Publié par Magali Marc le 25 juillet 2022
Le délire anti-Trump de Liz Cheney

Elizabeth Cheney est la fille aînée de Dick Cheney, l’ex-Vice-président de George W. Bush. Elle est la Représentante républicaine d’un district du Wyoming depuis 2017. Elle déteste Donald Trump au point qu’elle a voté en faveur de la deuxième tentative de sa destitution (Impeachment). Du coup, la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, l’a nommée vice-présidente de la Commission bidon du 6 Janvier dont les membres cherchent à accuser Donald Trump de quelque chose, n’importe quoi afin de l’empêcher d’être candidat à la présidence en 2024.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Bonchie, Paru aur le site de RedState, le 24 juillet.

***********************

Délire et humiliation pour Liz Cheney

Je vous apporte une grande nouvelle en ce beau dimanche matin.

La Représentante Liz Cheney, après une nouvelle audition ratée de la Commission le 6 Janvier, a annoncé sur CNN que Donald Trump, vous devriez peut-être vous asseoir, est inapte à exercer ses fonctions.
C’est original, non ? Ce n’est pas comme si Mme Cheney était allée à l’émission de Jake Tapper (sur CNN) et avait fait cette proclamation plus de fois que mon chien ne s’est léché au cours des deux dernières années.



C’est évident que les murs sont en train de se refermer sur Donald Trump !

Après tout, Liz Cheney et sa Commission bidon ont récemment révélé que le Sénateur Josh Hawley (un partisan de Donald Trump) avait levé le poing devant des manifestants en signe d’appui, et avait ensuite couru dans un couloir du Capitole, probablement après que des agents de l’USCP [La police du Capitole des États-Unis chargée de la protection du Congrès] lui aient dit de le faire.

Si ça ce n’est pas la preuve d’une insurrection menée par Donald Trump, alors qu’est-ce que c’est ?

Mais je m’égare, je n’écris pas cet article pour souligner l’absurdité de la Commission du 6 Janvier, bien que je le ferai certainement à l’avenir.

Ce que je trouve intéressant, c’est l’attitude délirante de Liz Cheney tandis qu’elle sur le point de subir un humiliation cuisante, une défaite inévitable dans quelques semaines.

Mais alors que le jour des primaires républicaines approche, l’équipe de Mme Cheney est également convaincue que sa stratégie peu orthodoxe en 2022 pourrait la placer dans une position plus forte pour la compétition présidentielle de 2024.

Le message anti-Trump féroce, qu’elle a formulé en tant que vice-présidente de la Commission du 6 Janvier qui «enquête» sur la prétendue insurrection du 6 janvier de 2021, l’a fait connaître au niveau national tout en élargissant un réseau de donateurs et de critiques de Donald Trump dans les deux partis qui pourraient servir de base à son éventuelle candidature à la Maison Blanche.

Cette femme est sur le point de perdre sa primaire au Congrès par une large marge, elle a été retirée de la direction du GOP à la Chambre, et elle est incapable de dire autre chose que les mots « Donald Trump » encore et encore.

Mais oubliez le 6 janvier pour l’instant.

Même si Mme Cheney était complètement déconnecté de cette Commission, qu’est-ce qui ferait exactement d’elle une candidate présidentielle viable ?

Son appui agressif à des interventions militaires étrangères fantaisistes ?

Son bilan gauchiste en matière de dépenses ?

Son vote en faveur du contrôle des armes à feu ?

Son respect obstiné de la bureaucratie gouvernementale ?

Apparemment, c’est ce sont des positions qu’appuieront les électeurs dans deux ans, dans un contexte de difficultés économiques, de tensions internationales et de corruption interne, du moins selon les pontifes de l’Establishment.

Tout cela est du pur délire.

Elle essaie simplement de s’adapter au fait qu’elle a démoli sa carrière en s’alliant à Nancy Pelosi afin de pourchasser un fantôme.

« Elle a perdu lors des primaires républicaines au Congrès, mais cela ne fait que la mettre dans une meilleure position pour se présenter à la présidence » n’est pas une chose que quelqu’un va réellement croire.

C’est plutôt le genre de chose que disent les conseillers et consultants rémunérés pour faire durer un source d’argent facile qui leur permette de rouler un peu plus longtemps.

La chute de Liz Cheney n’est pas seulement due à son mépris pour Donald Trump.

Elle est aussi causée par la façon dont elle a essayé de valider ce dédain.

La grande conspiration dont elle a fait la promotion depuis le lendemain de l’intrusion au Capitole ne s’est tout simplement pas matérialisée, ce qui l’a obligée à s’en remettre à de fades prises de position et à des médias portés à changer constamment les règles du jeu.

C’est très bien si le but est de recevoir des encouragements de la part de Jake Tapper (journaliste de CNN) et de Joy Reid (correspondante nationale de MSNBC) , mais ce n’est pas une façon de devenir candidate à la présidence.

L’idée que les électeurs des primaires républicaines de 2024 se rallieront avec enthousiasme autour de Mme Cheney afin de « sauver la démocratie » est tellement stupide qu’on doit la rejeter d’emblée.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Redstate

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex