Publié par Salem Ben Ammar le 1 octobre 2022
Poutine est aux abois

Il est surprenant que Poutine n’ait réellement pas mieux préparé sa guerre contre l’Ukraine.

Il s’est laissé aller jusqu’à croire qu’il pouvait plier sa « mission spéciale » en deux temps trois mouvements.

Il n’a pas imaginé un seul instant le scénario du pire.

Ce qu’il croyait être un blitzkrieg s’est transformé pour ses troupes en bourbier inextricable, auquel elles n’étaient pas préparées.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Un chef de guerre n’aurait pas envoyé ses hommes sans penser aux armes et à la relève des soldats fatigués et morts sur le champ de bataille. Il n’aurait pas présumé de ses forces, n’aurait pas pris de haut l’adversaire. Il aurait pu s’inspirer d’Israël, qui n’a jamais dit qu’il ne ferait du Hamas qu’une bouchée.

Il n’a pas non plus retenu la leçon de Grozny, où il a fallu trois mois pour conquérir la ville, alors que le rapport de force sur le terrain lui était très largement favorable.

Trop sûr de lui Poutine, comme tout tyran. Trop imbu de sa personne.

Enfermé dans sa bulle mentale, mu par sa toute-puissance, il pensait qu’il suffirait de bomber le torse pour que sa proie tombe à ses pieds.

Depuis le déclenchement du conflit, il donne l’impression d’agir par à coups, de revoir constamment ses ambitions militaires à la baisse, et de parer au plus pressé..

Après avoir voulu mettre la main sur toute l’Ukraine, il se rabat sur le Donbass et Louhansk.

N’étant plus en mesure d’atteindre ses objectifs, il sort de sa manche précipitamment une farce et attrape référendaire.

Nationaliser les territoires russophones pour pouvoir provoquer un électrochoc patriotique chez les Russes. Mais les Russes ne semblent pas chauds à épouser une cause qui n’est pas autant la leur que l’on aurait pu le croire : après tout, la patrie n’était pas en danger.

Donc la deuxième puissance militaire mondiale s’approvisionne en armes auprès de l’Iran et la Corée du Nord ! Si l’on peut douter de la fiabilité de cet armement, la Russie est finalement un géant aux pieds d’argile, dont l’industrie militaire est dépendante de l’Occident pour les composants.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous