Publié par Dreuz Info le 7 juillet 2022
Boris Johnson face à un « coup » de son cabinet ministériel démissionne de la tête du Parti conservateur

En se réveillant ce matin au 10 Downing Street, BoJo a dû se demander quel cauchemar il avait fait.

Coup d’œil sur Sky News, 46 démissions (59 maintenant), non c’est bien à une tentative de coup d’Etat qu’il a fait face. L’Histoire inscrira ce mercredi 6 juillet comme une date clef. « Il a limogé Michael Gove », ministre du Logement qui avait appelé à sa démission, a déclaré sur Sky News James Duddridge, conseiller de Boris Johnson, précisant que le Premier ministre est « d’humeur enjouée et [qu’] il se battra ». Finalement Boris Johnson va démissionner ce jeudi 7 juillet de la tête du Parti conservateur. Il devrait rester en poste jusqu’à l’automne prochain, le temps pour les Tories de désigner un nouveau chef.



Mon confrère Marc Roche, correspondant du Point à Londres, s’amusait à reprendre l’aphorisme d’Oscar Wilde dans la comédie L’Importance d’être constant : « Perdre l’un de ses parents peut être regardé comme un malheur. Perdre les deux ressemble à de la négligence », pour qualifier la situation du Premier ministre britannique Boris Johnson après la démission simultanée et inattendue mardi soir de son ministre des Finances, Rishi Sunak, et de son collègue de la Santé, Sajid Javid. Avec désormais 33 (quand j’ai commencé à écrire ce texte hier, Sky news en annoncé déjà 29) nous sommes plus proche des Mémoires d’un tricheur où Sacha Guitry se demande comment voulez-vous pleurer onze personnes ! On ne sait plus où donner de la peine. Il s’agit ici de 33 départs… Je fais une pause parce qu’il a fallut à l’instant que je remplace 32 par 33 puis 35 (sur quelque 120 postes au total).

En fait tout avait commencé dès le mardi soir avec l’annonce de la démission de deux poids lourds, le ministre de la Santé Sajid Javid puis celui des Finances Rishi Sunak qui a toujours été présenté comme un possible futur premier ministre.

A la chambre des communes où il fait face à son opposition, c’est des bancs verts de son propre camp, dans son dos, qu’il a pris des coups et dû subir le discours accusateur de Sajid Javid.  « Le travail d’un premier ministre dans des circonstances difficiles, lorsqu’on vous a confié un mandat colossal, est de continuer à avancer », a-t-il rétorqué sous les « Bye, Boris ! ». Puis ce furent les questions des chefs des commissions parlementaires l’après-midi. « Nous allons continuer avec le gouvernement de ce pays », a-t-il assuré. Un comité de mutins l’attendait à son retour au 10 Downing Street. Plusieurs ministres de premier plan, fidèles y compris, lui aurait demandé de démissionner

Parmi ceux qui restent il y a Dominic Raab, ministre de la Justice – un fidèle du premier ministre ; Nadine Dorries, ministre de la culture, qui a dit : « le premier ministre prend toujours les bonnes décisions » ; Jacob Rees-Mogg, ministre des opportunités du Brexit qui a dit à Sky News : « le premier ministre a remporté un vaste mandat lors de la dernière élection générale, un vote du peuple britannique et cela ne devrait pas lui être enlevé parce qu’un certain nombre de personnes démissionnent » ; Alister Jack le secrétaire d’Etat pour l’écosse a déclaré : j’appuie sans réserve le Premier ministre. Parmi ceux qui restent il y a aussi Liz Truss, la ministre des Affaires étrangères ou encore la ministre de l’Intérieur Priti Patel, même si cette dernière ferait aussi partie de ceux qui suggère la démission du Premier ministre ainsi que Nadhim Zahawi, moins de 24 heures après sa nomination comme ministre des Finances. 

Une campagne pour la direction du parti aura lieu cet été et un nouveau premier ministre sera en place à temps pour la conférence du Parti conservateur en octobre.

La bonne nouvelle du jour, en fait de lundi, c’est que Sir Keir Starmer exclut le retour à l’UE ou au marché unique sous le Parti travailliste. Le nouveau leader travailliste s’est engagé à « faire fonctionner le Brexit ».

Boris Johnson aura au moins définitivement gagné son pari sur le Brexit.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry Martin pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex