Publié par Drieu Godefridi le 21 novembre 2022
Crimes et châtiment : vers la destruction des cryptos ?

Les trois moteurs de la saga des crypto-monnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et, bien sûr, ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

Qu’est-ce qu’une crypto-monnaie ? La crypto-monnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité, purement informatique et technique, est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de quoi cette unité, transmutée en « monnaie », est proposée à la vente contre des monnaies classiques. Donne-moi 10 US$ et je te remettrai une unité (coin, token) de ma précieuse « monnaie » crypto.

Quand on revient aux fondamentaux, on reste saisi par la simplicité du procédé. Bernard Madoff, après sa chute, n’a cessé de rappeler que les 80 milliards de son escroquerie reposaient sur un simple jeu d’écritures effectué par une seule assistante : prétendre avoir acheté le matin des actions qu’on revendait le soir ou le lendemain avec bénéfice. Sauf que rien n’avait été acheté, et rien vendu non plus. Par son ampleur et sa durée, l’une des plus grandes escroqueries de tous les temps.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Comment expliquer que tant de gens aient investi des fortunes, parfois leur maison et l’avenir de leurs enfants, sur un simple jeu d’écriture informatique ? Parce qu’on leur a présenté les cryptos comme d’authentiques monnaies, comme refuge contre l’inflation, et comme alternative aux monnaies classiques vouées à disparaître.

Rien de tout ceci n’était fondé. Aucune crypto n’a jamais satisfait la fonction de monnaie réelle. Descendez dans la rue avec des BTC (Bitcoin), vous n’achèterez ni pain, ni viande, ni maison. Les cryptos n’ont jamais rempli l’office le plus élémentaire d’une monnaie. Premier mirage.

Si les cryptos étaient un refuge contre l’inflation, elles auraient dû gagner en valeur quand l’inflation est arrivée. C’est le contraire qui s’est produit : l’ensemble du système crypto s’est affaissé à mesure que progressait l’inflation. Dans des proportions du reste nettement plus graves — de l’ordre de moins 70% — que la plupart des autres catégories d’actifs.

Enfin, le dollar ne s’est jamais aussi bien porté, tandis que les cryptos mordent la poussière. Aucune des promesses cryptos initiales n’a été tenue. Aucune.

Pire : c’est tout un écosystème financier crypto qui est venu se greffer aux crypto-monnaies, avec banques cryptos et places financières cryptos.

Le maillon faible, comme souvent, ce sont les banques.

Le défi de toute banque est de conserver des ‘assets ‘ en nombre suffisant pour satisfaire les retraits de ses clients. Ces assets peuvent être du cash, des biens, des placements, de préférence ‘liquéfiables’ en cas de besoin. Or, les assets des banques cryptos sont massivement composés d’autres cryptos.

Cette interdépendance solidarise de fait l’ensemble des acteurs et banques de l’écosystème crypto. C’est le concept de linkage, consubstantiel à tout ‘bank run’ systémique. (On songe à The Panic of 1907, le bank run remarquablement décrit par Bruner et Carr dans leur ouvrage éponyme.)

En vertu de ce qui précède, une baisse drastique de la crypto de référence, le bitcoin BTC, entraîne mécaniquement une diminution substantielle de la valeur des assets des banques-cryptos et leur liquidité. Qu’une banque-crypto plus exposée que les autres — en juin dernier, TERRA, puis CELSIUS, aujourd’hui ALAMEDA/FTX — soit confrontée à des demandes de conversion massive en dollars, elle devra suspendre ses opérations, aggravant la panique. Car, les déposants d’une banque-crypto qui choit perdent tout (ou presque). 

FTX et ALAMEDA sont deux entreprises créées par le bien-nommé M. Bankman(-Fried), tout un destin. FTX et Alameda ont entretenu des relations incestueuses dès le début. FTX, bourse d’échanges, a créé le token (crypto-monnaie) FTT. FTX et Alameda se sont partagé la majeure partie de l’offre totale du token FTT — on n’est jamais si bien servi que par soi-même — qui n’a pas vraiment été mise en circulation. Par la crédibilité qui était reconnue à M. Bankman et ses camarades, la valeur du FTT en dollar explosa bientôt. L’ascension fulgurante de la crypto FTT a entraîné une explosion de la valeur du bilan d’Alameda. Cette valeur élevée des positions de FTT au bilan a été utilisée par Alameda comme garantie pour solliciter des prêts.

Quand les fonds empruntés par Alameda étaient utilisés pour des investissements illiquides, FTT devenait eo ipso un point faible central d’Alameda. L’effondrement de Terra et Celsius entraînait en juin dernier une première crise de liquidités pour Alameda, de nombreux créanciers ayant réclamé le remboursement de leurs prêts à Alameda. La majeure partie des fonds propres nets de l’activité d’Alameda était constituée du jeton de FTT, contrôlé de manière centralisée par FTX/ALAMEDA. 

Il paraît également acquis que M. Bankman a fait remonter les fonds de ses clients de FTX vers Alameda, pour s’y mieux servir lui-même. Enfin, dans les derniers jours précédant la faillite, il semble que M. Bankman se soit encore régalé du cash disponible, notamment sous la forme de prêts personnels — aux dépens bien sûr de ses clients et créanciers. Tout ceci sera établi par la justice américaine, le moment venu.

Du fait du linkage extrêmement étroit et serré des ‘banques cryptos’, la crise crypto actuelle n’est pas terminée. Soit un acteur majeur s’imposera pour ramener le calme — on ne voit pas d’autre option à l’heure actuelle que Binance — soit Binance choira à son tour et, du pompeux et arrogant éco-système crypto dans son format actuel, il ne restera bientôt plus que dettes et illusions perdues.

Le domino suivant pourrait être l’entreprise TETHER, avec son ‘stablecoin’ USDT. L’USDT est une crypto-monnaie rivée au dollar. Tether est censée n’avoir créé des USDT, que dans la stricte mesure des payements qui lui étaient faits en dollars. Sur le modèle 1 USDT = 1 dollar. De forts soupçons existent actuellement, selon lesquels cette règle n’aurait pas été respectée. Dit autrement, Tether aurait créé des USDT sans contrepartie en dollar. Pour ensuite les convertir en assets eux-mêmes convertibles en dollars ; elle est pas belle, la vie, quand on imprime soi-même sa monnaie ? Par ailleurs, Alameda la précitée, qui vient d’entrer en faillite, était l’un des deux principaux interlocuteurs de Tether dans l’écosystème crypto.

‘Stablecoin’ : monnaie stable. Encore une double promesse — monnaie et stable — dont il n’est pas acquis que le mundus senescit de la crypto pourra la tenir.

Pour aller plus loin, cette vidéo

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Drieu Godefridi pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous