’État fédéral — c’est-à-dire la Flandre — et pourquoi pas l’Europe ? Solidarité !

Le réel pourrait avoir d’autres plans.

Un gouvernement communiste wallon intronisé en 2024 se trouverait du jour au lendemain confronté à la dégradation de la notation de sa dette publique, qui n’est ‘soutenable’ que dans les fantasmes des larrons. Cette dégradation jetterait, dans l’heure, la Wallonie en cessation de payement.

Ce qui offrirait aux communistes l’opportunité de mettre en œuvre l’aspect le plus fondamental, ce cri primal de la doctrine marxienne qui, depuis le Manifeste de Karl Marx et Friedrich Engels, est la saisie de la propriété privée. Dans son principe, ou par des taxes expropriatrices. Les Wallons qui parce qu’ils sont ‘petits’ pensent y échapper devraient jeter un œil sur l’histoire du marxisme et du communisme.

Si les Wallons persistent dans leur déni du réel — ce qui est en effet mon pronostic, je l’assume pleinement — ils se réveilleront demain — 2024 ! — avec le premier gouvernement communiste de l’histoire de l’Europe occidentale.

Du fédéralisme au communisme ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Drieu Godefridi pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex