Publié par Magali Marc le 28 septembre 2022
Midterms : les firmes de sondage ont-elles des difficultés avec les répondants timorés ou préfèrent-elles les ignorer ?

Les firmes de sondage ont perdu beaucoup de crédibilité avec leurs prédictions erronées en 2016 notamment. Pour ceux qui acceptent encore de répondre aux sondages, ils peuvent ou bien craindre les représailles s’ils sont conservateurs ou bien, s’ils sont gauchistes, craindre d’être rejetés par leurs pairs s’ils se disent déçus par les Démocrates. Il y a aussi la possibilité que les sondages surestiment la position des gauchistes afin de les faire bien paraître et de faire baisser le taux de participation des conservateurs.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Jack Gleason, paru sur le site d’American Thinker, le 27 septembre.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







******************

Êtes-vous un « électeur timide » ?

Les sondages sont un élément essentiel lors des élections.

Les candidats qui obtiennent de bons résultats sont plus susceptibles d’attirer de nouvelles contributions financières, d’obtenir ce qu’ils veulent en ce qui concerne le moment et le nombre de débats, et de bénéficier d’une plus grande couverture médiatique.

La manière dont les sondages sont menés a un impact considérable sur les résultats obtenus, notamment en ce qui concerne les personnes interrogées, celles qui posent les questions et la manière dont celles-ci sont formulées.

Rassmussen Reports est un institut de sondage respecté, fondé en 2003. Le 23 septembre 2022, son rapport dit que :

  • Le président Biden a terminé la semaine de sondage avec une approbation quotidienne de son travail de 43%.
  • Les élections de mi-mandat de 2022 sont maintenant dans 46 jours, et les Républicains ont une avance de deux points [scrutin générique] dans leur tentative de reprendre le contrôle du Congrès.

Une autre firme de sondages, Trafalgar Group, a publié son premier sondage en 2016 et a été classée « deuxième sondeur le plus précis pour l’élection présidentielle de 2020 » par le site d’analyse des sondages, FiveThirtyEight.

Leurs conclusions sont différentes, l’approbation du travail de Joe Biden étant inférieure de 4 % et l’avance des Républicains dans le scrutin générique supérieure de 3,7 % selon le Trafalgar Group.

Cela peut sembler une différence minime, mais les élections se décident souvent par une marge de 1 % ou moins.

Les méthodes utilisées par les instituts de sondage sont donc très importantes. S’ils se trompent, les résultats sont inutiles et peuvent même être nuisibles, donnant aux électeurs l’impression que l’élection est déjà décidée et qu’ils ne feront pas la différence en votant, ou en encourageant un groupe à participer en plus grand nombre.

Les données des enquêtes de Rasmussen Reports sont collectées à l’aide d’une méthodologie de sondage automatisée. De manière générale, ce processus est identique à celui des sociétés de recherche traditionnelles, assistées par un opérateur, telles que Gallup, Harris et Roper. Toutefois, les systèmes de sondage automatisés utilisent une seule voix, enregistrée numériquement, pour mener l’entretien, alors que les sociétés traditionnelles s’appuient sur des banques téléphoniques, des sondages sous pression et une technologie assistée par opérateur.

Le Trafalgar Group a une approche différente et fournit ses questionnaires de sondage « en utilisant un mélange de six méthodes différentes : appels en direct, réponse vocale intégrée, messages texte, courriels et deux autres méthodes numériques exclusives que nous ne partageons pas publiquement. »

Ils utilisent « des questionnaires courts de neuf questions ou moins basés sur (leur) perception de la diminution de la durée d’attention et de la nécessité de « s’adapter aux modes de vie modernes » ».

Leurs sondages « durent de une à trois minutes et sont conçus pour obtenir rapidement les opinions de ceux qui ne participeraient pas habituellement à des sondages politiques.»

Ils ont également mis au point des méthodes permettant de tenir compte du « biais de désirabilité sociale ». Cela leur permet d’obtenir les véritables sentiments d’un participant au sondage dans des situations où ils pensent que certaines personnes ne sont pas susceptibles de révéler leurs préférences réelles. Leur approche est nettement différente de celle de la plupart des autres firmes dans ce secteur :

Nous pensons que l’ancien système consistant à poser 20 questions ou plus par le biais d’entretiens téléphoniques en direct n’est pas adapté au monde moderne. Ce vieux système penche vers les personnes qui ont une idéologie et/ou des opinions fortes et, pire encore, vers celles qui s’ennuient et cherchent quelqu’un à qui parler. Il ne tient pas compte non plus du nombre croissant de personnes qui refusent de partager honnêtement leur opinion et de la nouvelle tendance des personnes qui refusent de participer ou donnent intentionnellement de fausses réponses parce qu’elles se demandent qui pose les questions et pourquoi.

De plus, Trafalgar Group a identifié un nouveau problème, celui de « l’électeur timide » – qui hésite à répondre aux sondeurs.

Pensez-y de cette façon : vous êtes assis chez vous après le dîner et vous recevez un appel téléphonique automatisé vous interrogeant sur vos opinions politiques. Comment savez-vous qu’il s’agit d’un institut de sondage légitime et que vos résultats resteront confidentiels ? Aimeriez-vous que votre patron sache que vous appuyez un candidat qu’il n’aime pas ?

Cette inquiétude concernant les électeurs timides s’est intensifiée avec le discours de M. Biden du 1er septembre concernant « La poursuite de la bataille pour l’âme de la nation« . Ce discours a été considéré comme l’un des plus agressifs et diviseurs jamais prononcés par un président. À peine 300 mots après le début de son discours, il s’est exclamé : « Donald Trump et les républicains MAGA représentent un extrémisme qui menace les fondements mêmes de notre république. »

YouTube screengrab

Ajoutez à cela les nouvelles selon lesquelles les Démocrates prévoient ajouter 87 000 agents de l’IRS [ NdT: le Fisc américain] pour vérifier nos impôts, et que des citoyens ordinaires ont été harcelés par le Ministère de la Justice et le FBI, sans parler de la saisie du téléphone de Mike Lindell [ NdT: Le PDG de la compagnie My Pillow qui appuie Donald Trump], et vous comprenez pourquoi les gens pourraient ne pas vouloir répondre honnêtement à un appel téléphonique ou à un sondage sur Internet.

Mais il y a une autre pièce du puzzle qui peut avoir un impact sur la précision des sondages – les électeurs démocrates qui commencent à réaliser que leur parti n’est plus ce qu’il était. Ils peuvent ne pas répondre honnêtement aux sondages, mais, plus important encore, ils peuvent ne pas vouloir que leurs groupes sociaux sachent que leurs sentiments ont changé. Les groupes sociaux sont extrêmement importants pour les gens.

Selon Psychology Today,

… partout où vous regardez, il y a des groupes… Des guerres sont menées avec ce principe central : nous sommes meilleurs qu’eux, plus nobles, nous nous battons pour la bonne cause. Bien sûr, l’autre groupe auquel nous nous opposons pense exactement la même chose. C’est le pouvoir et l’influence des groupes.

C’est un élément fondamental de la nature humaine et de la survie que de faire ou de dire presque n’importe quoi afin de rester un membre en règle de son groupe social.

Les conservateurs peuvent donc craindre les représailles et les gauchistes peuvent craindre d’être rejetés par leurs pairs, y compris par leur conjoint. Il se pourrait que les sondages surestiment sérieusement la position des gauchistes dans toutes les élections des États-Unis.

On dirait que les firmes de sondages n’ont pas peur de se tromper ; sinon, elles auraient modifié leurs méthodes depuis longtemps. Certaines préfèrent peut-être faire bien paraître la position des gauchistes et faire baisser le taux de participation des conservateurs. À tout le moins, les sociétés de médias qui commandent ces sondages aiment couvrir une élection serrée, car cela permet d’augmenter l’audimat.

Mais il y a un autre aspect, plus sinistre, à sous-estimer l’avance des conservateurs.

Cela peut servir à cacher une tricherie organisée dans les urnes. Si les sondages disent que le conservateur est en retard dans les sondages et qu’il perd ensuite de 1%, il est facile de prétendre que l’élection était légitime.

Par contre, si les sondages disent que le candidat a 5 % d’avance, puis perd de 1 %, la probabilité d’une tricherie devient plus plausible et des questions seront posées.

En 2016, Hillary Clinton était favorite pour gagner. Elle était en tête des sondages nationaux et dans la plupart des États-charnières avant l’élection. Ses alliés étaient si confiants qu’un super PAC de soutien avait en fait redirigé des millions vers d’autres élections.

M. Cahaly, de Trafalgar, avait été l’un des rares à prédire la victoire de Donald Trump en 2016, et à prévoir sa victoire en 2020 également.

Le soir de l’élection de 2020, à l’aide des derniers sondages de la saison électorale, M. Cahaly avait trouvé que « M. Trump avait un avantage de deux à trois points en Caroline du Nord, en Arizona, au Michigan et en Floride, et une avance plus large ailleurs. »

Cela plaçait M. Cahaly loin derrière la plupart des grands instituts de sondage, dont les enquêtes dans ces États donnaient généralement l’avantage à M. Biden. La « victoire » de Joe Biden en 2020 a été en partie mise en doute en raison de la différence entre les sondages de Trafalgar Group et les « résultats » de l’élection.

Ce qu’il faut retenir ?

Il faut comprendre que les sondages sont des outils utilisés par la gauche pour supprimer les votes conservateurs et pour donner une légitimité à des résultats électoraux qui peuvent être frauduleux.

Il est plus important que jamais de se rendre aux urnes le 8 novembre. Emmenez dix de vos amis avec vous.

Et signalez tout cas d’irrégularité électorale au bureau des élections de votre État.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous