Publié par Gertrude Lamy le 26 juillet 2022
Birmanie: l’appel de l’archevêque de Mandalay à respecter la vie humaine

Source : Vaticannews

Mgr Marco Tin Win, archevêque de Mandalay, s’est récemment exprimé face à l’intensification des attaques de la junte militaire contre les villages catholiques de la région centrale de Sagaing, qui ont forcé des milliers de personnes à prendre la fuite.



«C’est vraiment une grande peine d’apprendre la souffrance de milliers de personnes, en particulier dans les villages catholiques, dont les maisons ont été incendiées, les biens pillés, et qui sont devenues sans abri, déplacées et ont un besoin urgent de nourriture et d’un toit». Tel est le cri de Mgr Tin Win dans un message vidéo paru le 17 juillet, et repris par l’agence UCA News. L’archevêque de Mandalay, seconde ville la plus peuplée de Birmanie située dans le nord du pays, décrit des villages devenus «une terre de cendres, sans maisons, sans arbres et sans oiseaux».

Les habitants sont aujourd’hui dans une situation très précaire. Or «la nourriture, les vêtements, le logement et les soins de santé sont des droits fondamentaux de tous les êtres humains, ils doivent donc être prioritaires», souligne l’archevêque, appelant les parties impliquées «à ne pas brûler et détruire les maisons des civils et à respecter leurs biens».

Intensification des attaques

Le message du prélat intervient alors que les frappes aériennes de l’armée et le bombardement de plusieurs villages se sont intensifiées dans le but d’affaiblir la résistance des forces de défense du peuple. Le nombre de victimes et les dommages causés aux maisons et aux civils restent inconnus. Mgr Tin Win exprime aussi son inquiétude concernant les personnes disparues dans plusieurs régions du pays. Selon les enseignements de l’Église, conclut-il dans cette vidéo, l’existence humaine et la dignité humaine doivent être respectées.

Les villages catholiques particulièrement visés – Monhla, Chaung Yoe et Chan Thar – font partie de l’archidiocèse de Mandalay, et sont connus sous le nom de villages bayingyi, c’est-à-dire dont la population revendique une ascendance portugaise. De nombreux religieux sont nés dans ces villages. Le cardinal Charles Maung Bo lui-même, archevêque de Yangon, est originaire de Monhla, un lieu historique où bouddhistes et catholiques cohabitent pacifiquement depuis des décennies.

Une guerre sans fin

Ces derniers temps, les prélats catholiques ont appelé à plusieurs reprises au respect de la vie humaine et des lieux de culte, des hôpitaux et des écoles dans cette nation d’Asie du Sud-Est déchirée par le conflit. Mais bien que le cardinal Bo ait également rencontré le chef de la junte militaire, Min Aung Hlaing, en décembre dernier, le régime a continué à attaquer les civils, et des dizaines d’églises dans les États de Kayah et de Chin ont été détruites ; des prêtres et des pasteurs sont arrêtés et tués.

Depuis le coup d’État des forces armées birmanes en février 2021, qui a renversé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi, près de 2 100 personnes sont mortes, dont plus de 100 enfants, et plus de 1 400 ont été arrêtées.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex