Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 octobre 2022
Islamisation à petits pas : les musulmanes testent la France en portant des vêtements de prière, l’abaya

La secrétaire d’Etat à la citoyenneté est montée au créneau : « pas d’abayas à l’école », et moi je me dis : « c’est quoi, cette nouvelle invention pour empoisonner le monde, et pousser les Français un peu plus en dehors de chez eux ? »

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Alors maintenant, on est censé se documenter pour connaître la différence entre le hijab, la burqa, l’abaya et la jilbab ? Juste pour démontrer que l’islamisation à petits pas, le Grand remplacement, c’est du passé, c’est dépassé – désolé, cher Renaud Camus ? Le présent, c’est l’installation de l’islam, c’est l’enracinement d’un peuple africain dans un pays que vous avez laissé envahir. Et ça ne s’améliore pas, à force d’élire des présidents immigrationnistes à la queue leu leu.

Pour achever leu peu de résistance d’une population déjà bien soumise, en s’appuyant sur la force vive de la presse, des journalistes islamogauchistes, ravis d’accuser n’importe qui d’islamophobe et d’extrémiste de droite, les jeunes filles vont à l’école en tenue de prière et feignent l’innocence absolue – « c’est juste la mode », disent-elles, et les gauchistes disent youpi !

Abaya, définition

La raison d’être de l’abaya est souvent attribuée à la citation coranique suivante : « Ô Prophète, dis à tes épouses et à tes filles, ainsi qu’aux femmes croyantes, de se couvrir d’un vêtement ample. Elles seront ainsi reconnues et aucun mal ne leur sera fait ».

Le terme « abaya » décrit un type de vêtement porté dans les pays arabes, généralement ample qui ressemble à une robe, à un caftan. L’abaya peut également être dotée d’une capuche qui couvre la tête, et il est composé de deux pièces : un hijab long et une jupe longue.

Il est destiné aux femmes musulmanes qui le portent au quotidien ou pour la prière.

Sonia Backès : j’ai la solution au problème que mon gouvernement a créé

Les personnels de l’Éducation nationale peuvent « refuser » l’accès de l’établissement aux élèves portant une abaya, « un marqueur religieux », et doivent signaler les atteintes à la laïcité, a rappelé ce samedi la secrétaire d’État à la Citoyenneté Sonia Backès. Ce n’est pas elle que les cousins et les frères des jeunes filles vont attendre au coin de la rue pour lyncher les profs qui « refuseront » l’accès à ces élèves, vous l’aurez compris.

« Bien sûr que les abayas sont des marqueurs religieux », et celles qui portent ce vêtement (tenue traditionnelle qui se porte au-dessus des habits) « le font en provocation », a déclaré Sonia Backès sur Franceinfo.

Les socialistes sont des magiciens. Ils arrivent toujours là au bon moment pour proposer de merveilleuses solutions aux problèmes qu’ils créent.

Le ministre de l’Éducation Pap Ndiaye est en cela un champion. Vendredi, il a annoncé que le feu brûle et que l’eau chaude n’est pas froide.

Il vient de découvrir qu’il y a « une hausse des signalements » d’atteintes à la laïcité à l’école depuis la rentrée scolaire, « en particulier les signalements de port de vêtements », tels que « les abayas, qui semblent se multiplier », a-il dit.

Votez Macron, on vous dit, neuneus.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous