Publié par Guy Millière le 9 juillet 2022
Etats-Unis : dés qu’il s’agit des Républicains et de Trump, les délires abondent

Les élections de mi-mandat aux Etats-Unis arrivent, la désinformation sur les Etats-Unis à la télévision française revient en force dès qu’il s’agit des républicains et de Donald Trump.

 J’ai pu voir récemment une émission C dans l’air (vicié) absolument hallucinante. Quatre pseudo “spécialistes” très nettement à gauche ont déliré et menti sur plusieurs sujets successifs.  



L’avortement serait désormais interdit aux Etats-Unis, et à entendre les “spécialistes”, avorter pourrait sembler être l’activité essentielle des femmes américaines qui, si elles étaient privées de la possibilité d’avorter aussi souvent que possible, perdraient leur qualité de citoyennes. Et des discours paranoïaques ont suivi, qui auraient pu laisser penser que les Etats conservateurs américains sont les équivalents de l’Allemagne sous Hitler. Il a été question ensuite du port d’armes aux Etats-Unis, et une fois de plus, j’ai eu le sentiment qu’on parlait d’un pays en guerre où je ne voudrais surtout pas aller et où tout le monde tire sur tout le monde partout et à chaque instant. Il a été question, enfin, de la commission sur l’”insurrection” du 6 janvier 2021, et j’ai eu l’impression, à écouter ce qui se disait, que les Etats-Unis ont failli ce jour-là devenir une dictature fasciste, avec Trump dans le rôle du Führer. Et je passe sur les discours tenus sur la Cour Suprême. Imaginer que des téléspectateurs pensent qu’on leur dit la vérité dans ce genre d’émission m’a laissé songeur. Et il me semble indispensable de dire ce qui est.

1-Un arrêt de la Cour Suprême passé en 1973 et appelé Roe vs Wade a autorisé l’avortement dans l’ensemble du pays ou, tout au moins, a été utilisé pour interdire l’interdiction de l’avortement : son contenu ne parlait pas d’avortement mais de droit au respect de la vie privée et de droit de disposer de son corps. Cet arrêt n’était pas conforme à la Constitution des Etats-Unis, et il aurait dû être abrogé depuis longtemps. Il ne l’a pas été, car aucune Cour Suprême depuis quarante-neuf ans n’a eu le courage de le faire. La Cour Suprême actuelle a eu ce courage, et a trouvé ces derniers temps le courage qui lui a manqué après les élections frauduleuses de novembre 2020 (entre novembre 2020 et Janvier 2021, seuls deux juges sur neuf se sont montrés courageux : Samuel Alito et Clarence Thomas). L’arrêt que la Cour Suprême vient de passer sur ce sujet n’abroge pas le droit à l’avortement. L’arrêt dit seulement que le droit à l’avortement ne figure pas dans la Constitution et dans le Bill of rights et n’est donc pas un droit constitutionnel. L’arrêt ajoute que les décisions concernant l’avortement relèvent des décisions du peuple américain et de ses élus. Ce qui signifie que les gouverneurs de chacun des Etats des Etats-Unis vont pouvoir décider de ce que sont les lois en matière d’avortement dans leur Etat, et que dans chaque Etat, lors d’une élection de Gouverneur, la position des candidats sur le sujet sera évoquée, ce qui fera que les électeurs pourront trancher démocratiquement. Cela signifie aussi que la Chambre des représentants et le Sénat pourront voter des lois sur le sujet, sans que ces lois puissent être considérées comme supérieures aux décisions des gouverneurs d’Etat.  Il y aura des Etats, démocrates, où l’avortement sera légal, y compris l’avortement “tardif”. Il y aura des Etats où l’avortement sera limité (en général à quinze semaines de grossesse), et d’autres Etats où l’avortement sera interdit. Et rien n’empêchera une femme qui veut avorter de se rendre dans un Etat où l’avortement est légal jusqu’à quinze semaines de grossesse, voire dans ceux où l’avortement ”tardif” est autorisé. L’évocation de l’absence de moyens financiers des femmes pauvres susceptibles de les empêcher de se rendre dans les Etats où l’avortement a quinze semaines, ou au-delà, est autorisé ne tient pas. De nombreuses associations proposent de prendre intégralement en charge les frais de voyage et les frais médicaux. La décision de la Cour Suprême est une victoire pour le respect des principes constitutionnels et pour la démocratie. Et cela devrait être dit : la Cour Suprême a fait son devoir, qui est d’être la gardienne de la Constitution.  Cela ne devrait, en aucune façon, faire scandale.

J’ajouterai que d’innombrables moyens de contraception existent, ce qui doit être rappelé et ne l’est pas (mais qui peut ignorer l’existence de moyens de contraception ?). J’ajouterai aussi, face aux discours disant que le corps des femmes leur appartient, qu’il vient un moment où l’embryon devient un fœtus puis un enfant à naitre, et l’avortement au-delà du troisième mois de grossesse commence à ressembler, biologiquement à un infanticide. L’avortement “tardif” (jusqu’au neuvième mois de grossesse !) est, lui, un infanticide, et qu’il existe aux Etats-Unis dans les Etats démocrates est une abjection criminelle montrant que les démocrates américains sont dans la dépravation morale la plus totale.

2- Le port d’armes aux Etats-Unis est autorisé depuis la fondation du pays, et il y a quatre cent millions d’armes à feu appartenant à des personnes privées aux Etats-Unis. Une grande majorité des Américains considèrent que tout citoyen a le droit de se défendre en cas d’agression ou d’intrusion par un criminel dans son domicile, et le port d’armes est garanti par le Deuxième amendement à la Constitution. Le droit de porter des armes n’a posé aucun problème majeur dans l’histoire américaine, et le fait que des citoyens américains sont armés a permis à de nombreux citoyens de sauver des vies. Quand on est face à un risque de meurtre ou face à un agresseur, il faut parfois agir très vite, et il n’est pas toujours possible d’attendre la police.  Il faut ajouter que ce ne sont pas les armes à feu qui tuent des innocents, mais des assassins et des tueurs de masse, qui peuvent aussi utiliser d’autres moyens, couteaux, véhicules automobiles, camions, etc… Comme je l’ai déjà dit, ceux qui veulent tuer avec des armes à feu aux Etats-Unis choisissent toujours de réaliser leurs crimes dans des gun free zones, des zones où le port d’armes à feu est interdit et ils font ce choix parce qu’ils savent que dans une zone où le port d’armes à feu est autorisé leur possibilité de commettre une tuerie de masse s’effondrerait. Comme je l’ai déjà dit aussi, les gun free zones se sont multipliées aux Etats Unis ces dernières années sous l’influence de la gauche, qui a dès lors offert davantage d’opportunités d’action à des psychopathes. Comme je l’ai déjà dit enfin, la gauche américaine a, au nom dévoyé de la liberté individuelle, pris des mesures partout où elle l’a pu pour que les malades mentaux soient laissés en liberté. La gauche américaine a aussi tout fait pour que les familles dysfonctionnelles soient plus nombreuses. La quasi-totalité des tueurs de masse depuis plus de deux décennies ont été des malades mentaux ou des hommes issus de familles dysfonctionnelles. Les tueries de masse il y a un quart de siècle étaient rarissimes, et la proportion d’armes par rapport au nombre d’habitants aux Etats-Unis était la même qu’aujourd’hui.  Comme je l’ai déjà dit, il n’y a pas eu 200 ou 300 tueries de masse aux Etats-Unis depuis le 1er janvier de cette année et utiliser ces chiffres est se soumettre aveuglément à une propagande délirante venue de la gauche américaine. Il y a eu cinq ou six tueries de masse, y compris celle qui vient de se produire à Highland Park au nord de Chicago, ce qui est déjà beaucoup trop. Aux fins de tenter de faire passer les Etats-Unis pour un pays totalement détraqué et aux fins de tenter de faire interdire le port d’armes (ce qui impliquerait d’abroger le deuxième amendement à la Constitution, la gauche américaine compte comme tueries de masse des incidents où quelqu’un se blesse en nettoyant son arme, et parfois blesse une personne située à proximité. Comme je l’ai déjà dit, la gauche américaine a, depuis un an, inhibé les forces de police, et les policiers hésitent à agir de peur d’être accusés d’avoir commis des actes criminels et de se retrouver en prison. La tuerie atroce d’Uvalde, Texas, qui a coûté la vie à dix-neuf enfants et deux enseignants ne serait jamais survenue si les policiers d’Uvalde avaient fait leur travail : ils étaient à l’intérieur de l’école où a eu lieu la tuerie trois minutes après que le tueur y soit entré. Ils avaient tout l’équipement requis pour éliminer le tueur. Ils n’ont pas agi, et c’est un membre de la patrouille des frontières qui s’inquiétait pour ses enfants qui est entré dans l’école et a éliminé le tueur avec son arme personnelle (arme dont il aurait été dépossédé si les démocrates avaient réussi à interdire le port d’armes aux Etats-Unis au niveau fédéral). Obama et Biden ont nommé des juges laxistes qui font relâcher des criminels et la gauche américaine fait élire des procureurs tout aussi laxistes qui font la même chose, et des gens dangereux sont ainsi laissés en liberté et sont libres de tuer alors que leur place est en prison. Tout cela, on ne vous le dit pas. La gauche américaine est responsable de la quasi-totalité des tueries de masse survenues aux Etats-Unis depuis des années.

3-La commission sur l’”insurrection” du 6 janvier est une imposture de type totalitaire. Je l’ai dit. Je le redis. Elle a été constituée en violation de toutes les règles du Congrès et en violation des lois américaines. Une commission du Congrès doit comprendre des membres du parti minoritaire, choisis par le parti minoritaire (le parti républicain aujourd’hui). La commission du 6 janvier comprend des démocrates et deux républicains qui ont rejoint le camp démocrate, par haine de Donald Trump et sont en rupture avec leur parti. Ils ont été choisis par les démocrates parce que ce sont des traitres. Ni l’un ni l’autre ne seront encore membres du Congrès après les élections de novembre prochain. La commission illégale parle d’insurrection alors qu’il n’y a eu aucune insurrection (j’ai recommandé le film Capitol Punishment qui explique tout). Elle utilise des faux témoins, des faux documents, et n’a pas pour but d’établir la vérité sur ce qui s’est passé le 6 janvier 2021 au Capitole. Elle a pour but essentiel de diaboliser Donald Trump et de s’efforcer de le faire mettre en examen par le Ministère de la justice de l’administration Biden, aux fins qu’il ne puisse se présenter en 2024 et qu’il soit éliminé de la vie politique américaine, et elle ne recule devant rien pour parvenir à ses fins. Son fonctionnement est très proche de celui des tribunaux soviétiques sous Joseph Staline. Elle a aussi pour but de criminaliser toute évocation des fraudes qui ont eu lieu lors de l’élection de novembre 2020, bien que les preuves soient nombreuses et accablantes, et elle dit que l’élection présidentielle de novembre 2020 a été impeccable, et que Donald Trump a monté un grand complot pour renverser la république américaine qui a connu son apothéose ratée le 6 janvier 2021, jour où Donald Trump devait se proclamer dictateur. C’est monstrueux. C’est grotesque. C’est ignoble. Cela ne repose sur strictement rien, sinon sur la falsification des faits, mais c’est disséminé par tous les grands médias de gauche américains, et c’est donc repris par des médias européens dont les médias français. Les démocrates accusent Trump et les républicains de leurs propres crimes, comme Saul Alinsky leur a appris à le faire. C’est eux qui mènent un coup d’Etat et veulent abolir les institutions américaines. Cette sinistre “commission” a déjà fait mettre des innocents en prison.  Elle décrit comme “terroriste intérieur” quiconque parle des fraudes de novembre 2020.

4- La Cour suprême n’est pas aux mains d’”extrémistes fanatiques”. Elle fait son devoir de gardienne de la Constitution, oui. C’est la tâche qui lui a été assignée quand la Constitution a été écrite. Jusqu’aux années 1960, elle a veillé à ce que les lois, les décisions de justice et les décisions politiques prises aux Etats-Unis respectent la Constitution. Dans les années 1960, des juristes de gauche ont commencé à parler de living Constitution (Constitution vivante) et ont dit que la Constitution était obsolète, et qu’il fallait prendre en compte l’évolution politique et idéologique, et ne pas hésiter à s’écarter du texte. C’est ce qu’a fait la Cour Suprême quand elle a eu une majorité de juges de gauche, et c’est ce qui a donné, entre autres, Roe vs Wade. Les membres de la Cour Suprême nommés par des Présidents de gauche sont des adeptes de l’idée de living Constitution, et sont prêts à s’écarter du texte. Ils ont été majoritaires dans le passé. Ils sont minoritaires aujourd’hui : trois juges de gauche contre six juges respectant la Constitution. La gauche américaine voulait éviter que les juges respectant la Constitution redeviennent majoritaires, et c’est pour cela que ses membres ont tenté d’empêcher la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour Suprême par tous les moyens, y compris l’irruption de hordes gauchistes dans le Capitole (quand ce sont des gauchistes qui envahissent le Capitole, les démocrates approuvent). Toutes les décisions prises par la Cour Suprême ces dernières semaines sont conformes à la Constitution et n’ont strictement rien de “fanatique”.  Outre l’abrogation de Roe vs Wade, la Cour Suprême a préservé le droit de porter une arme et a abrogé la possibilité pour les agences gouvernementales américaines de restreindre les activités des entreprises au nom de leurs rejets de dioxyde de carbone. Plusieurs juges de la Cour Suprême ont vu leurs adresses divulguées et des gauchistes sont venus devant chez eux vociférer des insultes et des menaces jour et nuit sans que la police intervienne. Une tentative d’assassinat contre Brett Kavanaugh a eu lieu. Clarence Thomas fait l’objet d’une intense campagne de diffamation de la part de toute la gauche. Des membres du parti démocrate demandent ces jours derniers une suppression de la Cour Suprême, qui est la clé de voute des institutions américaines.

Les démocrates, ce n’est pas dit en France, sont imprégnés de la volonté de détruire le pays et sont prêts à la violence. Quand la Cour Suprême a abrogé Roe vs Wade, Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, a appelé explicitement à l’insurrection contre la Cour Suprême et des émeutes ont eu lieu dans les principales grandes villes du pays. Des églises ont été attaquées et vandalisées. Les émeutes de l’été 2020 pourraient tout à fait se répéter (elles ont été infiniment plus violentes que ce qui s’est passé au Capitole le 6 janvier 2021). Les démocrates semblent prêts à tenter de garder le pouvoir par l’émeute et, oui, l’insurrection, et s’ils sont prêts à incriminer Donald Trump pour ce qui n’a pas été une insurrection, ils sont prêts, eux, à recourir à une véritable insurrection.  

Tout montre qu’un véritable tsunami électoral se prépare et aura lieu au mois de novembre. Si, comme c’est probable, les républicains gagnent très nettement, les démocrates pourraient être exclus du pouvoir pour longtemps. Un million d’électeurs enregistrés démocrates ont changé leur enregistrement et sont désormais enregistrés républicains (les élections primaires de chaque parti impliquent qu’on s’enregistre pour pouvoir y participer). Les sondages prévoient le tsunami. Une victoire républicaine sera sans aucun doute, logiquement, tragiquement, accompagnée de violences. L’administration Biden semble préparer des fraudes (des boites destinées à recevoir des bulletins de vote sont en cours d’installation dans les services d’assistance sociale et des gens seront dans les bureaux où les boites seront installées pour inscrire des gens sur les listes électorales et leur permettre de voter immédiatement, en les “conseillant” sur le vote à effectuer). Dans ses réunions publiques Donald Trump parle de la nécessité de sauver l’Amérique. C’est de cela qu’il s’agit. En ce moment, la démocratie, le droit, la Constitution sont en danger. C’est une situation sans précédent aux Etats-Unis. Rien n’est expliqué en France, non. Et la façon dont on parle de la situation intérieure aux Etats-Unis dans les médias français est une honte. C dans l’air n’est pas la seule émission à incriminer, hélas.

Mon prochain livre sort fin août, enfin ! Tout y sera expliqué en détail. Je l’ai appelé Après la démocratie ? Cela pour une raison précise : si les démocrates se maintenaient au pouvoir aux Etats-Unis, et parvenaient à gagner en novembre 2022, ce serait, oui, sans doute la fin de la démocratie aux Etats-Unis. Si les républicains l’emportent, un redressement viendra. Un redressement est indispensable, et urgent. 

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

PS. Au moment où j’achevais cet article, les membres de la commission sur le 6 janvier ont annoncé un “témoin surprise” et ont fait témoigner une certaine Cassidy Hutchinson, vingt-cinq ans, assistante vacataire de Mark Meadows, secrétaire général de la Maison Blanche sous la présidence de Donald Trump. Le “témoignage” de Cassidy Hutchinson s’inscrit dans la lignée du “témoignage” de Christine Blasey Ford contre Brett Kavanaugh en 2018. Les affirmations les plus abracadabrantes s’y ajoutent les unes aux autres. Trump aurait entériné l’idée que des hommes armés allaient pénétrer dans le Capitole le 6 janvier. Il aurait demandé au chauffeur de la limousine présidentielle le 6 Janvier de le conduire au Capitole aux fins de s’emparer du pouvoir. Le chauffeur ayant refusé, Trump se serait précipité sur lui pour l’agresser et aurait tenté de s’emparer du volant, les agents du Secret Service (les gens chargés de la sécurité du Président) l’en auraient empêché. Il est établi qu’aucun de ceux qui sont entrés dans le Capitole le 6 janvier n’était armé. Les membres du Secret Service ont immédiatement réfuté les affirmations de Cassidy Hutchinson et demandé à témoigner, en vain. Le Secret Service est un corps d’élite fait de gens assermentés. Dans la limousine présidentielle, plus de trois mètres séparent le Président du chauffeur, et une vitre blindée sépare le chauffeur du Président, deux membres du Secret Service sont assis face au Président dans la partie du véhicule qui lui est réservé. Trump est sans doute Superman. Il parvient à écarter deux agents du Secret Service et à franchir une vitre blindée pour agresser le chauffeur de la limousine et pour ce faire, il ne brise même pas la vitre blindée : il la traverse, comme dans les films fantastiques ! Cassidy Hutchinson dit maintenant qu’elle tient ce qu’elle dit de conversations qu’elle aurait entendu. Ses propos sont à l’évidence un faux témoignage et un humoriste américain a ironies, et dit : “ je sais de source sure que Trump voulait assassiner Obama, c’est le cousin du cousin de la belle-sœur d’un barman qui travaille dans un restaurant où des stagiaires venant de la Maison Blanche viennent diner qui me l’a dit”. Dans un tribunal, un tel “témoignage” aurait été écarté immédiatement, mais là, ce n’est pas un tribunal mais une commission stalinienne. Bien sûr, les membres de la commission disent que le témoignage de Cassidy Hutchinson est une preuve solide, et les journalistes de tous les médias de gauche américains disent la même chose, et les médias français reprennent ce qu’ils trouvent dans les médias de gauche américains. C’est répugnant ? Oui. C’est inquiétant ? Oui, encore. Cassidy Hutchinson a aussi accusé Trump de jeter du ketchup sur les murs de la Maison Blanche. On attend avec impatience ses prochaines accusations. Si elle lit Michael Wolff, elle pourrait l’accuser de regarder toute la journée des reportages sur les gorilles et de se prendre pour un chimpanzé. Les journalistes de tous les médias de gauche américains diraient qu’ils savent depuis longtemps que Donald Trump se prend pour un chimpanzé et qu’ils ont maintenant une preuve indubitable. C dans l’air ferait une émission spéciale sur le sujet.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex