Publié par Jean-Patrick Grumberg le 7 octobre 2022
Une majorité d’Américains veut continuer à soutenir l’Ukraine, malgré les menaces nucléaires de Poutine

Un récent sondage montre que 73 % des citoyens américains sont d’accord pour que leur pays continue à soutenir l’Ukraine, malgré les menaces de la Russie d’utiliser des armes nucléaires, rapporte Reuters.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Selon le dernier sondage, réalisé du 4 au 5 octobre, 66 % des personnes interrogées ont déclaré que Washington devait spécifiquement continuer à fournir des armes à l’Ukraine, contre 51 % dans un sondage similaire réalisé en août.

J’ai des origines russes. Quand j’étais enfant, j’entendais alternativement des récits nostalgiques et tragiques sur ce pays durant les réunions familiales. Et si vous voulez mon avis, je dirais que la Fédération de Russie commence à ressembler un peu au Titanic. Elle renoue avec son passé, et pas celui, glorieux, que souhaitait son président.

Présentée pour sa puissance impressionnante, l’armée russe reconstruite par Vladimir Poutine depuis 20 ans jouissait d’une réputation magnifique. Des voisins nerveux, l’OTAN même, ont imaginé Moscou capable de lancer une guerre éclair moderne, conquérant une grande partie de l’Europe, et établissant un nouvel Empire russe.

Puis vint l’invasion de l’Ukraine par Poutine en février…

Sept mois après une attaque qui était censée s’emparer de Kiev, évincer le gouvernement Zelensky en quelques jours, lutter contre le nazisme ukrainien, et repousser la menace de l’OTAN à ses frontières, la campagne se déroule en sens inverse.

  • La contre-offensive de l’Ukraine est spectaculaire.
  • L’OTAN se rapproche, avec l’adhésion de la Suède et de la Finlande, à qui ça ne serait jamais venu à l’idée.
  • Alors que Poutine s’était fait installer en tête d’affiche d’un événement grandiose, organisé au Kremlin pour célébrer l’annexion de quatre oblasts ukrainiens, l’armée ukrainienne libérait davantage de territoires censés être sous le contrôle de Moscou.
  • La « mobilisation partielle » a surtout vu des km de files de voitures, et un exode massif de Russes conscients du désespoir du régime, et non de sa performance.

Poutine paraît désormais plus ridicule que redoutable, à force de menacer d’utiliser sa force nucléaire pour compenser ses insuffisances militaires.

Mais l’État russe est encore capable de faire d’énormes dégâts.

  • D’une part, Moscou peut poursuivre la guerre pendant encore deux ou trois ans sans souffrir de difficultés budgétaires.
  • Et le stock d’armes nucléaires de la Russie donne de la substance aux menaces de Poutine de l’utiliser.

Dans ce contexte, Reuters/Ipsos a interrogé un échantillon de 1005 Américains

Selon le sondage d’opinion Reuters/Ipsos publié mercredi, près des trois quarts des Américains estiment que les États-Unis devraient continuer à soutenir l’Ukraine, malgré les menaces russes d’utiliser des armes nucléaires pour protéger son territoire.

Le sondage suggère que le président Joe Biden continue de soutenir la fourniture de systèmes d’armes, de formation et d’autres formes d’assistance militaire au gouvernement du président Volodymyr Zelenskiy, malgré les craintes d’une escalade de la guerre si l’Ukraine reçoit des armes à plus longue portée qui pourraient frapper la Russie.

Le sondage en ligne réalisé auprès de 1005 Américains a montré que :

  • 73 % d’entre eux sont d’accord pour que les États-Unis continuent à soutenir l’Ukraine, malgré les avertissements de la Russie selon lesquels elle pourrait faire usage de son arsenal nucléaire.
  • Tant les Démocrates que les Républicains sont d’accord, bien que le soutien soit nettement plus important chez les Démocrates de M. Biden – 81 % – que chez les Républicains – 66 %.

L’administration Biden a fourni plus de 16,8 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine depuis l’invasion de la Russie le 24 février. Mardi, Biden a promis une nouvelle enveloppe de 625 millions de dollars, y compris davantage de lance-roquettes mobiles utilisés lors d’une récente contre-offensive ukrainienne qui a contraint les troupes russes à battre en retraite.

Mercredi, l’ambassadeur de Russie aux États-Unis a réagi en déclarant que la décision de Washington d’envoyer une aide militaire supplémentaire à l’Ukraine constituait une « menace immédiate » pour les intérêts de Moscou – (ah bon ?) – prolongeait l’effusion de sang (oui, parce que l’offensive de Moscou, elle, ne fait pas du tout couler le sang, stupide qui pense le contraire) et augmentait le risque d’un affrontement militaire entre la Russie et l’Occident (avec ce qui leur reste d’armement rouillé et désuet).

Et après une perte d’intérêt naturelle, le conflit se situant très loin des frontières américaines, les Américains sont désormais moins nombreux à penser que les problèmes de l’Ukraine ne les concernent pas et que les Etats-Unis ne devraient pas s’en mêler : 35 % partagent ce sentiment, contre 40 % en août.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : https://www.reuters.com/world/europe/three-four-americans-say-us-should-support-ukraine-despite-russian-threats-2022-10-05/

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous