Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 novembre 2022
Fraude électorale généralisée découverte à Berlin – élections annulées

« Les élections régionales de l’année dernière au Parlement de Berlin doivent être répétées », a décidé mercredi dernier la Cour constitutionnelle de la capitale allemande qui les a annulées. Dès le début, l’élection dans la capitale allemande s’est accompagnée de plaintes de manipulation et de fraude.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Bien qu’au début, il semblait que les fraudes n’auraient pas de conséquences, l’enquête menée en mai 2022 par le magazine Tichys Einblick a révélé l’ampleur alarmante de la fraude électorale. Dans le même temps, le commissaire fédéral aux élections, Georg Thiel, annonçait que le vote devait être répété dans six des douze circonscriptions électorales de Berlin.

Nombre grotesque de « pourcentages électoraux »

  • Des mineurs et des étrangers de l’UE ont apparemment participé aux élections en violation de la loi.
  • L’ancien député de Berlin et plus haut candidat des électeurs libres, Marcel Luthe, avait annoncé qu’il présenterait des accusations pénales pour fraude électorale.
  • Il a déposé plainte auprès de la Cour constitutionnelle de Berlin après qu’on lui ait refusé l’accès aux procès-verbaux des bureaux de vote, qui étaient pourtant ouverts au public.
  • L’évaluation des documents électoraux a montré que des bulletins de vote d’autres districts ont été délibérément utilisés dans certains districts, qui ont donc été invalidés.
  • Très peu de bureaux de vote ont été installés, ce qui a entraîné de longues files d’attente et de nombreux électeurs ont été rejetés ou sont partis découragés.
  • Selon l’administration électorale de l’État, dans de nombreux endroits, les fonctionnaires électoraux décidaient à leur discrétion pour qui il était autorisé à voter.
  • Dix-neuf pour cent des bureaux de vote étaient encore ouverts après 18 h lorsque les premières prévisions avaient déjà été publiées dans les médias, ce qui peut influencer la décision de voter, par exemple parce que les parties sont déterminées comme gagnantes ou perdantes.
  • Quatre bureaux de vote ont même fermé après 20 h., selon l’administration électorale de l’État, prétendument « en raison de la grande foule ». Luthe a noté que ce n’était pas très crédible, car près de 225 électeurs de moins avaient voté que lors de l’élection fédérale de 2017.
  • En raison de la pandémie de Corona, il y a eu un appel à l’avance pour une plus grande utilisation de l’option de vote par la poste. Ici aussi, cependant, la remise des documents correspondants a échoué, il n’est donc pas tout à fait clair combien d’électeurs n’ont finalement pas fait usage de leur droit de vote ou n’ont pas pu l’exercer du tout parce que les documents demandés ne leur sont jamais parvenus.

La députée du parti de gauche Gesine Lötsch, l’un des trois candidats directs du parti, a enregistré une avance de 8773 voix dans le district de Lichtenberg. Cependant, étant donné que l’on ne sait pas à quel point la proportion de « votes perdus » a été élevée, personne ne sait si Lötsch a vraiment été choisi par les électeurs. Les conséquences possibles sont loin d’être insignifiantes : si Lötsch n’avait pas atteint le Bundestag, le Parti de gauche y perdrait instantanément son statut de groupe parlementaire, car il n’aurait que deux sièges.

Le gouvernement de Berlin a tout organisé pour assurer sa victoire

Quoi qu’il en soit, il y a de plus en plus d’indices que les anomalies dont est responsable le gouvernement incompétent de la ville de Berlin ont été exploitées par le même gouvernement de la ville pour assurer sa victoire électorale.

Après que les circonstances scandaleuses entourant l’élection aient été connues, le sénateur de l’Intérieur de l’époque, Andreas Geisel (SPD), a déclaré :

« Comme les choses se passent, je ne suppose pas que l’élection à Berlin doive se répéter à grande échelle ».

Le chaos allemand a mené à l’annulation des élections

Le plus haut tribunal de Berlin a ordonné début novembre de nouvelles élections dans la capitale allemande, déclarant que le chaos du vote de 2021 violait la loi électorale. La maire de Berlin fait face à une course au coude à coude pour conserver son poste.

Wilko Zicht, qui dirige l’organisme de surveillance électorale à but non lucratif Wahlrecht, a déclaré que la décision du tribunal était certainement juste.

« La démocratie repose sur le fait que les résultats sont acceptés, et cela n’est possible que si vous pouvez faire confiance aux résultats », a-t-il déclaré à DW.

« Ces erreurs n’auraient pas pu être corrigées d’une autre manière. Il n’aurait pas été juste, a-t-il fait valoir, que l’élection ne soit répétée que dans les zones qui avaient signalé des problèmes ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous