Publié par Jean-Patrick Grumberg le 8 juillet 2022
Pourquoi les hypocrites du Parlement européen ont voté pour condamner l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade

Le Parlement européen a voté par 324 voix contre 155, avec 38 abstentions, pour condamner l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême des États-Unis.



La décision de la Cour suprême des Etats-Unis, le mois dernier, d’annuler une décision précédente en matière d’avortement a envoyé une onde de choc aux dirigeants et aux élites mondiales : ils pourraient perdre un peu de leur pouvoir. Sous couvert de demander que le droit à l’avortement soit inscrit dans la charte des droits fondamentaux de l’UE, les élites européennes veulent surtout s’assurer que les populations européennes ne puissent pas, à l’instar des Américains, utiliser le vote démocratique à leur avantage, contrairement aux Américains à qui la Cour suprême vient de rendre ce pouvoir.

Dans la résolution, les députés européens ont appelé le Congrès américain à adopter des protections fédérales pour l’avortement, selon un communiqué de presse du Parlement européen.

  • Ce que les Eurodéputés ne comprennent pas, c’est que si le Congrès américain veut voter des lois sur l’avortement, il n’a pas besoin d’y être encouragé par une résolution européenne !
  • Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que les membres du Congrès ne sont pas comme les députés européens, qui ne rendent aucun compte à personne : si un représentant américain vote contrairement aux désirs de ceux qui l’ont élu au Congrès sur des sujets de société aussi fondamentaux que l’avortement, il peut dire au revoir à sa carrière politique. Les membres du Congrès le savent, et ils ne jouent pas avec ça.
  • Ce que les députés de l’UE ne veulent pas voir, c’est que lorsque Barack Obama était président des Etats-Unis et que les deux chambres du Congrès étaient Démocrates, rien ne l’a empêché de faire voter une protection fédérale du droit à l’IVG. Et Obama ne l’a pas fait. Pourquoi ? Parce que la majorité des citoyens américains ne le voulait pas et qu’il n’avait pas la majorité au Congrès pour ce vote.

Le cas des Petites sœurs des pauvres

Il y a tout juste deux ans, le 9 juillet 2020, la Cour suprême des États-Unis avait confirmé par 7 voix contre 2 le droit des Petites Sœurs des Pauvres à suivre leurs convictions religieuses en matière d’avortement. La Cour a confirmé les ordres exécutifs de l’administration Trump, qui accordent des exemptions morales et religieuses aux employeurs qui refusent de rembourser la pilule abortive à leurs employées, remboursement prévu par l’assurance obligatoire Obamacare. Voilà un droit qui n’existe pas pour les citoyens de l’UE, lesquels sont tellement habitués à ce qu’on leur retire des droits, qu’ils ont fini par ne presque plus rien sentir. La fibre de la liberté est en voie de mourir, dans l’âme des citoyens de l’UE.

La crainte de perdre du pouvoir

Ce que les députés européens ont bien compris avec l’annulation de Roe, c’est que la Cour suprême a retiré du pouvoir à l’Etat et en a donné au peuple. La Cour suprême, un enfant peut le comprendre, n’a pas interdit l’IVG, elle a dit : « ce n’est pas à l’Etat fédéral de décider ce que les citoyens doivent faire et ne pas faire ; ce pouvoir, nous ne l’avons pas, ce sont les citoyens qui l’ont ». Et cela les a tellement effrayés, qu’ils n’ont pas hésité à voter une résolution pour retirer tout pouvoir aux citoyens européens en la matière.

La résolution de l’UE veut obliger les pays de l’UE à :

« fournir des services d’avortement sûrs, légaux et gratuits, des services de soins de santé prénataux et maternels, un planning familial volontaire, des services adaptés aux jeunes, ainsi que des services de prévention, de traitement et de soutien en matière de VIH, sans discrimination ».

Ce qu’ils disent ici clairement, c’est qu’ils veulent interdire aux citoyens d’un pays de l’Union qui le souhaiteraient, d’apporter des limites à l’avortement.

Ceux qui aiment vivre sous la dépendance d’un Etat maman qui prend soin d’eux, avec des élites qui leur disent quoi faire, et décident à leur place ce qui est bon pour eux, seront ravis. J’ai quitté la France parce que mon degré d’exigence en matière de liberté personnelle va au-delà de ce qu’accorde la France : je n’aime pas qu’un Etat constitue ma retraite pour moi, de force, et qu’il assure le coût de ma santé de force, à ma place.

Hypocrisie des Eurodéputés

Ceux qui ont voté la résolution de l’UE ne sont pas très loin de la pensée communiste : en Chine, l’Etat impose à chaque femme le nombre d’enfants auquel elle a droit, et sauf erreur de ma part, l’UE n’a jamais voté de résolution pour condamner cette entrave majeure à la liberté de la femme qu’ils prétendent défendre par leur condamnation de la Cour suprême.

« Cela nous donne une leçon : les droits humains des femmes et des filles ne peuvent jamais être considérés comme acquis, et nous devons toujours nous battre pour les défendre », a déclaré Hélène Fritzon, une politicienne suédoise qui est vice-présidente d’une alliance parlementaire de socialistes et de démocrates ».

Comment croire que cette femme soit honnête, si elle ne se bat pas pour défendre les droits humains des femmes et des filles chinoises à faire autant d’enfants qu’elles le veulent ? N’est-ce pas là le plus fondamental des droits d’un être humain ?

Ce que la résolution européenne dit vraiment

« Les États-Unis nous ont clairement montré pourquoi nous devons utiliser tous les outils disponibles pour supprimer le droit des peuples dans l’Union européenne. »

L’annulation de Roe leur a donné une leçon, oui : « les droits humains ne doivent jamais être laissés au bon vouloir des citoyens, car ils pourraient décider de s’en servir, et décider autrement que ce que nous voulons pour eux. Nous devons toujours nous battre pour défendre notre droit de décider à leur place. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex