Publié par Mauricette le 21 novembre 2022
À Besançon, la « restauration » d’une statue de Victor Hugo suscite la polémique

Source : Le Figaro

Don du sculpteur sénégalais Ousmane Sow à la ville natale de l’écrivain, l’œuvre fraîchement restaurée présente désormais une couleur de peau sombre. Bien plus que la version originale, selon la veuve de l’artiste.

L’auteur des Misérables , des Orientales et de Notre-Dame de Paris a pris des couleurs sous le soleil de Besançon. La municipalité a dévoilé vendredi la version restaurée de la statue de Victor Hugo, une œuvre du sculpteur sénégalais Ousmane Sow installée en 2003 sur l’Esplanade des droits de l’homme. Nettoyée de sa patine, la sculpture de l’enfant du pays brille désormais d’un éclat retrouvé. Quelques doutes sur le ton des couleurs employées pour cette seconde jeunesse ont cependant fait réagir jusque dans l’entourage du sculpteur, décédé en 2016.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







«Le visage original était de couleur chair. On dirait un Victor Hugo noir, ce qui n’a jamais été l’intention d’Ousmane», s’est ainsi étonné Béatrice Soulé, la veuve du sculpteur interrogée par L’Est Républicain , en réagissant à la nouvelle apparence de la statue de Victor Hugo. Mentionnant ne pas avoir été contactée par la Ville de Besançon au sujet de la restauration, Béatrice Soulé a également souligné qu’en dehors de sa carnation, le collier de barbe blanche de la statue «était bien plus subtil dans l’œuvre originale».

Couleur de terre

L’ancien maire de Besançon Jean-Louis Fousseret (LREM), présent aux côtés de l’artiste à l’inauguration de la statue en octobre 2003, s’est lui aussi ému de la nouvelle apparence de l’œuvre qu’il juge peu fidèle à son état d’origine. «Ousmane Sow, qui a été l’une des grandes rencontres de ma vie, a voulu ce Victor Hugo, comme il était lors de son inauguration. Et la couleur était assez différente de ce que l’on voit maintenant», a-t-il exprimé à nos confrères.

La restauration de la statue de Victor Hugo a été confiée à un patineur de la fonderie Coubertin, ancien collaborateur d’Ousmane Sow. Dans un communiqué, la Ville de Besançon évoque la volonté de «se rapprocher de l’esprit d’origine» de l’œuvre du sculpteur sénégalais, «qui aimait les couleurs et qui n’était pas favorable aux ”simples” bronzes». Une démarche louable, malgré le résultat en demi-teinte, a précisé Béatrice Soulé, héritière avec ses enfants de la propriété intellectuelle d’Ousmane Sow.

Connu pour ses sculptures de figures humaines, Ousmane Sow créait ses œuvres à partir d’une structure en fer qu’il recouvrait de toile de jute et sur laquelle il façonnait ses sujets avec un mélange de terre, de paille ainsi que de sable. «J’aime qu’une œuvre d’art soit ouverte, accepte les interprétations différentes du public, agressive pour les uns, paisible pour les autres», racontait-il au Figaro , dans un entretien paru au moment de son entrée historique à l’Académie des Beaux-Arts, la première d’un artiste africain, en 2013.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous