Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 août 2022
« Archives des Luttes des Femmes en Algérie » montre des œuvres antisémites lors d’une expo d’art moderne en Allemagne

Le projet des « Archives des luttes de femmes en Algérie » est de construire une chronologie des mouvements et mobilisations des femmes en Algérie, principalement depuis l’indépendance du pays en 1962.

Pour « Documenta fifteen », la grande expo d’art moderne qui se tient à Kassel, qu’est-ce qui pouvait mieux correspondre à cette description que des dessins de soldats israéliens au visage de singe tuant des enfants arabes et violant des femmes ?

Le centre de recherche et d’information sur l’antisémitisme de Hesse a déclaré que les dessins contenaient « une imagerie clairement antisémite ». Les soldats israéliens sont dépeints comme des tueurs d’enfants et des meurtriers de masse. La physionomie des soldats découle de la manière typiquement antisémite de dépeindre les Juifs.

En réponse à la fureur de la communauté juive d’Allemagne, la ministre allemande de la Culture, Claudia Roth, a déclaré que, bien qu’elle ait reconnu des éléments antisémites dans l’œuvre, elle n’avait pas l’intention d’agir pour la retirer.

Le rabbin Avichai Apel, grand rabbin de Francfort, qui est également président de l’Organisation rabbinique allemande et vice-président de la Conférence rabbinique européenne, a répondu à Mme Roth et a prévenu que

« Ceux qui ne souhaitent pas exercer une surveillance contre l’art antisémite ignorent les conséquences qu’il peut engendrer.

C’est de l’antisémitisme débridé sous le prétexte de la culture et de la liberté d’expression. La liberté d’expression et d’art est une valeur très importante, mais même cette valeur a des limites lorsqu’elle est utilisée pour nuire aux religions, aux peuples, aux membres des différents sexes et aux minorités », a-t-il déclaré.

Le président du Zentralrat der Juden in Deutschland (Conseil central des Juifs d’Allemagne), le Dr Josef Schuster, a déclaré que

« Ce pays discute de l’antisémitisme, de BDS et de la haine d’Israël. La direction de la Documenta continue d’agir comme si cela ne les concernait pas. »

« De toute évidence, peu importe qui est en charge », a-t-il ajouté. « Il faut se demander jusqu’où nous sommes allés en Allemagne, si ces images peuvent être considérées comme bonnes en tant que prétendues ‘critiques d’Israël’. »

« Le silence des responsables de la politique culturelle à ce sujet est étourdissant. Cette Documenta entrera dans l’histoire comme une exposition d’art antisémite », a-t-il ajouté.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex