Publié par Manuel Gomez le 12 novembre 2022
Faut-il rappeler que les Turcs Ottomans ont colonisé le Maghreb durant trois siècles ?

En réponse aux élucubrations répétées du dictateur de la Turquie actuelle, Erdogan, qui se moque de la France et des Français lors de toutes ses déclarations, et notamment celles qui concernent plus spécialement la «colonisation française de l’Algérie».

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Qu’il me permette de lui faire souvenir que les Turcs Ottomans ont envahi le Maghreb durant trois siècles, maintenant les tribus berbères et arabes en semi-esclavage, et cela malgré une religion identique, prélevant impôt et dîme et les laissant se massacrer entre elles.

Ils y ont développé la piraterie maritime, arraisonnant les navires de commerce dans toute la Méditerranée. Se livrant au trafic d’esclaves chrétiens, hommes, femmes et enfants.

Uniquement dans la capitale de ces pirates, il y avait déjà plus de 30.000 esclaves dès le 16e siècle, et ils ont même été les capturer jusqu’en Islande et au Danemark.

C’est ce qui avait motivé les premières tentatives de destructions de ces bases par Charles-Quint puis, successivement, par les Anglais, les Hollandais et même les Américains.

Les beys turcs, de ce qui était l’Alger de l’époque et des autres villes de la côte, s’imposaient par la force et, déjà, par la ruse.

Un exemple parmi cent autres :

  • Le bey de Constantine, expulsé dès l’arrivée des troupes françaises en 1830, avait à son palmarès plus de 12.000 décapitations sous son règne (ceci pour votre information, Erdogan).
  • Les Français ont conquis ce qui allait devenir l’Algérie, uniquement dans l’objectif de mettre un terme à la piraterie, et de détruire ces repaires de Barbaresques ottomans qui pillaient la Méditerranée et les côtes du Sud européen, de libérer les esclaves et, par la même occasion, bien que ce ne soit pas le but, rendre la liberté aux tribus berbères et arabes, qui se complaisaient de cette situation.
  • En 1830, puisque vous semblez l’ignorer, Erdogan, il y avait dans cette région du Maghreb, environ 5000 Turcs, plus de cent mille Koulouglis, moins de 400.000 Arabes et plus de 500.000 Berbères.

Chaque tribu appliquait sa loi et combattait les autres, favorisée par l’occupant ottoman qui appliquait la règle : diviser pour régner.

Faut-il vous faire souvenir, puisque, apparemment, vous semblez l’avoir oublié, que contrairement au massacre arménien organisé par votre pays, au massacre amérindien commis par les nouveaux Américains et, surtout, au massacre des Berbères perpétré par les Arabes entre le 8e et le16e siècle, la France et sa colonisation ont porté la population musulmane de l’Algérie d’un peu plus d’un million en 1830, à plus de 10 millions en 1962, et toujours en respectant leur religion (comme génocide on peut faire mieux, non ?), tandis que les Arabes avaient interdit aux Berbères chrétiens (d’où le nom de «Kabyle» = J’accepte), par la force et la mort, la liberté d’exister.

Il ne me paraît pas nécessaire, Erdogan, de vous dessiner l’état dans lequel la France avait trouvé le Maghreb en 1830, et l’état dans lequel elle a quitté l’Algérie en 1962, en y abandonnant tous ses biens : il n’existait rien en 1830 et il n’existe pas grand-chose de plus en 2022.

C’est cela la réalité, hélas ! Si ce n’était pas le cas, une grande partie de sa jeunesse ne souhaiterait pas quitter son soleil, au péril quelquefois de sa vie, pour rejoindre le pays qu’ils haïssent depuis des décennies.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous