Publié par Magali Marc le 20 septembre 2022
Midterms : Il y a de fortes chances que bien des parents votent contre les Démocrates

Le sujet le plus important pouvant mener à une défaite des Démocrates en novembre est peut-être la position du parti concernant l’éducation des enfants. Bien des dirigeants démocrates sont convaincus que les enfants appartiennent à l’État et exigent que les parents ne se préoccupent pas de la promotion de la pédophilie et du transgenrisme dans les écoles. Comme de nombreuses mères n’en parlent pas publiquement parce qu’elles ont été intimidées, elles auront l’occasion de s’exprimer dans l’isoloir le 8 novembre.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de John Dietrich*, paru sur le site d’American Thinker, le 19 septembre.

******************

La position des Démocrates sur l’éducation causera-t-elle leur perte lors des Midterms ?

Le sujet le plus important pouvant mener à une défaite des Démocrates en novembre est peut-être la position du parti concernant l’éducation des enfants.

De nombreux dirigeants démocrates sont convaincus que les électeurs ne les puniront pas aux urnes pour avoir proclamé que les enfants appartiennent en fait à l’État.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



L’ex-Gouverneur de la Virginie,Terry McAuliffe, a découvert à ses dépens que les mères ne tolérent pas les dirigeants qui veulent limiter la participation des parents à l’éducation de leurs enfants.

M. McAuliffe avait déclaré :

Je ne pense pas que les parents doivent dicter aux écoles ce qu’elles doivent enseigner.

Cette déclaration a probablement décidé de l’élection du gouverneur de la Virginie [ en 2021].

Comme l’a voulu le Ministère de la Justice, de nombreuses mères ne s’expriment pas parce qu’elles ont été intimidées.

Cependant, elles ne resteront pas silencieuses dans l’isoloir.

L’opposition à l’agenda progressiste est dépeinte comme un « extrémisme d’extrême droite » par l’establishment éducatif, les médias et par le gouvernement.

L’ex-président Obama a commenté :

Nous n’avons pas de temps à perdre avec ces guerres culturelles bidons, cette fausse indignation, mise en branle par les médias de droite pour gonfler leur audience.

Le membre du Congrès Tom Malinowski a qualifié les préoccupations des parents de « conneries culturelles inventées de toutes pièces » provenant d’un « mouvement marginal ».

Les Démocrates tentent d’associer les parents protestataires aux suprémacistes blancs.

Le Procureur général, Merrick Garland, a déclaré :

De l’avis du FBI, la principale menace d’extrémisme violent intérieur provient d’extrémistes violents à motivation raciale ou ethnique, en particulier ceux qui prônent la supériorité de la race blanche.

Le président Biden a annoncé :

Selon les agences de renseignement, le terrorisme issu de la suprématie blanche est la menace la plus mortelle pour la patrie aujourd’hui, Pas ISIS. Pas Al-Qaïda. Les suprématistes blancs.

Merrick Garland a expliqué :

Les menaces contre les fonctionnaires ne sont pas seulement illégales, elles vont à l’encontre des valeurs fondamentales de notre nation.

Alicia Menendez, du réseau MSNBC, a commenté :

Les choses sont devenues si effrayantes lors de ces réunions que l’organisation représentant les conseils scolaires (sic) demande l’aide du gouvernement fédéral, arguant que ces actions pourraient être équivalentes à une forme de terrorisme intérieur.

Peut-être sont-ils préoccupés par Jennifer Stevens, parent d’élève du comté de Crook, dans l’Oregon.

Mme Stevens a affirmé lors d’une réunion du conseil scolaire :

Je suis une maman qui n’a peur de rien, et je vous poursuivrai en cour.

Cette « menace » lui a valu un dossier dans la division de la sécurité nationale du ministère de la Justice.

Les femmes au foyer des banlieues sont désormais la principale préoccupation, pas ISIS, ni Al-Qaïda.

Le maire de la ville d’Hudson, en Ohio, figure également sur la liste des terroristes potentiels du Department of Justice National Security (NSD) pour ses propos tenus devant une commission scolaire :

Je vais vous donner le choix. Soit vous choisissez de démissionner du conseil de l’éducation, soit vous serez inculpé.

Quelles sont les « conneries culturelles inventées » provoquant une « fausse indignation » qui agitent ces mères furieuses ?

Ce n’est pas seulement l’obsession de l’establishment de l’éducation pour le sexe. (Au moins 181 éducateurs de la maternelle à la 12e année ont été arrêtés pour des crimes sexuels liés aux enfants au cours du premier semestre de 2022. )

C’est leur obsession pour la déviance sexuelle.

Mme Stacy Langton du comté de Fairfax, en Virginie, a confronté son conseil scolaire au sujet de deux livres mis à la disposition des élèves : « Lawn Boy » et « Gender Queer« . Elle a commenté :

Ces deux livres incluent la pédophilie, le sexe entre hommes et garçons. (…) Il ne s’agit pas d’un oubli.

Le conseil d’administration a réagi en coupant son micro et en envoyant la sécurité la retirer du podium.

L’effort de normalisation de la pédophilie ne fait que commencer.

Comme toujours, cela a commencé dans les universités.

Un professeur adjoint de l’Université Old Dominion, située à Norfolk en Virginie, a affirmé que l’acronyme MAP (Minor Attracted Persons- personnes attirées par des mineurs -) est le terme préféré des pédophiles car il n’est pas stigmatisant.

Un an plus tard, des étudiants ont enregistré un professeur d’anglais de la Franklin High School à El Paso au Texas, leur disant d’arrêter d’appeler les gens «pédophiles»:

Nous n’allons pas les appeler comme ça. Nous allons les appeler des MAP, des personnes attirées par des mineurs. Donc ne jugez pas les gens juste parce qu’ils veulent avoir des relations sexuelles avec un enfant de 5 ans.

Sans la vidéo, cet incident n’aurait jamais été découvert.

Combien d’autres enseignants instruisent leurs élèves de la même manière ?

L’endoctrinement commence tôt.

Les enfants d’âge préscolaire de Chicago (âgés de 3 à 5 ans) apprennent ce que « Queer » [ en français : gays, lesbiennes, bi ou trans ] signifie et ce que « Non-binaire » signifie.

On leur dit :

Quand quelqu’un n’est ni un garçon ni une fille, qu’il se sent peut-être les deux, il est non-binaire ou queer.

Les écoles publiques de Portland, dans l’Oregon, défendent leur décision d’enseigner aux enfants de maternelle que les garçons peuvent avoir une vulve et les filles un pénis, via une présentation PowerPoint sur l’idéologie transgenre.

Les directives relatives aux « cercles communautaires PRIDE » publiées par l’école primaire Doss d’Austin, au Texas, ont fait l’objet d’une fuite, montrant que l’école donne des instructions à des élèves âgés de quatre ans seulement pour qu’ils gardent confidentielles leurs discussions en classe concernant les LGBT.

Cet endoctrinement a été extrêmement réussi.

La Dre Erica Anderson a déclaré au Los Angeles Times qu’elle pensait que certains enfants s’identifiant comme trans tombaient sous l’influence de leurs pairs et des médias sociaux.

Elle a omis de mentionner les établissements scolaires publics.

Une enseignante d’Austin, au Texas, affirme que 20 de ses 32 élèves de quatrième année ont fait leur coming out en tant que « LGBTQIA+ ».

Le New York Times a fait état de la forte augmentation du nombre de jeunes transgenres aux États-Unis.

Le mouvement transgenre a fourni aux sociopathes de vastes opportunités à exploiter.

Le jeune garçon en jupe qui a agressé sexuellement deux étudiantes dans le comté de Loudoun en est un exemple.

La « femme » transgenre qui a fécondé deux détenues dans une prison du New Jersey en est un autre.

La coéquipière du travesti Lia Thomas à l’Université de Pennsylvanie s’est plainte que la nageuse transgenre ne couvre pas toujours « ses » parties génitales masculines lorsqu’elle se change.

Le plaisir d’être transsexuel réside en partie dans l’attention que l’on reçoit et que l’on désire tant.

Un autre avantage est la possibilité de faire réagir les gens normaux. Les détracteurs du mouvement transgenre sont accusés d’être intolérants.

Chris Cuomo l’a fait remarquer lorsqu’on lui a demandé ce qu’il fallait dire à une fille de 12 ans qui ne veut pas voir de pénis dans les vestiaires.

M. Cuomo a répondu :

Je me demande si c’est elle le problème ou si c’est son père surprotecteur et intolérant ? Enseignez la tolérance.

Qui va subir les conséquences de ce comportement anormal ?

Une femme de 80 ans a été bannie d’une piscine communautaire pour s’être plainte qu’un homme travesti regardait des petites filles se déshabiller dans le vestiaire.

Si vous voulez être accepté, si vous voulez rester employé, si vous voulez toucher votre pension, il est conseillé de garder le silence lorsque ce sujet est abordé.

* John Dietrich est un écrivain indépendant et l’auteur de The Morgenthau Plan : Soviet Influence on American Postwar Policy (Algora Publishing). Il est titulaire d’un Master of Arts en relations internationales de l’Université St. Mary’s. Il est retraité de la Defense Intelligence Agency et du Department of Homeland Security.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex