Publié par Michèle Mazel le 29 septembre 2022
Voyeurisme et indifférence

L’Occident salue le courage des jeunes iraniennes, tout en soulignant qu’il ne mènera à rien ; les Ayatollahs peuvent dormir tranquille.

Le président Raïsi a tout lieu d’être satisfait de son accueil aux Nations Unis et des rencontres qu’il y a faites. Il s’est même permis d’annuler l’interview programmée par CNN. S’il a prétendu que c’était parce que son interlocutrice se refusait à porter le voile pour l’occasion, il ne fait pas de doute qu’il ne tenait pas à répondre aux questions que Christiane Amanpour, journaliste vedette de la chaîne et incidemment de père iranien, n’aurait pas manqué de lui poser.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







D’un autre côté le sort des femmes afghanes, privées d’école, de travail et de liberté tout court est nettement plus tragique, mais la première indignation passée on n’en parle plus. Comme des Ouïgours, cette minorité musulmane en Chine qui souffre de discrimination et dont les membres les plus éminents sont envoyés dans des « camps de rééducation ».

Bref on assiste aujourd’hui à une étrange dichotomie. La presse s’empare de tel ou tel scandale humanitaire ou d’une violation flagrante des droits de l’homme et y consacre de longs développements, reportages photos à l’appui. Les gouvernements, eux, font preuve de la plus grande circonspection et préfèrent ne pas s’exprimer. Personne ne veut suivre l’exemple de Don Quichotte. Inutile de prendre le risque d’offenser une grande puissance ou un partenaire commercial ou sécuritaire important, d’autant qu’il est évident qu’une condamnation serait sans effet.

On l’a bien vu avec l’assassinat du journal Jamal Khashoggi dans des conditions atroces.  Les dirigeants occidentaux qui étaient montés sur leurs grands chevaux et n’avaient pas ménagé leur outrage devant ce crime dont ils faisaient porter la responsabilité au prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman ont été forcés de revoir leur copie. Après le président turc Erdogan, évoquant « l’esprit du Ramadan mois de la reconstitution et du renforcement des liens fraternels. » avant de se rendre piteusement à Djeddah pour quémander à ce même MBS l’aide économique dont son pays avait désespérément besoin, ce fut le tour de Joe Biden.

Le président de la toute puissante Amérique, qui avait traité le prince héritier de paria et qui qui, lors de la campagne électorale de 2020, avait eu des mots très durs à l’égard du royaume et s’était engagé à « rééquilibrer » la relation bilatérale avec cet allié traditionnel, a dû lui aussi ravaler ses paroles. Sur fond de la crise provoquée par l’invasion de l’Ukraine, il est venu lui aussi à Djeddah pour convaincre les Saoudiens d’augmenter leur production pétrolière afin de contrôler les prix du pétrole brut. On le sait, l’Arabie saoudite dispose des plus grandes réserves de pétrole au monde. Et si échanger une cordiale poignée de mains avec le paria d’hier est le prix à payer pour sauver l’économie américaine, c’est sûrement son devoir de le faire a dû penser le locataire de la Maison Blanche.

Grands et moins grands de ce monde ont retenu la leçon. Quant aux clameurs de la presse, tôt ou tard une catastrophe naturelle ou quelque événement marquant viendra retenir son attention.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michèle Mazel pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous