Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 septembre 2022
Manifestation anti-guerre à Moscou et Saint-Pétersbourg après la mobilisation ordonnée par Poutine – 1 300 arrestations

Les forces de sécurité ont arrêté plus de 1 300 personnes en Russie mercredi lors de manifestations dénonçant la mobilisation, quelques heures après que le président Vladimir Poutine a ordonné le premier recrutement militaire de la Russie depuis la Seconde Guerre mondiale.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



Des milliers de Russes sont descendus dans la rue pour protester contre l’ordre de Vladimir Poutine de procéder à la première mobilisation militaire du pays depuis la Seconde Guerre mondiale. La police a arrêté plus de 1 300 personnes.

Poutine a fait son annonce lors d’une allocution télévisée au cours de laquelle il a également annoncé son intention d’annexer des pans entiers du territoire ukrainien, et menacé d’utiliser des armes nucléaires pour défendre la Russie, déclarant : « Ce n’est pas du bluff. » Je me demande si les pro-Poutine pensent qu’il bluffe ou s’ils le croient assez démentiel pour mettre cette effrayante menace à exécution.

Je l’ai dit dans mon précédent article, les vols en partance de Russie ont rapidement affiché complet, et le chef de l’opposition Alexeï Navalny – qui est en prison puisque la Russie est un pays que soutiennent les défenseurs de la liberté – a appelé à des manifestations de masse contre la mobilisation.

Les Russes ont déclaré que certaines personnes ont déjà reçu des avis de convocation et que la police interdisait aux hommes de quitter une ville du sud du pays.

Le groupe indépendant de surveillance des manifestations OVD-Info a confirmé que plus de 1 300 personnes avaient été arrêtées lors des manifestations mercredi soir à Moscou, à Saint-Pétersbourg et à Yekaterinburg.

  • Les premières manifestations ont commencé en Sibérie et une vidéo montre un manifestant antimobilisation arrêté à Novossibirsk après avoir crié contre la police et les agents du FSB lors d’un rassemblement : « Je ne vais pas mourir pour Poutine, ni pour vous ! » Il a dit aux forces de l’ordre armées : « Vous savez trop bien que tout est foutu ! »

    L’homme a été applaudi par d’autres personnes lors de cette manifestation anti-guerre dans la capitale officieuse de la Sibérie.
  • À Oulan-Oudé, des dizaines de personnes sont sorties pour protester avec des affiches contre la mobilisation. Oulan-Oude est la capitale de la république de Bouriatie, qui a subi des pertes dévastatrices en Ukraine, bien qu’elle soit située à des milliers de kilomètres de la zone de guerre.

    Les affiches disaient : « Nos maris, pères et frères ne veulent pas tuer d’autres maris et pères », « Pas de mobilisation », « Pas de guerre ! On ne veut pas de tombe. »

J’imagine la déception et la frustration des pro-Poutine : eux veulent qu’on tue d’autres maris et pères, eux veulent la guerre, eux veulent des tombes, si j’ai bien compris leurs messages enthousiastes en faveur de l’offensive de Poutine.

L’appel à la mobilisation est probablement l’action politique la plus risquée des deux décennies de pouvoir de Poutine, et fait suite à des mois de promesses du Kremlin qu’il ne ferait rien de tel.

La guerre a jusqu’à présent bénéficié d’un fort soutien populaire dans un pays où les médias indépendants du pouvoir n’existent pas plus qu’en France. Les médias d’opposition – il n’y en a pas en France puisqu’ils sont tous de gauche, ont tous été fermés et toute critique publique de l' »opération militaire spéciale » est interdite et punie de prison – contrairement à la France, et ça déplait aux patriotes.

Pour de nombreux Russes des classes moyennes urbaines, la perspective d’être envoyé au combat serait le premier signe que la guerre les touche personnellement. Et là, comme je l’ai plusieurs fois évoqué, il ne s’agit plus de discours et de déclarations de soutien à Poutine.

« Il est clair que la guerre criminelle s’aggrave, s’approfondit, et Poutine essaie d’impliquer autant de personnes que possible dans cette affaire », a déclaré Navalny dans un message vidéo enregistré et publié par ses avocats. « Il veut salir des centaines de milliers de personnes dans ce sang ».

  • Quelques instants après l’annonce de Poutine, les bureaux de recrutement avaient déjà remis des paquets de documents de conscription aux associations de propriétaires, a déclaré Pavel Chikov, avocat des droits de l’homme de Saint-Pétersbourg, qui conseille ses clients sur la conscription.
  • À Moscou, les médecins « recevaient en masse des convocations des bureaux de recrutement pour venir recevoir les ordres de mobilisation », a-t-il déclaré sur Telegram.
  • Une grande entreprise a déclaré au personnel : « Nous avons déjà des employés qui ont reçu des convocations pour demain. Chacun doit savoir qu’il est possible qu’il soit convoqué dans la matinée et qu’il ne puisse pas travailler le lendemain.

Mais je vous rassure, l’agresseur est Zelensky, affirment les pro-Poutine dans une sorte de déni de réalité complètement fou.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex