Publié par Ftouh Souhail le 21 août 2022
Israël accepte de fournir au Maroc du matériel sophistiqués  pour affronter l’ennemi algérien

Le ministère israélien de la Défense a accepté de fournir au Maroc le système de défense aérienne Iron Dome, le radar Green Pine et le système antimissile Arrow.

Le journal Al-Ahdath Al-Maghrib a rapporté  qu' »Israël n’aurait pas accepté de fournir au Maroc le système de défense aérienne ‘Iron Dome’ fabriqué par la société israélienne Rafael, sans le feu vert de Washington, étant donné que les États-Unis Les États participent à la fabrication de ce système de défense.« 

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Le Maroc avait déposé une demande pour fournir ce système de défense aérienne, qui est considéré parmi les meilleurs systèmes de défense aérienne au monde lors de la visite du ministre israélien de la Défense Benny Gantz au Maroc en novembre dernier.

Dans ce contexte, Globes a confirmé que « les défenses aériennes marocaines seront bientôt renforcées avec le Dôme de fer, et les EAU et Bahreïn seront également dotés du même système de défense, suite au « sommet du Néguev » dans le sud d’Israël, qui comprenait les ministres des Affaires étrangères d’Israël, du Maroc, de l’Égypte, des Émirats, de Bahreïn et des États-Unis.

Le système Iron Dome est conçu pour fonctionner dans toutes les conditions météorologiques, et peut intercepter un missile à une distance de quatre à 70 km, et il peut déterminer si des missiles hostiles tomberont dans des zones ouvertes ou des centres civils, et ainsi choisir de les intercepter , et chaque batterie est équipée d’un radar de détection et de suivi, d’un système de contrôle de lancement et de 3 lanceurs, chacun transportant vingt missiles, et le taux de réussite des interceptions dans les airs peut atteindre 90 %.

La course aux armements entre Maroc et l’Algérie

Le Maroc peut être considéré comme une moyenne puissance à la recherche d’une suprématie régionale qui était jusqu’à présent entre les mains de son rival algérien. L’Algérie a toujours des dépenses militaires plus élevées que le Maroc, mais les dernières acquisitions de ce dernier pays sont une démonstration claire de la recherche de la suprématie régionale long face à un rival avec  lequel il a une longue histoire de différends qui remonte au Guerre des Sables , en octobre 1963 et tourne actuellement autour de la question du Sahara.

Jusqu’à récemment, la suprématie militaire était du côté algérien, mais le processus de modernisation engagé par le Maroc depuis 2017 pourrait finir par renverser l’Algérie. En 2014 que l’Algérie dépassera le chiffre des trois milliards de dollars de dépenses militaires, un chiffre que le Maroc n’atteindra qu’en 2017, année où l’Algérie dépassait déjà largement les quatre milliards. Depuis 2018, les dépenses militaires algériennes n’ont fait que croître, jusqu’à doubler en 2019.

Les deux pays représentent plus de la moitié de toutes les importations d’armes en Afrique.

Le Maroc étant le partenaire préféré des États-Unis dans la région, le pays auquel il achète la plupart de ses nouvelles armes et, dans une certaine mesure dans une moindre mesure, en France. De son côté, l’Algérie achète principalement du matériel militaire russe et chinois. Et dans cette course aux armements, il ne faut pas oublier l’influence qu’y ont les principaux fournisseurs d’armes, qui ne serait que le reflet de la rivalité entre les États-Unis et la Russie.

L’actuelle crise entre Alger et Rabat a démarré en décembre 2020 quand l’Algérie a dénoncé des « manœuvres étrangères » visant à la déstabiliser après la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, en contrepartie d’une normalisation des relations entre le Maroc et Israël.

Il y a un an,  le 18 juillet 2021, la tension monte. Alger rappelle son ambassadeur à Rabat en réaction aux propos d’un diplomate marocain qui a exprimé son soutien à l’indépendance de la Kabylie, région berbérophone du nord-est de l’Algérie. Puis le 24 août 2021, Alger rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc.  

L’une des principaux sujets de discorde entre les deux voisins est le statut du Sahara . Ce territoire de 266 000 km2 situé sur la côte atlantique, bordé par le Maroc, la Mauritanie et l’Algérie. Quasi désertique, le Sahara est riche en phosphates et son littoral, long de 1 100 km, est très poissonneux. Cette ex-colonie espagnole est considérée comme un « territoire non autonome » par l’ONU en l’absence d’un règlement définitif. Il est habité par plus de 500 000 Sahraouis. De 150 000 à 200 000 réfugiés du Sahara  vivent eux dans des camps près de la ville algérienne de Tindouf, non loin de la frontière avec le Maroc.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous