Publié par Abbé Alain René Arbez le 27 novembre 2022
A shtern fun himl (une étoile venue du ciel)

Conte pour Hannouka et Noël…

Dans les hauteurs des cieux, des myriades d’étoiles exécutent leur danse joyeuse parmi les anges pour chanter avec eux la gloire du Très Haut, créateur du monde et gardien des âmes. Le sanctuaire de sa présence est l’univers.

Parmi ces étoiles pleines de vie, l’une d’entre elles, très attentive à la marche du temps, avait parfois des accès de tristesse car elle voyait la méchanceté des hommes assombrir de jour en jour la beauté de la planète bleue et de ses habitants. Certes dans la profondeur des cieux, il y avait aussi de mystérieuses masses noires qui entraient parfois en collision avec de lumineuses galaxies, mais la voûte céleste n’en était pas pour autant affectée, et les astres poursuivaient leur ronde, envoyant leurs signaux rassurants aux caravaniers cherchant leur route au désert. La petite étoile se demandait pourtant comment l’aventure humaine allait pouvoir s’accomplir si l’ombre de la mort continuait de masquer les messages de vie venus du ciel.

Elle se pencha tellement sur le sort des pauvres humains que subitement elle traversa les couches stratosphériques et se retrouva projetée sur terre. Elle rebondit sur le sol toute étourdie mais toujours aussi lumineuse. C’est alors qu’arriva un jeune homme sur son fier attelage de chevaux, et voyant cette étrange lueur, il se dit : je vais l’accrocher à mon char, et je deviendrai le héros de toute la région. Grâce à cette étoile unique en son genre, c’est moi qui serai la star ! Mais la petite étoile échappa de l’emprise de ses mains et dans un rai de lumière vive, elle reprit sa course pour atterrir quelques montagnes plus loin au milieu d’un champ à l’orée d’un bois. Le jeune repartit désappointé avec ses fringants chevaux et se résigna à confier sa destinée à d’autres rêves moins lumineux.

Toute reluisante, malgré la déception de sa première rencontre terrestre, la petite étoile vagabonde se rendit compte qu’elle avait atterri dans un champ de blé. Mais soudain, un  bruissement la fit sursauter : une bête sauvage était sortie du bois et, attirée par cette étrange vibration, elle se préparait à la croquer. N’y parvenant pas, la bête sauvage enterra l’étoile profondément dans le sol, pensant mettre en réserve une nourriture originale pour les temps difficiles. Enfermée dans cette obscurité, la petite étoile commençait à étouffer et elle se mit à scintiller de plus en plus fort pour sortir de ce mauvais pas. C’est à ce moment qu’arriva le paysan, propriétaire du champ, il s’appelait Moshe, et c’est lui qui avec l’aide de ses fils, l’avait ensemencé. Il en attendait une moisson bien méritée pour la fin de l’été.

Voyant des lueurs inhabituelles émaner de son champ, le paysan se précipita et sortit d’affaire la petite étoile qui n’en pouvait plus. Ramenée à l’air libre, elle se mit à luire si fort et avec une lumière proche de l’intensité du soleil que subitement le champ tout entier fut couvert d’épis de blé dorés déjà mûrs pour la moisson. Moshe n’en croyait pas ses yeux, et il se dit : je vais rapporter cette étoile à la maison, je la mettrai en lieu sûr, car ainsi je serai le seul à récolter des épis de blé toute l’année ! Mais après avoir entendu ces paroles possessives, l’étoile pâlit et sa lumière diminua fortement. Le paysan la prit brusquement sous son bras et il se dirigea en toute hâte vers sa maison où l’attendait Rebecca sa femme, ainsi que ses enfants. Fermant la porte à double tour et très agité, il raconta à la maisonnée ce qui était arrivé dans le champ, avec le mûrissement des épis. Il enferma l’étoile dans son coffre, mais celle-ci faiblit de plus en plus, presque éteinte. Alors Rebecca lui dit : cette étoile apporte certainement un message de vie pour tous les êtres humains. Laissons-là libre de rayonner dehors, elle éclairera la route de ceux et celles qui cherchent à guider leur pas. Elle fera fructifier leurs efforts en leur donnant envie d’orienter leur marche vers un monde plus lumineux.

Mais Moshe s’y refusait. Plus il disait : enfermons-là dans le coffre, plus la lumière s’affaiblissait. Plus Rebecca disait : laissons-là briller pour tout le monde, plus la lueur s’intensifiait ! Finalement, en accord avec les enfants tous deux se mirent d’accord, et Moshe accepta d’aller replacer l’étoile sur le bord du chemin. Et bientôt arrivèrent des marcheurs, des pèlerins, des groupes, des gens simples et ordinaires, des sages, des chercheurs de vérité, tous étaient en quête de la vraie lumière, ayant entendu parler de l’astre de Jacob. Une aurore de paix se lèverait sur le monde grâce à l’étoile de David, les promesses faites à Israël et au monde allaient se réaliser.

C’est ce que la petite étoile amie des anges était venue d’en haut dire aux êtres humains. Puisque les temps difficiles endurcissaient le cœur des plus généreux, et il était temps – avec Rebecca – d’accueillir la lumière de la vie ! Car la voix lactée laissait apparaître dans le ciel profond et infini le message édicté par le Maître des temps et de l’histoire : « Voici devant vous le bonheur et le malheur, la vie et la mort…faites le choix de la vie et vous vivrez ! »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous