Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 septembre 2022
Le gouvernement belge a trouvé la solution à la crise énergétique : le réacteur Doel 3 va fermer. Youpi !

La bureaucratie et la loi l’ont décidé : pour faire face à la crise énergétique cet hiver (je vous rassure, l’administration et les élus seront bien chauffés) maintenant qu’il est démontré que l’énergie nucléaire est une source d’électricité stable et fiable, le réacteur Doel 3 fermera le 1er octobre.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Des membres du gouvernement fédéral qui n’ont pas totalement perdu leur bon sens ont appelé à reporter le démantèlement du réacteur nucléaire de Doel 3. En vain : l’exploitant Engie et le directeur du réacteur ont confirmé que le réacteur sera définitivement arrêté. Pourquoi le fermer me direz-vous ? Raison technique ? Raison sécuritaire ? Non ! Parce que c’est la loi !

« Il est légalement interdit au réacteur de produire davantage d’électricité après le 1er octobre 2022 », a déclaré Nele Scheerlinck, porte-parole d’Engie. « Cette interdiction est inscrite dans le permis d’exploitation d’Engie ».

Pourquoi avoir limité la durée d’exploitation de ce réacteur ?

Grâce aux recherches menées au cours de la dernière décennie par le ministère américain de l’Energie (DOE) et l’Electric Power Research Institute (EPRI), il est maintenant établi qu’il n’existe aucune limite technique à la production d’une énergie propre et fiable par ces unités pendant 40 ans de plus, au delà des 40 ans habituellement prévus pour la durée de vie d’une centrale.

Mais ce n’est pas la technique qui parle, mais l’idéologie, et pas n’importe laquelle : l’idéologie nihiliste, destructrice, anti-vie des Verts pastèques (vert dehors, rouge dedans).

  • En 2003, le gouvernement fédéral a adopté une loi stipulant que les réacteurs nucléaires devaient cesser de produire de l’électricité 40 ans après leur installation.
  • Il s’agissait en partie d’un accord visant à apaiser les partis Verts du gouvernement, qui sont opposés de longue date à l’énergie nucléaire, comme à tout ce qui peut améliorer le bien-être de l’homme.

Le 14 septembre, la ministre fédérale de l’intérieur Annelies Verlinden a suggéré que la fermeture prévue soit retardée en raison des difficultés que rencontre l’Europe pour ses mauvaises décisions et sa mauvaise gestion énergétique.

Mme Verlinden, qui est également en charge de la sûreté nucléaire, a cherché à reporter la fermeture alors que le mouvement en faveur de l’énergie nucléaire comme source d’électricité stable et fiable s’amplifiait.

Dans les jours qui ont suivi sa déclaration, une intense couverture médiatique négative a été déclenchée sur l’éventuel report de la fermeture. Et les pressions de la minuscule minorité – société Woke oblige -le maintien en activité du réacteur a été abandonné.

Bonjour chez vous !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous