Publié par Dreuz Info le 12 août 2022
C’est quoi un “ambassadeur aux droits LGBTQ+” (QBC)?

Source : Vl-mediaA l’occasion des 40 ans de la dépénalisation de l’homosexualité en France, (Dreuz : qui est une très bonne chose entre nous soi dit) Elisabeth Borne a annoncé ce jeudi la nomination d’un ambassadeur aux droits LGBTQ et la création d’un fond de 3 millions d’euros pour financer de nouveaux centres LGBTQ (Dreuz : ce qui est scandaleux, puisque les hétérosexuels sont ainsi discriminés). Mais en quoi consistera le rôle de cet « ambassadeur » ?

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Un protecteur des droits LGBTQ

L’ambassadeur aux droits LGBTQ, qui sera nommé “d’ici la fin de l’année” comme le précise la Première ministre dans son discours, “coordonnera l’action du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour la protection contre les discriminations et la promotion des droits LGBT et portera la voix de la France », a détaillé Elisabeth Borne. Ainsi donc, rien n’est prévu pour les autres, les gens normaux, s’ils sont victimes de discrimination ? Il défendra notamment « la dépénalisation universelle de l’homosexualité (Dreuz : dans les pays musulmans ?) et de la transidentité (Dreuz : c’est quoi ce machin?) ». Cette création de poste résulte du fait que “les droits LGBT ont été remis en cause dans le monde (Dreuz : oui, tous les pays sous la tolérante religion d’amour)« , notamment en Europe ces dernières années (Dreuz : où ça exactement ?)”.

De nouvelles mesures pour l’inclusion

En visite dans le centre LGBT d’Orléans plus tôt ce jeudi (Dreuz : ils ont besoin d’un centre pour vivre comme tout le monde ?), la Première ministre a profité de l’occasion pour annoncer “la création d’un fonds de trois millions d’euros pour créer 10 nouveaux centres LGBT” qui viendront s’ajouter aux 35 existants (Dreuz : le gouvernement Macron est scandaleux. Les gens vivent dans la précarité, et il empreinte de l’argent que rembourseront les Français qu’ils le veuillent ou non, pour des ultra-minorités qui pourraient – passez moi l’expression – se sortir les doigts du c.. et se prendre en charge au lieu de requérir l’argent public pour des « centres ». Et qu’est ce qu’on y fait dans ces centres ? Des stages Sodome et Gomhorre ?)

Elle développe : “Nous voulons qu’il y ait deux centres au moins dans chaque région de l’Hexagone et un centre au moins dans chaque région d’Outre-Mer” . Elle a également salué “le travail exemplaire des associations et des centres LGBT“. Pour elle, ces centres sont “des points d’entrée identifiables et accessibles pour de nombreuses personnes qui ne savent pas vers qui se tourner(Dreuz : il me semble au contraire que les homosexuels savent très bien vers qui se tourner). Des centres qui “ont aidé près de 6 000 personnes partout dans notre pays” l’année dernière.

La cheffe du gouvernement a conclu son discours en précisant qu’il “reste encore des étapes à franchir” dans la lutte contre l’homophobie et que “la bataille des mentalités n’est pas gagnée.” (Dreuz : si vous voulez gagner la bataille contre l’homophobie – que vous avez créé en leur donnant une place prépondérante dans la société qu’ils n’ont pas vraiment, commencez par ne pas leur verser de l’argent qu’ils ne méritent pas, payé par des gens qui en manque, bande de poireaux).

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex