Publié par Guy Millière le 26 septembre 2022
Quelques mots sur mon nouveau livre, « Après la démocratie ? »

J’ai consacré récemment une vidéo à mon nouveau livre « Après la Démocratie ?« *. Cet article vient en complément à la vidéo. Je pense pouvoir dire sans risque de me tromper que mon livre n’a, et n’aura aucun équivalent parmi les livres traitant des Etats-Unis depuis l’arrivée au pouvoir de l’administration Biden publies en France, et ce pour une raison très simple : tout ce qui se dit et s’écrit en France depuis Janvier 2021 sur le sujet est porteur d’édulcorations et d’omissions, à un tel degré que je me demande souvent si ceux qui parlent et écrivent traitent du même pays que moi.

Journalistes et commentateurs français ont été, et restent, unanimes pour montrer leur détestation et leur mépris envers Donald Trump, ils sont aujourd’hui peu ou prou unanimes pour afficher une sympathie, et souvent une admiration, aveugles envers Joe Biden. Je pense, pour ce qui me concerne, et cela relève de ce que j’appelle l’éthique du travail intellectuel, essentiel de dire la vérité de manière scrupuleuse et sans autre biais que des valeurs à mes yeux, essentielles, sans laisser aucun fait de côté.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Donald Trump n’est pas et n’a jamais été l’homme décrit dans les médias français. Il n’a pas été du tout le Président décrit par les mêmes médias français. J’ai consacré quatre livres à exposer le vrai visage de Donald Trump et à analyser ses accomplissements, qui ont été immenses et féconds, et qu’il a pu concrétiser malgré les diffamations, les actes de déstabilisation incessants, et l’utilisation politique de la pandémie et d’émeutes contre lui.

Joe Biden est, lui-même, extrêmement différent de ce qui se dit sur lui de tous côtés en France, et la biographie qu’un universitaire lui a consacré (un certain Jean-Eric Branaa) est un ouvrage de fiction écrit dans le style des romans pour kiosque de gare et des articles publiés dans Voici ou Gala. La présidence de Joe Biden, au bout de presque deux années, est d’ores et déjà la plus catastrophique et la plus effroyable de l’histoire des Etats-Unis.

Joe Biden a une très longue carrière politique derrière lui, puisqu’il a été élu sénateur en 1973, il y a quarante-neuf ans. Il s’est présenté deux fois à la présidence avant la campagne de 2020, et il a renoncé à chaque fois, car des journalistes américains faisant leur travail ont montré qu’il mentait sans cesse sur son passé et pratiquait le plagiat : en 1987, il a repris presque mot pour mot un discours du politicien travailliste britannique Neil Kinnock en s’en attribuant la paternité. Il a, pendant les années où il a été vice-président de Barack Obama, mis en place des réseaux de corruption très lucratifs pour lui, et utilisé son fils Hunter pour jouer les entremetteurs et obtenir des sommes importantes de dirigeants et d’entrepreneurs étrangers : un film vient de sortir aux Etats-Unis appelé My Son Hunter, qui décrit les opérations par le détail (j’ai rencontré il y a quelques semaines à Los Angeles le scénariste du film, Phelim McAleer, et il m’a longuement expliqué son travail de recherche sur le sujet). Joe Biden est, avec Bill et Hillary Clinton, le politicien le plus corrompu des Etats-Unis, et c’est un homme tenu par la Chine, ce qui est très grave. Rudy Giuliani, ancien maire de New York, et avocat de Donald Trump le décrit comme le chef d’une famille criminelle (il a fait profiter son frère et sa sœur des sommes qu’il a obtenues de manière illicite), et l’expression est pertinente. Selon Phelim McAleer, les dirigeants du Parti Démocrate l’ont choisi comme candidat parce qu’ils disposent de tant de dossiers accablants le concernant qu’ils peuvent l’utiliser comme un pantin dont ils tirent les ficelles, ce qui fait qu’il joue le rôle de Président tandis que ceux qui prennent les décisions n’apparaissent pas. Dès lors qu’il est, en supplément, complètement sénile, ils savent qu’il est très obéissant, signe ce qu’on lui demande de signer, dit ce qu’on lui demande de dire. Ils savent aussi que dans ses moments de lucidité, il approuve ce qu’il signe.

Joe Biden n’a pas été élu en novembre 2020 (il n’a d’ailleurs pas fait campagne, et a passé presque tout son temps dans le sous-sol de sa maison du Delaware, et les rares discours qu’il a lus sur un téléprompteur avaient un auditoire quasiment inexistant). Il a bénéficié de la plus vaste et de la plus élaborée de toutes les opérations de fraude jamais mise en place dans une société démocratique. Après son installation à la Maison Blanche, les Démocrates étaient tellement fiers de la réussite de leur opération qu’ils se sont permis de s’en réjouir, et pour décrire la fraude, ils ont dit avoir “arrangé” la démocratie. Des articles sont parus sur cet “arrangement” dans la presse de gauche américaine, et je les cite dans le livre. En parallèle, ils ont accusé Trump d’intentions dictatoriales parce qu’il parlait de fraudes (il en parle toujours, à juste titre, et quand il le fait, ils le traitent de menteur !). Utiliser des méthodes crapuleuses et accuser celui qui en est victime et qui les dénonce d’être une crapule est une méthode qu’ils ont apprise dans ce qui est leur livre de chevet, Rules for Radicals, de Saul Alinsky.

Depuis qu’elle est en place, l’administration Biden est effectivement catastrophique et effroyable, et il est important de discerner qu’elle ne l’est pas du tout par maladresse : elle a un projet. Ce projet a été défini dès les années 1960 : transformer radicalement les Etats-Unis, en faire un pays socialiste (dirigé par un parti assuré de gagner les élections à chaque fois), et un pays déchu, dépossédé de son statut de première puissance du monde. L’avancée du projet s’est faite peu à peu, patiemment, obstinément. Par le recours à la stratégie d’infiltration définie par le communiste italien Antonio Gramsci. Par la mise en œuvre de cette stratégie. L’élection de Barack Obama a été l’aboutissement d’un long travail de sape correspondant à ce que Karl Marx appelait l’action de la “veille taupe” et à ce que Lénine définissait comme la tâche des “révolutionnaires professionnels”. Et quand Barack Obama a dit en 2008 qu’il entendait “changer radicalement” les Etats-Unis, il disait vrai. Il a posé les fondations et mis en place l’Etat profond. L’élection de Trump est venue constituer un obstacle, et il a fallu éliminer Trump, et Trump a été chassé de la Maison Blanche. Il reste à l’éliminer totalement, et c’est ce que l’administration Biden tente de faire en ce moment.

Depuis le 20 janvier 2021, l’administration Biden mène une action de destruction de la société et de l’économie américaine qui a plusieurs volets : création d’un processus inflationniste par augmentation très forte de la masse monétaire, multiplication des dépenses aux fins d’accroitre le nombre des assistés permanents dépendant du gouvernement fédéral pour survivre, changement de la population par un effet de submersion provoqué par l’immigration illégale massive venue du sud (trois millions d’immigrants illégaux à ce jour sont entrés dans le pays en moins de deux ans), insécurité résultant du retour par la frontière sud de criminels expulsés, destruction de la population par un afflux massif et incontrôlé de drogue (dont le Fentanyl, venu de Chine), incitation à la haine des Etats-Unis par l’inclusion du projet 1619 dans les programmes scolaires, tentative de destruction du suffrage universel par la volonté de fédéraliser l’interdiction de toute demande de papier d’identité pour pouvoir voter (les Démocrates définissent maintenant la demande de papiers d’identité pour pouvoir voter comme une action de “fraude”, tentative d’installer le Parti Démocrate en position de parti unique par la diabolisation de toute opposition (l’opposition aux Démocrates étant définie de plus en plus comme un “danger pour la démocratie” et un ”péril fasciste”), transformation du FBI en une police politique au service du Parti Démocrate.

L’administration Biden mène aussi à l’échelle mondiale une action très destructrice et très favorable à la Chine, action dont il n’est parlé quasiment nulle part : l’essentiel des mesures prises sous Donald Trump pour mettre fin à l’espionnage économique chinois aux Etats-Unis ont été levées, tout comme l’essentiel des sanctions économiques frappant la Chine ; la débâcle en Afghanistan a permis à la Chine d’accroitre son quasi-monopole dans la production de “terres rares” et de renforcer aussi les “routes de la soie”, qui vont désormais du territoire chinois jusqu’à l’Europe en passant par le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran et la Turquie ; l’essentiel des sanctions qui frappaient l’Iran au Proche-Orient ont été levées et le projet mis en place sous Obama visant à faire de l’Iran la puissance hégémonique du Proche-Orient a été remis en marche ; initialement l’administration Biden entendait laisser la Russie s’emparer de l’Ukraine, et lorsqu’il est apparu que la Russie avait échoué, les membres de l’administration Biden ont décidé d’imposer une défaite à la Russie, qui, après la défaite, tombera assez vite sous la coupe de la Chine, dont l’administration Biden entérine les ambitions d’hégémonie planétaire.

J’explique de manière précise dans le livre comment la stratégie d’infiltration a été mise en place et mise en œuvre, et comment elle a avance, et j’explique aussi ce qu’a été réellement la présidence Obama (je détaille entre autres la mise en place de l’Etat profond). Je rappelle ce qui a été accompli par Donald Trump et les méthodes criminelles utilisées pour l’éliminer (entre autres, Black Lives Matter et Antifa ont été des milices au service des Démocrates, mises en sommeil après Janvier 2021). Je donne tous les détails requis sur la grande fraude de 2020, sur la façon dont les Démocrates s’y sont pris pour empêcher que la fraude soit mise au jour. J’expose ce qui s’est réellement passe le 6 janvier 2021 a Washington, et je donne tous les détails. Je consacre un long chapitre aux divers volets de l’action de destruction menée au sein des Etats-Unis, et je décris ce qui n’est jamais décrit en général : la mise en place d’un capitalisme de connivence liant les très grandes entreprises américaines, le Parti Démocrate et la Chine. Je consacre un autre long chapitre à l’action de destruction menée, en parallèle, à l’échelle planétaire, et j’insiste tout particulièrement sur les liens de dépendance entre l’administration Biden, la Chine et ce qui s’élabore à Davos sous l’égide du néo-communiste Klaus Schwab. Je parle de l’Europe, que l’administration Biden veut plus pauvre. Je termine le livre en soulignant les enjeux du combat politique mené par les Républicains trumpistes pour sauver l’Amérique. Et j’insiste : du résultat des élections de 2022 et 2024 aux Etats-Unis dépendra le futur des Etats-Unis, mais aussi le futur du monde.

Ou bien les Républicains trumpistes l’emporteront, et les Etats-Unis resteront une république, un pays capitaliste et la première puissance du monde. Ou bien les Démocrates pourront continuer, et les Etats-Unis garderont officiellement leur Constitution, mais celle-ci sera, dans les faits, abolie. Les Etats-Unis seront toujours censés avoir un fonctionnement démocratique, mais la démocratie y sera réduite à l’état de simulacre. Ils seront un pays socialiste et cèderont leur position de première puissance du monde à la Chine. Ce sera alors le crépuscule pour la démocratie et la liberté sur terre.

J’ai écrit ce livre pour ceux qui veulent comprendre ce qui se passe aux Etats-Unis, et qui veulent comprendre aussi le monde tel qu’il devient.

Nous sommes dans une ère de désinformation et de rumeurs, et nombre de prétendus spécialistes des Etats-Unis ne connaissent pas le sujet dont ils parlent ou mentent, délibérément, par omission ou en raison de leurs biais idéologiques de gauche ou d’extrême gauche. Comme chacun de mes livres, celui-ci est un antidote. L’information relève de la connaissance. La connaissance rend libre. Le désinformation et les rumeurs asservissent.

Sachant que tout ce que j’écris est très différent de ce qui ne cesse d’inonder les grands médias, je donne toutes les sources et toutes les références étayant ce que j’écris. Ceux qui veulent vérifier ou aller plus loin en consultant les références le peuvent. Le livre compte 321 pages et 582 notes de bas de page. J’ai consulté pour l’écrire des milliers de documents.

Le livre s’appelle Après la Démocratie ?* , parce que les institutions, le suffrage universel et la fonctionnement démocratique des Etats-Unis sont très menacés, mais aussi parce que la démocratie et la liberté sur terre sont très menacées.

Ceux qui le commanderont en cliquant sur le lien présent ici rendront service à Dreuz. Le combat pour une information libre est plus que jamais essentiel. Ceux qui mettront des commentaires concernant le livre sur Amazon rendront service au livre et contribueront à sa diffusion et au combat contre la désinformation.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Guy Millière, Après la Démocratie ?*. L’Amérique et le monde au temps de l’administration Biden, Balland, 2022, 321 pages, 20 euros.

PS Je donne une conférence (en anglais) à Los Angeles, le dimanche 2 octobre dans le cadre d’un grand colloque organisé par l’American Freedom Alliance, l’un des deux think tanks dont je suis Senior Fellow aux Etats-Unis. Ceux qui veulent de plus amples renseignements peuvent m’écrire à mon adresse mail: [email protected]

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous