Publié par Abbé Alain Arbez le 23 septembre 2022
Suite à l’article « Le chien, messager de Dieu »

Relisant le texte d’Emmanuel Levinas « Difficile liberté », je découvre le passage intitulé « Nom d’un chien ou le droit naturel » (1976)

La question légitime que se posaient les juifs prisonniers des camps : Etre humain ou animal humain, au regard des nazis ?

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



« Nous étions soixante-dix dans un commando forestier pour prisonniers de guerre israélites, en Allemagne nazie… Les autres hommes dits libres, qui nous croisaient ou nous donnaient du travail ou des ordres ou même un sourire – et les enfants et les femmes qui passaient et qui parfois levaient les yeux sur nous – nous dépouillaient de notre peau humaine. Nous n’étions qu’une quasi humanité, une bande de singes. Force et misère de persécutés, un pauvre murmure intérieur  nous rappelait notre essence raisonnable. Mais nous n’étions plus au monde…Le racisme n’est pas un concept biologique. L’antisémitisme est l’archétype de tout internement. L’oppression sociale, elle-même, ne fait qu’imiter ce modèle. Elle cloître dans une classe, prive d’expression et condamne aux signifiants sans signifiés…

« Et voici que, vers le milieu d’une longue captivité – pour quelques courtes semaines et avant que les sentinelles ne l’eussent chassé – un CHIEN errant entre dans notre vie.

Il vint se joindre un jour à la tourbe, alors que, sous bonne garde, elle rentrait du travail. Il vivotait dans quelque coin sauvage, aux alentours du camp. Mais nous l’appelions Bobby, d’un nom exotique, comme il convient à un chien chéri. Il apparaissait aux rassemblements matinaux et nous attendait au retour, sautillant et aboyant gaiement. Pour lui – c’était incontestable – nous fûmes des HOMMES.

Le chien qui reconnut Ulysse sous le déguisement à son retour de l’Odyssée était-il le parent du nôtre ?

Mais non ! mais non ! …Il descendait des chiens d’Egypte. Et son aboiement d’ami – foi d’animal – naquit dans le silence des aïeux des bords du Nil…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex