Publié par Dreuz Info le 28 novembre 2022
Au Qatar, la haine antisémite s’expose pendant la Coupe du monde

Témoignage du journaliste israélien Raz Shechnik à Doha :

Après 10 jours au Qatar, impossible de ne pas partager notre enfer. Nous nous sentons haïs, indésirables. Dès notre arrivée, les douaniers ont annoncé la couleur: « Je voudrais vous souhaiter la bienvenue mais vous n’êtes pas les bienvenus. J’espère que vous repartirez d’ici rapidement« . Dans les rues, des regards haineux de Qataris, d’Iraniens, de Jordaniens, de Marocains, d’Égyptiens, de Libanais… Après avoir découvert l’hostilité de certains supporters lorsque nous nous présentions comme Israéliens, nous avons décidé de nous présenter comme étant Équatoriens.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Nous avons été plusieurs fois encerclés, moqués et menacés par la foule. À titre personnel, j’ai toujours été de gauche, ouvert au dialogue et prônant la paix. Je croyais que le problème, c’était les politiciens, mais tout le monde souhaite nous rayer de la carte. Israël suscite une haine immense.

Nous avons hâte de retourner en Israël. Nous n’avons aucune autre terre

Par ailleurs, toujours pendant la coupe du monde, un Israélien portant un drapeau israélien a été physiquement agressé par plusieurs supporters tunisiens (le tweet a depuis été supprimé).

https://t.co/35yWb2HuGn

Le journaliste sportif de la chaîne israélienne Channel 13, Tal Shorrer, a déclaré avoir été bousculé, insulté et accosté par des Palestiniens et d’autres supporters arabes lors de ses reportages en direct du tournoi.

« Vous tuez des bébés ! », ont crié quelques supporters arabes en le bousculant lors d’une émission cette semaine.

Moav Vardy, le reporter de la radio KAN et chargé des affaires étrangères, s’est fait insulter par un fan saoudien qui lui a dit :

« Vous n’êtes pas le bienvenu ici. C’est le Qatar. C’est notre pays. Il n’y a que la Palestine, pas d’Israël. »

Le journaliste Raz Shechnik a également déploré l’ambiance générale :

« J’ai toujours été un centriste de gauche, ouvert, désireux de faire la paix avant tout. J’ai toujours pensé que le problème venait des gouvernements. Au Qatar, j’ai vu toute la haine qu’il y a parmi les gens dans la rue. Tout ce qui les intéresse, c’est de nous effacer de la carte. »

Le journaliste de la chaîne 12 israélienne a vécu la même expérience douloureuse :

Ce que nous vivons ici, en bref, c’est le « TikTok shaming », et c’est une grande partie de l’expérience que nous avons vécue.

Un mot plane au-dessus de tout, l’abcès ouvert du monde arabe. Il s’appelle « Tatvea », ou en traduction hébraïque – normalisation. Ma présence ici en tant que journaliste, et non en tant que personne privée, est l’expression de signes de normalisation pour beaucoup d’Arabes (même si elle a été imposée au Qatar par la FIFA) et donc le désir de nous perturber, de dire leur vérité, de se confronter à nous.

Ailleurs, les gens se contentent de partir en comprenant qu’ils sont interviewés par un journaliste israélien :

Ici, des Marocains, furieux de la normalisation entre leur pays et Israël :

Et des Egyptiens (en paix avec Israël depuis plus de 40 ans) qui attendent la fin du monologue du journaliste israélien pour dire : « ouais, ouais, viva Palestine ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous