Publié par Michèle Mazel le 3 août 2022
Monsieur Blinken, et les étudiants américains assassinés par des terroristes palestiniens ?

La semaine dernière, le secrétaire d’état américain a reçu les membres de la famille de la journaliste d’Al Jazeera tuée lors d’un échange de tirs entre soldats israéliens et terroristes armés.

Ils se refusent à accepter les conclusions de l’enquête selon lesquelles on ne peut savoir avec précision qui a tiré et qu’en tout état de cause la journaliste n’avait pas été visée délibérément.



Ce qui n’empêche pas le président de l’Autorité palestinienne d’accuser sans la moindre preuve Israël d’avoir « exécuté » l’encombrante journaliste.

Une accusation reprise par les tenants du BDS et leurs soutiens.

Pourtant on ne voit pas très bien pourquoi Israël aurait voulu le faire.

Il ne manque pas de journalistes stationnés en Israël et dans les Territoires pour attaquer sinon diffamer quotidiennement l’Etat juif ; gageons d’ailleurs que les soldats qui faisaient face à un tir nourri n’avaient jamais entendu parler de Shireen Abu Akleh.

Curieusement, le hasard du calendrier a voulu que l’on commémore en Israël un triste anniversaire : celui de l’attentat du 31 juillet 2002.

Ce jour-là une bombe a explosé dans la cafétéria « Frank Sinatra » située au cœur de l’université hébraïque de Jérusalem. 

Ce lieu de rencontre très populaire était plein malgré la période de vacances, et de nombreux étudiants s’y pressaient à l’heure du déjeuner.

L’énorme déflagration a fait neuf morts – 4 de nationalité israélienne et cinq étrangers dont trois américains – et 85 blessés dont 14 grièvement.  

Le mouvement Hamas s’est empressé de revendiquer cet exploit, grandement facilité par le fait que l’université accueille un nombre d’étudiants arabes largement supérieur à leur pourcentage dans la population, sans parler des personnels d’entretien et que les terroristes ont pu y accéder sans difficulté.

Certes ils ne connaissaient pas leurs victimes mais l’essentiel était pour eux de tuer des Juifs.

Les forces de sécurité d’Israël mirent rapidement la main sur les quatre perpétrateurs principaux : Wael Kassem, Wassim Abbas, Alla Aldin Abbassi et Muhammed Oded. 

Jugés, ils furent condamnés à de lourdes peines qu’ils purgent toujours aujourd’hui.

Parallèlement, la justice américaine déclara l’Autorité palestinienne et l’Organisation de libération de la Palestine responsables d’avoir soutenu et aidé à financer des attaques terroristes, leur ordonnant de verser des dommages et intérêts d’un montant de 218,5 millions de dollars aux victimes de ces attaques.

Bien mais c’est de la vieille histoire, direz-vous.

Justice a été faite ; pourquoi en reparler aujourd’hui ?

Tout simplement parce que Mahmoud Abbas vient de décider d’augmenter la rente mensuelle versée aux quatre « héros » de l’affaire.  

Vous ne pensiez quand même pas que l’Autorité palestinienne aurait abandonné à leur sort ces fils dont elle est si fière et qui sont révérés par les petits palestiniens qui voient en eux un modèle !

Jusqu’ici ils ont touché l’équivalent de deux millions et demi de dollars ; leur « salaire », qui se monte aujourd’hui à un peu plus de deux mille dollars par mois recevra un supplément de 14%.

Anthony Blinken le savait-il ? Ses services avaient-ils jugé bon de l’informer que Mahmoud Abbas récompensait généreusement des terroristes qui ont le sang d’étudiants américains sur les mains ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michèle Mazel pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex