Publié par Guy Millière le 13 juillet 2022
La France va s’enfoncer davantage dans le socialisme et le déclin

Le discours de politique générale prononcé par Elisabeth Borne au parlement a été conforme à ce qu’on pouvait en attendre. La conclusion s’impose et vient confirmer ce à quoi on pouvait s’attendre :  France va continuer à s’enliser dans le socialisme et le déclin.

Très socialiste est la décision prise de renationaliser EDF à cent pour cent. Sous-tend cette décision l’idée que des agents de l’Etat sont à même de guider une entreprise. Ce genre d’idée n’a jamais été nulle part synonyme d’efficacité et de performance : mais pourquoi ne pas faire ce choix quand on ne se préoccupe ni d’efficacité ni de performance ?  EDF était au bord du dépôt de bilan. Son état va s’aggraver.



Le choix concernant EDF s’explique par une autre décision très socialiste, la volonté d’apporter des “réponses radicales à l’urgence écologique”. Il n’y a, on le sait ou on devrait le savoir, aucune “urgence écologique”, et l’écologisme est toujours un prétexte pour justifier la mise en place de politiques destructrices, restrictives, réglementaristes et conduisant à la pénurie et à la raréfaction des choix. C’est ce à quoi les Français doivent s’attendre.

Parler de “réponses radicales” indique que les politiques destructrices et restrictives existantes vont se renforcer dans divers domaines et en particulier dans celui de l’énergie, et dès lors qu’il s’agit de considérer le dioxyde de carbone comme un polluant (ce qui est une ineptie) aux fins de lutter contre le “réchauffement climatique anthropique” (qui n’existe pas), cela promet de beaux jours. Les éoliennes et les panneaux photovoltaïques seront au programme. L’électricité va coûter très cher. Il va même y avoir des pénuries. Ces pénuries vont s’ajouter aux choix ineptes faits ces dernières années, entre autres, celui de s’approvisionner partiellement en Russie (les choix allemands faits par Angela Merkel son bien plus délétères encore). Fermer la centrale de Fessenheim a été une décision de crétin, et la moitié des centrales nucléaires françaises sont à l’arrêt faute d’entretien, et résultat du désintérêt de la France pour l’énergie nucléaire, l’un des seuls secteurs ou la France avait un savoir-faire technologique optimal.

Des pénuries vont émerger aussi dans le secteur agricole car la production agricole émet du dioxyde de carbone et de l’azote, autre gaz incriminé, et le secteur agricole va se voir imposer des restrictions au nom du “réchauffement climatique anthropique”, et les prix de tous les aliments vont fortement augmenter (cela a déjà commencé). Ce type de décision a provoqué le soulèvement des agriculteurs néerlandais et la ruine du Sri Lanka, mais il faut “sauver la planète” n’est-ce pas…

 D’autres secteurs seront touchés par la pénurie : ainsi celui du logement, car des règles énergétiques vont renchérir le prix de l’immobilier et faire que des logements situés sur le marché de la location vont en être retirés, car les propriétaires n’auront pas tous les moyens de mettre les logements qu’ils possèdent en conformité avec les règles. Il y aura moins de logements à louer et les logements à louer vont coûter plus cher. Acheter un logement va coûter très cher. Mais dès lors qu’il faut “sauver la planète”, n’est-ce pas…

Elisabeth Borne affirme que les décisions à venir vont changer “notre manière de produire, de nous loger, de nous déplacer, de consommer”: c’est une façon de dire que la France va produire moins et pour plus cher, disposer de moins de logements, qui coûteront eux aussi plus cher, que les Français vont moins consommer (car leur pouvoir d’achat va beaucoup baisser), se loger dans des endroits plus petits et plus onéreux, et bien sûr, moins se déplacer, car se déplacer va devenir hors de prix (le prix des carburants va encore monter).

Ce que je décris est ce qui existait dans les pays communistes et grâce à l’écologisme renforcé, les Français vont vivre une précarité accrue.

Concernant l’emploi, Elisabeth Borne dit que le chômage a baissé, mais oublie de dire que c’est parce que des chômeurs (comme je l’ai déjà noté récemment), sont passés sous le statut d’apprenti qui leur permet d’apprendre qu’ils retourneront bientôt au chômage mais ne sont plus pour quelques mois dans les statistiques du chômage, et elle promet le “plein emploi” ! Et là, elle oublie les principes économiques les plus élémentaires : seuls les gains de productivité, les investissements et les créations d’entreprises permettent de créer des emplois, et comme le gouvernement ne prévoit rien qui puisse accroitre gains de productivité, investissements et créations d’entreprises, la seule possibilité de parvenir au “plein emploi” serait un partage des emplois existants. Ce partage sera fait apparemment dans le cadre d’un Pôle Emploi changeant de nom et devenant France Travail. Le nom sur la façade changera, mais derrière la façade, il y aura davantage d’imposture encore. Il y avait le plein emploi en Union soviétique, ce pays qui a connu d’immenses triomphes économiques célébrés dans le monde entier, de Cuba à la Corée du Nord.

Des services publics supplémentaires seront créés, donc des emplois improductifs reposant sur les prélèvements obligatoires qui ne sont pas près de baisser. Les emplois improductifs sont une charge supplémentaire sur les entreprises et sur les personnes occupant des emplois productifs. L’analphabétisme économique du gouvernement français est sans limites. Le système de retraites français est en faillite totale et irrémédiable, mais même un simulacre de réforme destine à faire semblant de le sauver semble inacceptable pour les Français. Quant à l’immigration, elle va continuer à faire entrer en France des assistés inemployables venus du monde musulman et souvent hostiles à la civilisation occidentale tandis que partiront des Français dotés de capital humain et de l’esprit d’entreprise.

Pour créer une mentalité d’assisté chez les jeunes gens, leur sera proposé un “pass culture” qui existe déjà apparemment et ce ”pass” va prendre de l’ampleur : le gouvernement va distribuer de l’argent à tous jeunes gens pour qu’ils aillent au cinéma, au théâtre ou au concert, et pour qu’ils pensent que tout est gratuit grâce au gouvernement. C’est comme cela qu’on détruit le sens de l’effort.

Aucun parti en France ne propose mieux. Des partis proposent pire. Aucun parti n’a un programme pertinent à même de redresser le pays. Plusieurs partis ont des programmes qui feraient couler le pays plus vite encore. Et La France Insoumise dit que le gouvernement d’Elisabeth Borne est ultra-libéral ! Le modèle de La France Insoumise a longtemps été le Venezuela d’Hugo Chavez, un pays ruiné soumis à une dictature corrompue.  Il n’est pas encore interdit de se déplacer en France et de sortir du pays, et la majorité des Français n’a pas besoin de piéger des rats et de les faire cuire pour espérer manger encore, c’est sans doute pour cela que La France Insoumise dit que la France est gouvernée par des ultra-libéraux.   Et des Français votent pour un parti qui a pris pour modèle le Venezuela ! Il est vrai que lorsqu’on voit l’effondrement du système éducatif français….

L’euthanasie s’approche à grands pas. Y aura-t-il des révoltes à l’automne. Si c’est le cas, elles ne changeront rien. Hélas. Mais je doute qu’il y ait des révoltes, et s’il y en a, la peur du coronavirus reviendra peut-être.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex