Publié par Jean-Patrick Grumberg le 4 juillet 2022
Quand le réel détruit le narratif : les États avec plus d’armes à feu n’ont pas plus de meurtres par arme à feu

Les Démocrates défenseurs du contrôle des armes à feu réclament des lois plus strictes sur les armes à feu après une série de fusillades de masse. Mais les chiffres réels leur donnent tort.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Préambule : quand vous aurez terminé la lecture de cet article, vous serez naturellement tenté de conclure que je milite pour les armes. Rien n’est plus loin de la réalité. La réalité est que je n’aime pas du tout les armes. En revanche, je milite, et ce depuis toujours, pour la vérité contre la manipulation. Et la vérité, c’est ce que j’expose dans ce rapport. A vous de tirer vos propres conclusions.

Explication version courte : lorsque les lois d’un Etat limitent tellement la possession légale d’une arme que cela revient presque à une interdiction, et même si on peut retirer certaines armes aux criminels, eux se fichent des lois, parce qu’ils achètent leurs armes dans la rue. Ceux qui respectent les interdictions sont donc les personnes respectueuses de la loi. Ainsi, une législation restrictive désarme les personnes respectueuses de la loi, et facilite la tâche des criminels.

Joyce Lee Malcolm, professeure émérite de l’université George Mason, cite une étude sur les cambrioleurs datant de 1986, selon laquelle 34 % des cambrioleurs interrogés ont déclaré « avoir été effrayés, blessés ou capturés par une victime armée. »

« La possession d’armes à feu est plus élevée dans les États où il y a moins de restrictions, et les taux d’homicide dans ces États sont plus bas, parce que les gens peuvent se protéger », a déclaré Malcolm à Fox News Digital, à propos des résultats de ses recherches.

1 Fox News Digital a compilé des données du FBI de 2019 détaillant les meurtres par arme à feu pour 100 000 habitants pour la plupart des États, ainsi que les données assemblées de la Rand Corporation publiées en 2020 montrant le pourcentage de ménages possédant au moins une arme à feu en 2016. J’ai personnellement vérifié les données de manière indépendante.

Et elles ne montrent pas du tout ce que les partisans de l’interdiction ou d’une restriction drastique des armes veulent prouver :

  • De nombreux États avec des pourcentages élevés de possession d’armes à feu ont des taux de meurtres par arme à feu inférieurs ou similaires à ceux des États avec un contrôle strict des armes à feu.
  • Le Montana et le Wyoming arrivent en tête des États où le pourcentage de propriétaires d’armes à feu est le plus élevé (plus de 66 % des ménages possèdent au moins une arme à feu).

    Cependant, ces États ont des taux de meurtres par arme à feu similaires à ceux des États ayant une législation stricte sur les armes à feu.

    En 2019, le Montana a enregistré 1,5 meurtre par arme à feu pour 100 000 habitants.

    Le Massachusetts – qui est à égalité avec le New Jersey pour la possession d’armes à feu la plus faible du pays (14,7 % des ménages possèdent au moins une arme à feu) – l’État a connu des taux de meurtres similaires à ceux du Montana, avec 1,25 meurtre par arme à feu pour 100 000 habitants.
  • En Californie, où un peu plus de 28 % des ménages possédaient au moins une arme à feu en 2016, on a enregistré un taux de plus de quatre personnes assassinées pour 100 000 habitants en 2019.
  • Tandis qu’au Maryland, où environ 30% des ménages possédaient au moins une arme à feu e 2016, les meurtres par arme à feu pour 100 000 habitants ont bondi à environ 7.
  • Les données compilées par Fox News Digital montrent que le Delaware, où environ 34 % des ménages possèdent au moins une arme à feu, a un taux de meurtre par arme à feu d’environ quatre personnes pour 100 000 résidents. Ce taux est plus élevé que celui des cinq États ayant le pourcentage le plus élevé de ménages possédant des armes à feu, à l’exception de l’Alaska.
  • Une poignée d’États affichent moins d’un meurtre pour 100 000 habitants, notamment Hawaï, le Dakota du Sud, l’Idaho, le Rhode Island et le Maine.

    Cependant, plus de la moitié des ménages du Dakota du Sud et de l’Idaho possèdent au moins une arme à feu, tandis que plus de 46 % des ménages du Maine en ont au moins une.

    En revanche, moins de 15 % des ménages d’Hawaï et de Rhode Island possèdent au moins une arme à feu.
  • L’Alaska est l’un des rares États où le taux de possession d’armes à feu et de meurtres par arme à feu est élevé, avec six meurtres par arme à feu pour 100 000 habitants et plus de 64 % des ménages possédant une arme à feu.

    Mais l’Alaska est une exception qui dépend d’autres facteurs, tels que le taux de criminalité pendant les longues périodes d’obscurité. L’Alaska fait également partie des États qui ont vu les crimes violents et les homicides diminuer en 2020 et a enregistré une baisse de 18,5 % de la criminalité globale cette année-là.
  • Et la meilleure preuve vient des États et des villes comme Washington D.C., Chicago et Baltimore, qui ont les lois les plus restrictives en matière de contrôle des armes à feu, moins de propriétaires d’armes à feu, et ont des taux d’homicides beaucoup plus élevés que les États ayant les lois plus libérales en la matière.

    « Dans ces endroits extrêmement restrictifs, il est très difficile d’obtenir une arme à feu, vous devez persuader la police que vous avez absolument besoin de porter une arme pour vous protéger, et ce, un jour donné. Vivre dans une zone dangereuse n’est pas un argument suffisant », a déclaré Malcolm à Fox News Digital. Et le taux de criminalité par arme à feu y est extrêmement élevé.

2 Fox News Digital a examiné la possession d’armes à feu aux États-Unis en 2010 et a constaté qu’elle était à peu près aux mêmes niveaux qu’en 2016. La possession d’armes à feu a connu un pic en 2020 pendant la pandémie, au milieu des émeutes et des manifestations de l’été sous le prétexte de la mort de George Floyd. Les ventes d’armes à feu ont également connu un pic dans les États où les lois sur les armes à feu sont strictes, comme la Californie, les propriétaires de magasins d’armes à feu de la région de Los Angeles ayant attribué l’an dernier ces ventes à l’augmentation des crimes violents.

3 John Lott, président du Crime Prevention Research Center, a examiné les données compilées par Fox News Digital et a déclaré que, bien que « les graphiques établissant des comparaisons entre les lieux soient très courants », « ils sont trop simplistes car ils ne tiennent pas compte des nombreuses autres raisons pour lesquelles les taux de criminalité peuvent varier (comme l’application de la loi, les problèmes de gangs de drogue, les différences démographiques et culturelles) ».

Il a conseillé d’examiner un lieu unique au fil du temps pour voir comment les taux de criminalité évoluent « en fonction de l’évolution des taux de possession d’armes à feu et de les comparer dans de nombreux endroits différents ».

Il a noté qu’il existe des endroits dans le monde qui « ont interdit soit toutes les armes à feu, soit toutes les armes de poing, et pourtant, chaque fois que ces interdictions ont été promulguées, les taux de meurtres et d’homicides ont augmenté ».

4 Les experts qui ont parlé à Fox News Digital ont réduit en miettes les affirmations selon lesquelles l’augmentation des ventes légales d’armes à feu a contribué à la criminalité en 2022. En deux mots, la réponse est qu’il n’existe absolument aucune statistique montrant une relation de cause à effet entre l’augmentation des achats d’armes à feu et l’augmentation des crimes violents. Etablir ce parallèle revient à détourner la logique du bon sens et tirer des conclusions à des fins de propagande. C’est le syndrome de la puce et du chercheur, qui constate que lorsqu’il dit à une puce de sauter, elle saute, et lorsqu’il lui coupe les pattes et lui dit de sauter, elle ne saute plus : il conclue que couper les pattes d’une puce la rend sourde.

5 Cully Stimson, de la Heritage Foundation, a déclaré que « ces 27 ou 29 dernières années, notre pays a connu une baisse spectaculaire des crimes violents. La criminalité violente a atteint un pic en 1992-93, et elle n’a cessé de diminuer depuis lors – jusqu’à récemment. »

« Cela et cela seulement, suffit à réfuter l’argument selon lequel l’augmentation de la possession légale d’armes à feu a contribué au pic de criminalité. Quoi, ils n’ont pas commis autant de meurtres depuis 30 ans alors qu’ils ont acheté des dizaines de millions d’armes entre 92 et maintenant ? »

Les ventes d’armes ont connu une année record en 2020, avec environ 23 millions d’armes à feu vendues et plus de 21 millions de vérifications d’antécédents effectuées. Ces chiffres ont battu des records et ont notamment connu un pic au début de la pandémie, en mars, avant de bondir à nouveau en juin de la même année, lors des émeutes en réaction à la mort de George Floyd.

Et le taux de criminalité par arme à feu a fortement baissé par rapport à 1992 :

  • 18,940 homicides par arme à feu en 1993 pour 259 millions d’habitants
  • 19,384 homicides par arme à feu en 2020 pour 331 millions d’habitants

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous