Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 juillet 2022
Au secours, ils sont fous ! Les terroristes « modérés » auront des avantages pour immigrer, grâce aux exemptions de Biden

Les personnes ayant travaillé avec des groupes terroristes auront désormais plus de facilité à entrer légalement aux États-Unis.



La semaine dernière, les départements d’État et de la sécurité intérieure de l’administration Biden ont annoncé qu’ils avaient modifié l’Immigration and Nationality Act, une loi fédérale, afin d’accorder l’entrée aux États-Unis et d’autres « avantages en matière d’immigration » aux personnes ayant fourni un soutien matériel « limité » ou « insignifiant » à des organisations terroristes désignées.

Parmi les exemples d’un tel soutien figurent les « transactions commerciales de routine », l' »aide humanitaire », les « pressions substantielles qui ne s’élèvent pas au niveau de la contrainte » et « la satisfaction de certaines obligations familiales, sociales ou culturelles bien établies ou vérifiables ».

Le texte modifié, détaillé dans un avis publié dans le Federal Register, crée une exception afin que les restrictions en matière d’immigration, y compris l’interdiction d’entrée dans le pays, ne s’appliquent plus à ces personnes, si elles démontrent qu’elles « ne représentent aucun danger pour la sûreté et la sécurité des États-Unis ».

Parmi les autres facteurs pris en compte par le gouvernement figure le fait que la personne en question ait soutenu « des activités terroristes dont elle savait ou aurait raisonnablement dû savoir qu’elles visaient des personnes non combattantes, des citoyens américains ou des intérêts américains ».

L’avis ajoute que la dérogation « peut être révoquée à la discrétion du gouvernement et sans préavis à tout moment, à l’égard de toutes les personnes concernées. »

Ces changements tirent la sonnette d’alarme parmi les experts en immigration et en sécurité nationale, qui ont déclaré que l’administration Biden met potentiellement en danger des vies américaines.

« C’est une décision très inquiétante, d’affaiblir la capacité du gouvernement à empêcher les partisans des groupes terroristes d’exploiter notre généreux système d’immigration », a déclaré Jessica Vaughan, directrice des études politiques au Center for Immigration Studies.

« Cette politique consiste essentiellement à trouver des excuses au nom des ressortissants étrangers dont on a découvert qu’ils soutenaient des groupes terroristes, en les déniant et en permettant à des bureaucrates naïfs de fermer les yeux sur le comportement préoccupant des demandeurs.

En conséquence, il sera encore plus facile pour ceux qui détestent l’Amérique et soutiennent les groupes terroristes de vivre ici légalement, libres de nous combattre de l’intérieur, et libres de parrainer d’autres personnes pour les faire entrer. »

Un porte-parole du département d’État a déclaré que la mesure vise spécifiquement à aider les Afghans afin qu’ils ne soient pas signalés injustement et qu’ils puissent bénéficier des avantages de l’immigration américaine.

« Cette action permettra au gouvernement américain de répondre aux besoins de protection des Afghans admissibles qui ne posent pas de risque pour la sécurité nationale ou la sécurité publique et leur donnera la possibilité d’accéder à un statut d’immigration durable aux États-Unis », a déclaré le porte-parole.

« Les personnes éligibles comprennent les Afghans qui ont soutenu et travaillé avec l’armée américaine en Afghanistan, qui ont travaillé comme fonctionnaires ou comme médecins, enseignants et ingénieurs à l’époque où les talibans étaient au pouvoir, ou qui ont payé des droits aux talibans comme l’exige la vie quotidienne pour faire des choses comme passer un poste de contrôle ou utiliser un service gouvernemental pour obtenir un passeport ou un autre document », a ajouté le porte-parole, qui a expliqué que les personnes seront examinées au cas par cas.

Les talibans sont le groupe terroriste islamiste qui contrôle l’Afghanistan.

Mais la réponse est une tromperie : la règle ne mentionne pas spécifiquement les Afghans, l’Afghanistan ou les Talibans. Au contraire, le libellé est large et s’applique à tous les pays et à toutes les organisations terroristes désignées par les États-Unis, y compris ISIS et Al-Qaïda.

« Si cette réglementation n’est vraiment destinée qu’au cas restreint de l’Afghanistan, l’administration devrait rapidement modifier cette réglementation pour supprimer les failles troublantes », a écrit Gabriel Noronha, qui a servi dans l’administration Trump en tant que conseiller spécial pour l’Iran au département d’État.

  • Les départements d’État et de la Sécurité intérieure n’ont pas expliqué pourquoi l’Afghanistan n’était pas mentionné.
  • Les départements n’ont pas non plus abordé le fait que les Talibans ne sont pas une organisation terroriste désignée par les États-Unis et qu’ils ne sont donc pas être couverts par la règle qui est supposée les concerner.

« Comme d’habitude, l’administration Biden fait pression au nom d’un groupe particulier (les Afghans dans le cas présent) pour lequel elle pense que le public aura de la sympathie, mais en fait, cette disposition est beaucoup plus large et pourrait couvrir de nombreux autres groupes préoccupants, tels que les cartels de la drogue, les gangs, les scénarios d’espionnage et les gouvernements hostiles », a déclaré Mme Vaughan.

Elle a fait valoir que l’administration a ajouté des « qualificatifs hautement subjectifs » tels que « limité » et « insignifiant » pour décrire le soutien d’une personne au terrorisme, expliquant que les avocats représentant des suspects de terrorisme peuvent facilement exploiter ce langage et que les agents d’immigration peuvent être trompés.

Cela « garantit pratiquement que des personnes dangereuses qui pourraient et devraient être exclues passeront à travers notre système », a déclaré M. Vaughan.

Sur les premiers mois de l’année 2022, 50 arrestations de migrants figurant dans la base de données de dépistage des terroristes ont été effectuées à la frontière sud par la patrouille frontalière.

« Les auteurs de la prochaine attaque terroriste pourraient déjà être ici », a récemment déclaré l’ancien commissaire par intérim des douanes et de la protection des frontières américaines, Mark Morgan. « Ce n’est pas une hyperbole ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex