Publié par Magali Marc le 13 juillet 2022
USA : La poule aux œufs d’or du réchauffement climatique

Le Président Dwight D. Eisenhower avait raison de prévenir les Américains, lors de son discours d’adieu de 1961, contre une dépendance des élites aux subventions gouvernementales (« Dans les conseils du gouvernement, nous devons prendre garde à l’acquisition d’une influence illégitime, qu’elle soit recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel. Le risque d’un développement désastreux d’un pouvoir usurpé existe et persistera » . Il craignait que cette dépendance favorise la mise en place de politiques publiques avantageant les chercheurs de tout acabit. La thèse du réchauffement planétaire est une fraude qui sert à soutirer de l’argent aux contribuables. Cette science de pacotille fournit une excuse au gouvernement pour réglementer presque tout, de la suppression des combustibles fossiles à l’élevage des vaches !

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Norman Rogers, paru sur le site d’American Thinker, le 12 juillet.

***********************

La poule aux œufs d’or du réchauffement climatique aux États-Unis

La science du climat était un coin obscur et sans importance du monde de la recherche universitaire jusqu’à ce que les professeurs aient la chance de «découvrir» le réchauffement planétaire.

L’idée du réchauffement climatique a fait des étincelles auprès du gouvernement et des médias et elle s’est enflammée.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



C’est ainsi que l’argent et l’influence ont afflué de Washington vers le monde universitaire. Dans son discours d’adieu en 1961, le Président Dwight D. Eisenhower avait mis les Américains en garde contre une dépendance de l’élite scientifique et technologique aux subventions gouvernementales. Il craignait que l’élite n’utilise son influence et son expertise pour déformer les politiques publiques à son avantage.

C’est exactement ce qui est arrivé.

Le réchauffement planétaire n’est qu’une des nombreuses fraudes scientifiques actuelles qui profitent aux scientifiques et aux bureaucrates qui en font la promotion.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’afflux croissant de gros sous en provenance de Washington a contribué à un changement progressif de la recherche dans les universités.

L’argent est devenu plus important que la science. Les administrateurs axés sur l’argent et le pouvoir ont augmenté en nombre et sont devenus dominants. Ce changement de mentalité a été documenté dans un important essai du scientifique du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT ), Richard Lindzen ( https://euresis.org/wp-content/uploads/2019/06/Ejv2id9_Lindzen.pdf).

Le réchauffement climatique a fourni aux professeurs et aux administrateurs universitaires une poule aux œufs d’or pour faire de la science de pacotille.

Ils étaient déterminés à empêcher quiconque de tuer cette poule.

Un narratif a été mis en place afin d’éliminer les «négationnistes» qui oseraient remettre en question le récit du réchauffement climatique.

Les négationnistes ont été dénoncés comme étant des agents des compagnies pétrolières internationales. Ceci est quelque peu ironique, compte tenu du fait que les compagnies pétrolières étaient constamment à la recherche de quelqu’un qui accepterait leur capitulation.

Non seulement les compagnies pétrolières n’avaient aucune chance de gagner une guerre de propagande avec le monde universitaire et les médias, mais elles ne voulaient même pas essayer de se battre. Elles étaient prêtes à faire allégeance au narratif du réchauffement climatique.

En réalité, elles savaient parfaitement que les absurdités du réchauffement climatique ne menaçaient pas leurs affaires. Mais sous prétexte que la foule a besoin d’un vilain, il ne leur a pas été permis de (faire semblant) de capituler.

De nombreux combattants de la fraude du réchauffement climatique n’aiment pas l’étiquette « négationnistes ».

Ils considèrent qu’il s’agit d’une tentative de la part des partisans du réchauffement climatique de mettre leurs opposants dans le même sac que les négationnistes de l’Holocauste.

J’estime, pour ma part, que nous pourrions porter fièrement cette étiquette et ainsi détruire son efficacité. Nous, les négationnistes, sommes issus d’un petit contingent de personnes dotées d’une personnalité argumentative, d’une formation scientifique et d’un emploi ou d’un revenu qui leur confère une certaine immunité contre les représailles.

Les négationnistes sont des versions adultes de l’enfant qui osait dire que l’empereur était nu. Il est facile pour l’Establishment de dépeindre les négationnistes comme étant une bande de cinglés.

Comment osent-ils contester le consensus scientifique ?

Le fait que quelques négationnistes soient effectivement des cinglés n’aide pas.

Mais il y a bien plus de cinglés qui font la promotion de fausses peurs climatiques, et beaucoup d’entre eux se trouvent dans les rangs les plus privilégiés de la société humaine.

Des groupes de climatologues ont dépensé des milliards de dollars pour développer des modèles informatiques de l’atmosphère terrestre afin de soutenir le narratif du réchauffement planétaire.

Mais le problème des modèles informatiques c’est qu’ils démontrent ce que veulent leurs auteurs. Les scientifiques peuvent manipuler ces modèles pour obtenir les résultats qui apportent la conclusion qu’ils souhaitent, à savoir le réchauffement ou le refroidissement de la planète.

Kevin Trenberth, qui n’est pas un négationniste et qui a été un temps chef de la modélisation au National Center for Atmospheric Research (NCAR), a peut-être clarifié la situation lorsqu’il a déclaré : « Aucun des modèles… ne correspond, même de loin, au climat actuel observé ». (Juin 2007, http://blogs.nature.com/climatefeedback/2007/06/predictions_of_climate.html#more ).

La beauté d’un programme informatique en boîte noire avec des centaines de milliers de lignes de code est qu’il est difficile de savoir s’il s’agit d’un travail étonnant ou d’un exercice futile.

Les scientifiques universitaires n’osent pas critiquer ce qui rapporte de l’argent à leur organisation.

Lorsqu’ils le font, ils apprennent rapidement que la titularisation est une blague en comparaison de l’importance des flux financiers en provenance de Washington.

Le scientifique moyen qui fait la promotion du réchauffement climatique y croit vraiment.

Il est facile de croire aux doctrines qui rapportent de l’argent.

Les universitaires en dehors de la science du climat qui pourraient contester la fraude du réchauffement climatique préfèrent se taire.

Critiquer la science de pacotille de quelqu’un d’autre est dangereux pour ceux qui se sentent fragiles [ NdT: en accord avec le dicton : « Ceux qui vivent dans des maisons de verre ne devraient pas jeter de pierres » ].

Les climatologues professionnels qui critiquent ouvertement le récit du réchauffement climatique sont soit à la retraite, soit si distingués scientifiquement qu’il est impossible de les licencier.

À ma connaissance, il n’existe pas de climatologue critique en début de carrière. Un tel scientifique en herbe ne ferait pas long feu.

Il existe des organisations qui luttent contre la fraude du réchauffement climatique, mais elles n’ont pas l’avantage de disposer de milliards de dollars du gouvernement pour diffuser leur message. Elles sont toujours attaquées par ceux qui sont appuyés en grande pompe par la «science» du gouvernement omniprésent.

Le Heartland Institute et la CO2 Coalition sont deux des nombreuses organisations négationnistes.

Il existe aussi de nombreux sites Web gérés par des négationnistes ou des groupes de négationnistes. L’un des meilleurs, realclimatescience.com, est dirigé par l’ingénieur électricien Tony Heller. Il expose de manière hilarante les mensonges des partisans du réchauffement climatique ainsi que le sensationnalisme des médias. Sa spécialité est de dénoncer la falsification des données climatiques pour les rendre conformes à la théorie du réchauffement climatique.

Si une théorie ne correspond pas aux données du monde réel, la falsification des données est une méthode pour promouvoir la fraude.

Les gens se laissent berner par des prophètes ou des gourous qui prétendent avoir une compréhension qui dépasse celle des gens ordinaires.

Ces personnes peuvent être appelées « sorciers » par les anthropologues qui étudient les tribus africaines. On peut se demander qui sont les sorciers qui trompent les anthropologues ?

L’Association américaine d’anthropologie a publié une déclaration sur le changement climatique, apportant un appui total à la fraude du réchauffement de la planète.

Je ne vois pas quand finira cette science de pacotille parce qu’il y a trop d’argent qui y est investi et que les institutions crédibles qui pourraient la dénoncer manquent d’objectivité et d’expertise.

Le parti pris idéologique des médias grand public les attire vers toute théorie farfelue qui amène le gouvernement à mobiliser davantage de fonds afin de résoudre le « problème ».

Pour eux, le récit du réchauffement climatique est merveilleux car il fournit une excuse au gouvernement pour réglementer presque tout.

Une réforme possible consisterait à confier l’argent et le contrôle de la recherche scientifique aux États.

Cela permettrait au moins de disposer de cinquante approches différentes, même si certaines peuvent s’avérer désastreuses. Cela favoriserait également la concurrence et la diversité d’opinions.

Les hauts fonctionnaires de Washington pourraient se voir offrir une retraite anticipée. Les jeunes bureaucrates pourraient chercher des emplois dans les États.

* Norman Rogers est un négationniste de longue date. Il est l’auteur de Dumb Energy, un livre qui critique l’éolien et le solaire. Il est membre du conseil d’administration de la Coalition CO2. Il est titulaire d’une maîtrise en physique. Il a été le cofondateur de la société Rabbit Semiconductor.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex