Publié par Magali Marc le 13 août 2022
Les Démocrates tentent-ils de piéger Donald Trump ?

Donald Trump a le don de dynamiser les électeurs conservateurs. Mais il énergise aussi les gauchistes qui le détestent. Une annonce prématurée de sa candidature à la présidence en 2024 comporte des risques pour le Parti Républicain. Lors des Midterms, le GOP s’attend à reprendre le contrôle de la Chambre des Représentants, sinon du Sénat. Certains analystes pensent que Donald Trump devrait attendre après les Midterms pour annoncer sa candidature en 2024 afin de ne pas tomber dans le piège des Démocrates qui ne demandent pas mieux que de l’utiliser comme épouvantail.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Joe Alton, paru sur le site d’American Thinker, le 12 août.

***************************

Les Démocrates sont-ils en train de tendre un piège à Donald Trump ?

Dans Star Wars Episode VI : Le retour du Jedi, l’Amiral Ackbar croit qu’il est en train de tendre une embuscade à une « étoile de la mort » partiellement construite, pour découvrir qu’elle est pleinement opérationnelle et qu’une flotte ennemie est arrivée. Dans un célèbre euphémisme du film, désormais ancré dans la culture pop, M. Ackbar s’exclame : « C’est un piège ! ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Les Démocrates ont tendu un piège encore plus infâme en demandant à leurs larbins du FBI de faire une descente au domicile de Donald Trump à Mar-a-Lago.

La propriété de l’ex-Président à Palm Beach, en Floride, a fait l’objet d’un mandat de perquisition du FBI lundi en fin de journée par au moins deux douzaines d’agents, et 15 boîtes de documents ont été retirées des lieux.

Ces documents contiendraient des informations classifiées de sécurité nationale et de la correspondance entre M. Trump et des dirigeants d’autres pays.

Ça c’était le raid, pas le piège.

Le piège, c’est ce que les Démocrates espèrent faire réagir l’ex-Président imprévisible et impulsif.
Le secret le plus mal gardé en politique est que Donald Trump compte annoncer, dans le courant de l’année, sa candidature à l’élection présidentielle de 2024.

Cependant, les élections de mi-mandat auront lieu en novembre et les Républicains ont de bonnes chances de reconquérir la Chambre des Représentants, si ce n’est le Sénat – du moins, tant que personne ne fait de vagues.

Les Démocrates ont connu un succès limité en retrouvant leur élan à la suite des audiences de la Commission du 6 Janvier et de la décision inopportune de la Cour suprême d’annuler Roe v. Wade.

Leurs propagandistes travaillent d’arrache-pied afin de faire passer de légères baisses du prix de l’essence et du taux d’inflation pour une économie florissante, malgré deux trimestres consécutifs de croissance négative.

La criminalité, l’immigration et de multiples autres questions demeurent un fardeau pour eux.

Malgré tous leurs efforts, les perspectives relativement sombres cette année les ont conduits à tenter le tout pour le tout : faire une descente au domicile de Donald Trump dans l’espoir qu’il annonce rageusement sa candidature en 2024 avant les Midterms.

Si les documents qu’ils ont confisqués leur permettent de fabriquer des accusations d’infractions graves, ce sera toujours ça de pris !

Le résultat souhaité est de mettre suffisamment en colère les gauchistes et les modérés afin d’obtenir une participation massive anti-républicaine en novembre.

Rappelez-vous les totaux des votes en 2020 : 81 millions de voix démocrates contre 74 millions pour le candidat républicain, le président sortant.

Donald Trump pourrait bien tomber dans le panneau.

Il songe à se représenter depuis le lendemain de l’élection de 2020.

Comme il était furieux, à juste titre, ses conseillers ont dû faire de grands efforts afin de le dissuader d’annoncer sa candidature jusqu’à maintenant.

Ils espèrent qu’il attendra après les Midterms comme la plupart des candidats à la présidence, mais ils craignent qu’il fasse une annonce soudaine qui pourrait bouleverser un certain nombre d’élections serrées dans certains États et coûter la Chambre des Représentants au GOP.

Si vous regardez Fox News, vous pensez que tout le monde est scandalisé par l’invasion sans précédent du FBI à Mar-a-Lago.

Donald Trump a été président !

Et bien, changez de chaîne, et vous trouverez de nombreux médias qui ont du mal à contenir leur joie à l’idée de faire tomber le Méchant Homme Orange.

Pour chaque conservateur irrité par les actions scandaleuses du DOJ (Ministère de la Justice), il y a un gauchiste qui chante « Alleluia !».

La plupart des stratèges républicains craignent que Donald Trump n’annonce et ne dénonce en même temps, dans un moment de colère, promettant de prendre sa revanche lors de la prochaine élection.

S’il tombe dans le piège des Démocrates et fait une annonce prématurée, il nuira aux chances de victoire des candidats du GOP dans une vingtaine d’élections serrées à la Chambre des Représentants et, probablement, dans une poignée de sièges au Sénat également.

Un appui de Donald Trump est un atout dans une élection primaire mais, peut-être préjudiciable lors d’une élection générale.

Pour les candidats conservateurs, sera-t-il un vent arrière qui gonfle les voiles ou un vent de face difficile à surmonter ?

Si Donald Trump sème le trouble trop tôt, la vague rouge attendue pour la Chambre des Représentants ne sera peut-être, au mieux, qu’une vaguelette, et la situation du GOP sera encore pire au Sénat.

Certains hommes politiques comme le Sénateur Lindsey Graham de Caroline du Sud ne sont pas d’accord avec ce point de vue.

M. Graham a déclaré :

Donald Trump doit se présenter, plus tôt et parler de gagner les prochaines élections, (…) [Il doit parler ] moins de ses griefs et plus d’avenir.

Lindsey Graham laisse entendre que les Démocrates utiliseront Donald Trump pour stimuler leur taux de participation, qu’il soit officiellement candidat ou non.

S’il fait son annonce de candidature avant les élections de mi-mandat, il pourra travailler à plein temps pour stimuler le vote républicain.

M. Graham pourrait avoir raison, personne ne dynamise les conservateurs comme Donald Trump.
Le problème, c’est que personne n’énergise les gauchistes comme lui.

Les Démocrates auront beau jeu de qualifier tous les candidats républicains d' »extrémistes MAGA », un terme qui pourrait décourager les Indépendants dont les votes sont nécessaires pour élire les conservateurs.

Une annonce prématurée de sa candidature en 2024 comporte des risques pour lui et pour le Parti Républicain.

Donald Trump, en tant que candidat à la présidence en 2024, sera blâmé pour les pertes de ces Midterms. L’annonce prématurée de sa candidature n’aidera pas les conservateurs en 2022 et ne l’aidera pas non plus en 2024.

Pour l’instant, l’Amérique serait peut-être mieux servie si l’ex-Président Trump s’abstenait d’entrer en lice trop tôt , continuait ses rassemblements, parlait des nombreux échecs des Démocrates et de l’avenir qu’il envisage pour notre pays.

Peut-être qu’ainsi les Démocrates seront pris à leur propre piège…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex